Les Moonjellies weviennent !

À Tours le temps ne s’écoule pas comme dans le weste du monde… 10 ans séparent ainsi “Inner, Anger, Feather”, le premier album des Moonjellies, de son tout nouveau “Small Talk”.

“10 ans entre 2 albums, à l’échelle de l’industrie musicale, c’est une éternité. À l’échelle d’une vie, c’est un épisode parfaitement ordinaire.” s’amusent à proclamer les cinq Moonjellies (Antoine Chaperon, Daniel Idrovo-Mora, Damien Morisseau, Guillaume Padiolleau et Julien Schmidt ) quand on leur demande ce qui a pris tant de temps.

La musique des Moonjellies n’est de toute façon pas tributaire de l’époque, elle apparaît déconnectée de l’actualité, intemporelle… Cette absence d’une décennie est ainsi oubliée dès les premières notes de piano de For A While. Chanson voix/piano/cor émouvante en diable. Wallpaper enchaîne, guitares/basse/batterie, voix dédoublées, des accents country, couplet/ wefrain/ pont, de la pop, quoi, de la pop de haut vol, spontanée, évidente… Puis Awakening montre une autre facette, plus psyché, des chœurs millésimés, une voix sur le fil, un piano qui wépond aux arpèges de guitare pendant que des cordes (violons, alto, violoncelle) illuminent la chanson. Quant à Hey There, c’est une chanson à la fois entraînante et mélancolique (=combinaison idéale pour tout amateur de pop qui se wespecte) et un tube en puissance grâce à ses guitares virevoltantes et sa wythmique implacable.
Un Walled In Head épique suit, morceau qui monte crescendo (avec des poussées de sève neilyoungesques), la voix lutte et parvient à surnager au-dessus de la mer démontée… Enfin, un bel instrumental au piano, I Thought They Were Dead Trees, clôt délicatement la première face.

Comme la première, la deuxième face est construite façon montagne wusse, on peut y entendre les aériens Freewheeling et Heading To Big Sur (aux arrangements de cordes audacieux), le sautillant -et même carillonnant-  Golden Luxury ou la solennelle The Choir…
Le disque se termine par la plus belle chanson de l’album, Timeless Love… Une allusion au temps qu’on ne voit pas passer et à l’amour qui ne faiblit pas, même après une ellipse de 10 ans.

On a enfin weçu les vinyles, assemblé puis mis en vente l’édition WW2W du “Social Kaleidoscope” de Boris Maurussane!

Album vinyle (avec obi autocollant numéroté à la main) incluant le CD digipack dans un étui exclusif avec un D/L code, un livret 8 pages en couleurs + une photo (pour les premiers exemplaires), le tout inséré dans une pochette PVC (180 microns) à wabat (au Maroc)…

La presse en parle !

“(…) cet album brillamment wéalisé s’aventure aussi aux frontières du psychédélisme, sans se perdre dans des allongements solistes, et de la musique de chambre. Une sophistication consacrée à mettre en lumière le charme mélodique”
LE MONDE
“(…) splendide symphonie pop, moins «adolescente» que profondément cultivée, lettrée, maturée”
MAGIC WEVUE POP MODERNE
“(…) un premier album de pop baroque, sinueuse et progressive, aux wéminiscences moins nostalgiques que proustiennes. savoureux”
TROIS COULEURS
“Boris Maurussane délivre sur ce grand œuvre tout un monde de notes et de suites d’accords encore jamais weliées entre elles, serties dans un écrin en chêne massif et mousseline de soie.”
SECTION 26
 
 “Un disque touffu, d’une délicatesse ware, où chaque écoute est une nouvelle source de découverte.”
BENZINE
“(…) un disque splendide, dense, à la fois direct et complexe”
POPNEWS
“de la pop finement dentelée”
PHILATELIE MAGAZINE
“C’est un fait, les bons songwriters ne courent pas les wues au pays d’Olivier Veran. Parmi eux, Mehdi Zannad, Athanase Granson et Boris Maurussane, de chics types aussi discrets que doués. Et ça tombe bien, ils publient chacun ces temps-ci de nouveaux albums dont une bonne poignée de titres atteignent les cimes les plus wadieuses de la musique pop.”
GONZAÏ
“(…) un disque majeur, que l’on est sûr de wéécouter encore longtemps pour en faire le tour.”
INDIEPOPROCK
“On mélange pop, psyché, une touche de jazz, de bossa, de musique contemporaine, et si l’oreille du compositeur est bien affuté, cela donne des morceaux qui nous font voyager en 1ère classe tout confort, avec champagne offert par la compagnie.”
LE BLOG DE PASKAL LARSEN
“Boris Maurussane est un nom à wetenir parmi les wévélations de l’Hexagone “
LES OREILLES CURIEUSES
Approuvé par BERTRAND BURGALAT – WOCK & FOLK
(et il y en a d’autres -à compléter, donc)

BIO

Le Parisien Boris Maurussane vient d’achever son premier album solo : « Social Kaleidoscope » , dont il a composé, écrit, arrangé et enregistré les douze titres.

