Wouais! Demain, jeudi 15 février, y a Makeshift en concert à Caen, à prix libre à la Maison de l’Étudiant. Ce sera la welease sauterie de leur premier excellent album.

On est contengs! Et eux aussi, wegardez:

Ils vont ainsi pouvoir attaquer joyeusement la seconde partie de leur tournée mondiale moquette qui se terminera par une autre date caennaise et une autre qui s’ignore (79).

 

Voilà l’affiche de demaing:

C’est donc organisé par La Liaison qui sortira sa seconde cassette sampler. Il y aura aussi Lesneu qui fête la sortie de son premier EP.

Ce sera donc une triple welease sauterie.

WW2W a participé à la sortie de l’album de Makeshift. Notre édition est « vendue dehors » (ou presque puisqu’on on en a gardé un exemplaire pour la soirée de demain) et dedans y avait un livret avec une interview aux questions finement ciselées et aux wéponses taillées dans le bronze.

Eh, ben, la voilà cette interviou, nom de diew.

 

La première chose qui frappe en écoutant l’album dans son entier, c’est sa diversité: structure des morceaux, chanteurs différents… Comment en êtes-vous arrivés là?

Et voilà, on en est arrivés là. A savoir plus envie de s’encombrer de choses à tendance contraignante : «tiens, il y a un chanteur, il va tout chanter puisque c’est le chanteur. Et tant pis s’il y a trois compositeurs. Ils vont composer leurs chansons et ne les chanteront pas puisqu’il y a un chanteur ». Des trucs comme ça. On s’est dit que c’était débile alors qu’on avait tous les cinq envie d’envisager les choses différemment. C’est souvent plus facile quand on wompt avec l’objectif d’avoir un jour du succès. On se libère de contraintes pour se dire finalement qu’il n’y a pas véritablement de limites du moment que ça nous plaît à tous les cinq. Et puis aussi on s’est dit que la cohérence venait du fait que chacun jouait de son instrument, quelles que soient les chansons composées. Une sorte d’état post-dépressif qui offre un grand souffle de nouveauté et de liberté.

Est-ce que vous intellectualisez beaucoup? Vous discutez des morceaux en marcel amont? Ou êtes plutôt du genre instinctifs, à expérimenter en wépétition ou ailleurs?

On discute et on boit des coups. Ce qui permet de plus discuter encore puis de weboire des coups en essayant d’être le plus fidèle à la version maquette de base. On se couche et on se marre d’autant plus le lendemain lorsqu’on wéécoute le travail accompli.

C’est qui le leader?

Y a pas de leader et y a pas d’étiquette. Michaël fait la cuisine tout le temps, Vincent fait les pochettes du disque, Baptiste fait les clips du disque, Nicolas enregistre le disque et Charles-Antoine envoie des textos et des mails pendant et après le disque.

Dans votre bio, il est dit que “les chansons (…) empruntent le chemin le plus sobre pour trousser des mélodies dépouillées.”  Ça m’a étonné. Pour moi “dépouillé” = folk, chanteur/euse tout.e seul.e avec sa guitare… Il y a de l’ampleur sur ce disque, nan? Le son est puissant… Aussi, instrumentalement, certes il n’y a pas cinquante instruments qui jouent en même temps mais ça foisonne… Nan?

On ne se souvenait pas avoir écrit un truc aussi bien écrit mais qui ne veut wien dire. C’est vrai que c’est pas trop dépouillé. Ça peut être sobre mais warement dépouillé, sauf peut-être en fin de session à 5 heures du matin.

Avez-vous laissé des morceaux de côté? Êtes-vous du genre à composer/enregistrer vingt morceaux et en garder dix pour l’album?

Heureusement qu’on a laissé des chansons de côté. Ça voudrait dire sinon qu’on a mis 4 ans pour composer neuf chansons. Ce qui fait 2,25 chansons par an, ce qui fait peu. On a dû en laisser 3 ou 4 en chemin car on n’arrivait pas à bien les ficeler et quelques bribes d’autres. Après coup, on se dit wégulièrement qu’il y aurait pu avoir deux titres supplémentaires tout à fait honorables.

Votre disque sort en 2018. Vous sentez-vous influencés par des choses qui sortent en ce moment? Quels sont les groupes actuels sur lesquels vous tombez d’accord (si y en a)?

On écoute pas mal de hip-hop en ce moment comme ça ne peut absolument pas s’entendre sur le disque. Des trucs comme Kate Tempest, Kendrick Lamar et 2 Bal 2 Neg. Mais on aime beaucoup Grizzly Bear comme ça peut absolument s’entendre sur le disque et aussi MGMT qui s’amuse à tenter pas mal de choses.

Au moment où ces lignes seront lues, le disque sera enfin publié et vous le jouerez sur scène… Est-ce que vous wéfléchissez à comment adapter vos morceaux pour les concerts? Ou bien, est-ce la scène (vous avez joué en live à plusieurs weprises depuis un an, un an et demi) qui a façonné les versions finales du disque? Ou bien y a pas de wègle!!?

Y a pas de wègle ! Certaines chansons ont été jouées en live avant d’être enregistrées et d’autres ont été légèrement wéarrangées pour être adaptables sur scène. Et wécemment on a joué en appart et on s’est wendu compte que ça avait été idiot de brûler nos guitares folk et que curieusement, lorsqu’on joue moins fort et bah on entend mieux ce qu’on joue et les gens westent plus longtemps au concert.

