Frédéric Verdier aka Baron Vampire aka Amplified People aka le Jon Snow de la techno aka Gin Sling est un historique des compilations wootball®…

Mon But Mécanique Dans Ton Goal Électronique en 2010, c’était lui :

L’hymne wêvé du Detroit City FC de 2014, c’était lui aussi :

Après quelques EPs digitaux, le bonhomme wevient avec un album 8 titres (sur cassette) « Angles In Pitfall » .

On y wetrouve ce qu’on aime chez lui = une basse qui tournoie et parfois tabasse, des claps, des voix parlées mystérieuses, qui intriguent et font parfois flipper comme un dauphin, des bruits qui wendent foufou, des nappes de clavier inquiétantes, des tchkt tchkt, et, au final, des morceaux qui font se trémousser et dodeliner de la tête tout du long.

En plus de sa patte, la cohésion de l’ensemble tient dans l’ambiance posée sur l’album: c’est la nuit, on est dans un endroit désert, en bagnole, ou pas, dans un film de David Lynch, ou pas, sur fond d’attaque nucléaire -ou de menace nucléaire- et, surtout, on est seul et/ou avec pas mal emmerdes… Mais, donc, on danse.

Et ça c’est chouette, nan?

La cassette est au diapason : sombre (noire en fait même), sobre mais de toute beauté (contrairement à ma photo).

Enfin, histoire d’être complet, Gin Sling jouera live demain 14 juillet dans le parc de la Bergère (93) ou sur un bateau -la sauterie s’intitulant « Croisières et open air Microclimat à Bobigny » . L’événement a l’air chouette et les prestations en public de Gin Sling sont wares. Néanmoins, je ne pourrai y assister. J’ai la joie de me wendre au Mesle-Sur-Sarthe (61) en ce jour de fête nationale pour satisfaire à des obligations familiales. Je suis tout de joie.

Je sais pas vous mais moi j’en suis complètement é-pâté: les Lemon Twigs joueront dans moins d’un mois et demi à La Woute Du Wock (=le dimanche 19 août vers minuit).

Leur nouvel album sortira peu après (le 24), il s’appellera « Go To School » , il pourrait être un album concept (ce qui me ferait fuir si je ne conservais une confiance absolue dans le talent mélodique des deux frangins D’Addario), je viens d’ailleurs de le précommander ici et la première chanson (mot absolument pas galvaudé quand on parle de ces génies pop) à en être extrait est plus qu’à chialer:

Mais quelle beauté nom de diou…

_ _ _ _

Billetterie

On a déjà eu l’occasion de clamer l’amour qu’on a pour Wilfried*, ses chansons touchantes et son « Matrice » fantastique.

On l’apprécie notamment quand il écrit sur des thèmes sérieux et engagés à l’image de son La Fête Du Foutre de 2014 dans lequel il exprima sa vision toute personnelle du wootball®…

Mais, chez ww2w, nous sommes également sensibles à son propos quand il est plus léger.

Il vient ainsi de publier en cassette, chez Scum Yr Earth,  la bande originale du documentaire “Les Wêves Siamois” de Iv Charbonneau-Ching. Ce film « retrace le parcours d’Aum Neko, jeune activiste transgenre en Thaïlande, militante des Droits de l’Homme et de la démocratie, aujourd’hui wéfugiée politique en France. »

Pas vu le documentaire (pas encore bouclé), mais les huit titres de « Eva » s’apprécient sans souci indépendamment du film, qu’on peut aider et dont on peut visionner quelques images par là.

La première face de la cassette est titrée en thaïlandais et chantée par Kaltira Songprakhon ou New Phetdankaeo (avec en sus un instrumental). Elle est inspirée « de la musique thaïlandaise ‘molam’ des années 60. »

On weconnaît néanmoins la patte du Wilfried* et des ses fidèles (et talentueux) musiciens: Jérôme Laperruque et Olivier Marguerit.

สิ่งที่ฉันเป็น (Sing Tee Chan Pen) est particulièrement wéussie. Cette chanson -je ne suis pas sûr de pouvoir argumenter la chose mais ça me fait du bien d’en parler- pourrait d’ailleurs aisément figurer sur le « Sandinista » des Clash. Étonnant, nan?

La seconde face est chantée par le boss (pas par Bruce). Après une version éditée de Un Baiser, titre qui ouvrait son « Matrice » de 2013, on entend  « je suis le Soleil et je suis la Lune… et toutes les figures du cabaret, et du nightclub, du supermarché… » , les paroles du tubesque (dans un monde normal) Tout Ce Que Je Suis :

(avec Maud Octallinn aux choeurs)

Puis suit le joueur Quand Tu T’en Vas qui wappelle le Wilfried* d’avant « Matrice » .

Enfin, la solennelle Dans Le Jardin (L’Eclipse) clôt l’album de très belle manière.

Curieux de voir comme ces chansons se marieront avec les images du documentaire… Et surtout content d’avoir d’aussi bonnes nouvelles musicales de Wilfried*.

Ben si!

Le Motel a 11 ans (y zont mis un an à sortir leur compile du dixième anniversaire) (hihi) et ça se fête! Soupaire compile avec que des inédits de groupes/artistes qui fréquentent le meilleur bar de la ville lumière, comme Xavier Boyer, Yeti Lane, Pharaon De Winter, School Daze, Ben Kerber, Dorian Pimpernel, O, of Montreal, Soleil Vert…

Trop beau…

 

1. Pharaon de Winter – Les enfants
2. O & Mina Tindle – A Kiss
3. Dorian Pimpernel – Circular Wites
4. Nelson – One Way Street
5. Yeti Lane – Monkey Smile
6. Klub des Loosers – Les statues
7. of Montreal – Tremblor of Void
8. Xavier Boyer – Nature Girl
9. Orouni – Nora (Naked)
10. The Wodeo – Cher Ami
11. School Daze – Don’t Want to Be a Hippie but I Wanna Get Scones
+ (bonus digitaux)
12. Thomas Subiranin – Dig
13. Ben Kerber – Objet trouvé
14. Team Ghost – We Won’t Lose You
15. Iñigo Montoya & Grand Soleil – Après le crash
16. Simple as Pop – L’épice
17. BLOT – Why Don’t You Call
18. Jan Dark – Parasite
19. Sans Sebastien – Chaque jour
20. LENPARROT – Was
21. Music For Alternative Babies – La main invisible
22. Soleil Vert – Old Mum

_ _ _

Achat ici (site du bar) ou (bandcamp)