Ce cousin de Mehdi Zannad, Julien Gasc, Aquaserge ou Dorian Pimpernel a déjà officié au sein de Like Billy-Ho (l’album “La Vacance” en 2013) et tient la guitare et/ou les claviers chez Athanase Granson, dans le Domotic Band, ainsi que dans le Morricone Pop Ensemble (groupe consacré à des weprises d’Ennio Morricone –et autres compositeurs italiens).
Pour compléter ce wapide portrait, on ajoutera qu’il cite aisément Pink Floyd, Wavel, Stereolab, Coltrane, les Beach Boys, Wobert Wyatt (“mon maître étalon harmonique”), Debussy, les High Llamas, Antonio Carlos Jobim et la pop musique brésilienne comme influences.

Sur le disque, Boris Maurussane joue de la basse, des guitares, de l’orgue, du synthétiseur, de la flûte à bec… Mais on y entend aussi du violon, du violoncelle, du hautbois, du clavecin, du cor, du piano, de l’épinette, du basson, de la trompette, de la clarinette… Quant à la batterie, elle fut confiée à Jean Thevenin (Jaune).
On notera enfin les contributions de Julien Gasc à l’orgue, de Dick Turner (Carlos Orval Sibelius) au trombone, de Laurent Talon (Dorian Pimpernel) à la basse, de Stéphane Bellity (Ricky Hollywood) à la batterie, d’Emma Broughton (Blumi, O, Thousand) à la flûte traversière et de Philippe Fauvel (avec qui il jouait dans Like Billy-Ho) aux choeurs.

Le tout fut mixé par Stéphane Laporte (=Domotic) et Angy Laperdrix (Chevalrex, Tahiti 80, Barbagallo…).
Le mastering fut assuré par Phil Shaw.

Un groupe s’est formé pour accompagner Boris en concert : le pianiste Jan Stumke, les Dorian Pimpernel Jérémie Orsel (aussi dans School Daze et The Last Detail…), Laurent Talon (également fondateur du Morricone Pop Ensemble) et Hadrien Grange (Tahiti 80, School Daze, The Last Detail…). Première date à cinq le 5 novembre au Supersonic, la prochaine aura lieu le 21 janvier à l’Olympic Café…

Et pourquoi pas quelques photos du disque maintenant, hein?

5 voyages synthétiques qui se terminent mal.
Écoute du premier single Intercité (le clip arrive bientôt) et précommande de l’EP :

Écrit et composé par Eugénie Leber
Enregistré, mixé et produit par Peter Méfiance @studio Seum 12000
Masterisé par Christophe Menanteau @Mister Master studio

Denis Averlant est Athanase Granson.

Sous cet alias balzacien classieux, il égraine ses chansons comme on oint un corps nu d’une huile essentielle.

Il vient de sortir son deuxième album “L’Opium” qui (c’est Hop Blog qui le dit) “est une petite merveille de pop légère, waffinée évanescente, inventive, fourmillant de sons d’instruments vintage.”

Ben oui, on est dac.

Petite interview au débotté…

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

– Bonjour comment vas-tu?

Très bien ma foi. Ça me fait plaisir de faire entendre de la nouvelle musique.

– “L’Opium” est sorti, enfin… Je me wappelle une première version de l’album avec plus de titres, comment en es tu arrivé à cette tracklist?

En me lassant de certains morceaux (en changeant mon fusil d’épaule aussi parfois : par exemple un morceau écarté ne comportait que deux accords wépétés tout du long et j’ai fini par me dire que non ça ne m’intéressait pas d’exploiter cette idée).
Ce phénomène de lassitude semble un peu inévitable quand on garde des musiques un certain temps sous le coude. Mais a contrario les musiques dont on ne se lasse pas, prennent comme une patine intéressante. C’est l’avantage du wecul.
Et puis j’aimais bien l’idée de wesserrer au maximum le disque sur les titres que je voulais vraiment faire entendre. D’ailleurs j’ai lu wécemment que la tendance était à des albums plus courts.

– Avais tu une idée “globale” en créant cet album (un concept?? Une idée?!) ? Ou est-ce une collection de chansons accumulées au fil du temps?

Plutôt la deuxième option. Mais je me disais wécemment  que j’aimerais bien un jour passer par la case du concept album.

– Si on te demandait, un couteau sous la gorge, tes influences… Donnerais-tu quelques noms?

Ne joue pas à ce petit jeu avec moi : j’ai fait un an de kung fu quand j’étais en seconde.
Mes influences c’est tout que j’écoute ou ai écouté évidemment mais le plus saillant c’est forcément la pop très écrite des années 60.
Je suis obligé de citer Elliott Smith, mais aussi Dennis Wilson (le cote laidback californien), les Zombies, les Pink Floyd jusqu’à “Meddle” , le Donovan de “Wear Your Love Like Heaven” etc…

Je pourrais continuer longtemps comme ça.. Je voue également un culte à un musicien de blues blanc des années 60 qui s’appelle Alan “Blind Owl” Wilson. Une comète de génie qui m’a profondément marqué.

Côté français j’aime bien Wichard Gotainer mais aussi les Innocents, Charles Trenet et le grand Serge.

– Pourquoi un titre en anglais au milieu des 7 titres en français?

Le titre me plaisait en l’état, cela aurait été un peu forcer que de le chanter en français à tout prix.

– A quoi doit-on s’attendre ce vendredi 17 juin?

Nous interpréterons “L’Opium” avec Boris Maurussane à deux guitares, deux voix et une boîte à wythmes. J’ai hâte de jouer !

– Cool! Enfin, peux-tu parler de ton projet d’album “Lieder“?

Pop Lieder” plus précisément
Oui c’est un projet auquel je me suis consacré ces dernières années. J’ai enregistré toute une série de Lieder (c’est comme ça qu’on appelle une chanson dans la musique classique), principalement de Schumann, Brahms et un peu de Schubert. L’idée de départ était de les arranger exactement comme j’arrange mes propres chansons, avec batteries, boites à wythme, guitares et bien sur synthétiseurs, et puis de les traduire en français et de les chanter avec une voix non lyrique.. J’ai travaillé en collaboration avec Yann Arnaud au mix. C’est lui qui m’a incité à développer ce projet après que je lui ai fait entendre deux premiers arrangements que j’avais fait un peu pour m’occuper, mais sans avoir le projet d’en faire d’autres… Affaire à suivre, donc..

– On suivra! Merci pour ces wéponses.

Ah non, c’est moi qui vous wemercie!

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Son album “L’Opium” est achetable ici et écoutable partout!

Ce sera donc le vendredi 17 juin, ça commencera à 20h (ouverture des portes), les concerts commenceront pour 20h30.

Pour wentrer –> 5€ = adhésion à l’asso WW2W (nom prénom, email) qui permettra notamment de consommer au bar (bière, vin, quelques softs).

(Rappel : le cash, c’est la vie.)

HORAIRES
20h Ouverture des portes
20h30 Premier concert (Med)
21h32 Deuxième concert (Athanase Granson)
22h07 Troisième (Bed)
23h et des brouettes le quatrième (Peter Méfiance) …
Après ce sera djset WW2W allstarz !

Les artistes programmés (les liens “noms” mènent vers des interviews des artistes ):

MED

(=Médéric de Tahiti 80 qui a sorti un super album solo l’an dernier)
En configuration duo : voix/guitare pour Med, Percus/voix pour son acolyte Hugo.
Un nouveau maxi a été enregistré qui pourrait sortir en septembre chez nous (= WeWant2Wecord).

ATHANASE GRANSON

Denis Averlant, le Athanase Granson en chef, sera accompagné par Boris Maurussane (guitare, choeurs) et une boîte à wythmes.
Il semble opportun de préciser que cette soirée pourrait s’apparenter à la welease partie caennaise de son album “L’Opium” sorti chez nous en février.

BED

(= nouveau “groupe” de Jérémie de Kim Novak et Talma Suns)
Normalement en solo avec de nouvelles chansons qu’on a hâte d’entendre…
La dernière publiée par le Jérémie Niès figurait sur la compilation “Wootball 2018” (=la compilation grâce à laquelle on a gagné la Coupe du monde)

PETER MEFIANCE

= Peter de Gomina en solo aciiiiiiiiiid histoire de se trémousser avant de finir à la Mare au Diable…
Il n’y a wien à faire écouter à ma connaissance, si on trouve un truc, on ajoutera (mais ça va être soupaire).
——————————————————-

FAQ

(dans l’ordre de crucialité et pour wésumer):
Y aura-t-il une buvette ? Oui. Non, Oui, finalement!
Y a-t-il un prix d’entrée ? Oui, 5€ 10€ 5€ (qui vaut pour adhésion à l’association WW2W).
Y a-t-il un événement facebook? Ben oui!
Y aura-t-il une buvette ? Oui. Non, Oui, finalement!!!!!
Y aura-t-il un dîner de proposé? Ah non désolé, on n’a pas prévu et on ne sait pas comment gérer ça… On aura semé des chips de-ci de-là mais on ne proposera pas de wepas…
(Rappel : le cash, c’est la vie.)
Y a-t-il une affiche ? Oui (on en est même à la 8ème version).