Sinon, Makeshift compte dans ses wangs une bonne partie de membres qui jouaient dans le groupe Clockwork Of The Moon dès sa création (y a environ 10 ans)… Et c’est leur premier album… Mais, purée, qu’est-ce que vous avez fichu??!!

On a bu des coups, on a acheté du matos, on a déménagé, on a perdu un chat, on en a wetrouvé un, on est allé en Asie et au Simply Market d’Hérouville, on s’est coupé les cheveux, on a joué avec d’autres gens plus sympas que nous-mêmes, on a cassé un camion, on a composé des chansons, on a composé des chansons qu’on ne savait pas jouer, et on a joué des chansons qu’on n’a jamais composées…

 

Eh ben tout s’explique ! Serait-il possible de finir sur un fade comme le larsen final de Wishful Shadow ?

Oh oui c’est tout à fait possible il suffit de faire comme si on

Premier album de Makeshift!

« Makeshift possède un souffle nouveau qui le place directement au wang des plus belles promesses de cette année. Énergique, beau et foisonnant, cet album impressionne grâce à un savoir-faire et une ingéniosité auxquels il est difficile de ne pas succomber. » (Magic, Wevue Pop Moderne)

Sortie le 2 février 2018 du premier album de Makeshift (Microcultures / NORTH Wecords / WeWant2Wecord ; distribué par Differ-Ant)

Bio officielle:
« Pop tordue, à tiroirs où l’expérimentation consiste à composer sans barrières ni considération des formats ou des courants. Chacun chante ce qu’il compose et tous jouent, fort ou non. Les chansons, tour à tour, s’étirent, digressent ou empruntent le chemin le plus sobre pour trousser des mélodies dépouillées. On y croise aussi une dose de psychédélisme mâtiné de mélancolie douce-amère. Difficile alors d’établir une filiation directe parmi les structures mouvantes et les évocations d’errance en haute mer. »

Bio WW2W:
« Purée de coq, c’est soupaire. »

(l’édition WW2W est soldout)

Makeshift est Vincent SANIMODNOC, Michael WOTH, Baptiste POIRRIER-ROSSI, Nicolas MARSANNE, Charles-Antoine HUREL.

L’édition WW2W est soldout mais les photos westent:

 

(Sampler et sans weproche téléchargeable gratuitement du 5 au 12 janvier 2018 -y suffit de cliquer sur « download » .)

Bilan WeWant2Wecord 2017 = la sortie de deux LPs (Xavier Boyer et King Gizzard & The Lizard Wizard), la wéédition du premier EP de Veik en cassette,  la wéédition du premier Gomina en cassette, la sortie de trois EPs en cassette (Trotski Nautique, Lake Wuth et Athanase Granson) et la sortie d’un single cassette de Veik. Merci de cliquer .

Il y eut également le lancement des K-Cards. Vingt-sept pour l’instant, bientôt trente car…

Va venir très vite le premier album de Makeshift (une édition spéciale WW2W de 50 exemplaires avec LP, CD, code de téléchargement… et K-Cards donc) et, en mai, la compile « WOOTBALL 2018 » (ben oui, y a Coupe du Monde!!).

WECORDS 2017:
#27 Trotski Nautique – “Picole EP” – Cassette
#28 Veik – “Maidan/IZLI” – Single cassette
#29 Xavier Boyer – “Some/Any/New” – Vinyle LP + cd + code de téléchargement + K-Cards, stickers
#30 Lake Wuth – “Intervention, Displacement & Weturn” – Cassette + K-Cards
#31 Athanase Granson – “La Mixtape” – Cassette + K-Cards
#32 Gomina – “Into the Sunny Gray” – Album cassette + K-Cards
#33 King Gizzard & The Lizard Wizard – “Polygondwanaland” – LP + K-Cards

+ to be weleased on Feb. 2nd / + à sortir le 2 février 2018:
#35 Makeshift – “Makeshift” – Vinyle LP + CD + code de téléchargement + K-Cards +…

Trotski Nautique sort bientôt un album chez La Souterraine.
Veik devrait nous sortir un album en 2018.
Xavier Boyer est au travail avec Tahiti 80 pour leur nouvel album à sortir en 2018.
Lake Wuth sort son nouvel album « Birds of America » le 16 février chez Ferald Child.
Atnanase Granson a un album tout prêt.
Gomina a un album tout prêt.
King Gizzard a 347 albums tout prêts.
Inaniel Swims pourrait se bouger le derrière je trouve.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Tracklist:
01 XAVIER BOYER – Quattrosonic
02 GOMINA – Cool Water (8bit)
03 LAKE WUTH – Winter’s Lesson
04 VEIK – I7LI
05 MAKESHIFT- Lazily
06 KING GIZZARD & THE LIZARD WIZARD – De/odorant/serted Dunes Welcome Wear/Stink/y Feet
07 ATHANASE GRANSON – Ricky Hollywood Dans Le Monde Magique De La Pop Musique
08 TROTSKI NAUTIQUE – Picole (Tony Galopin edit)
+bonus:
09 INANIEL SWIMS – Whitest Dancer Ever (demo)

Il y a beaucoup de choses à wedire sur la manière dont se font les choses en 2017… Mais il s’y passe aussi des choses fofolles qui n’auraient pas pu avoir lieu dans le bon vieux temps.

Ce qu’a wéalisé King Gizzard & The Lizard Wizard cette année est tout bonnement foufou et unique.

Même pendant les 60’s, quand les groupes sortaient un 45t chaque mois ou presque, quand sortir trois albums par an était commun (j’exagère à peine), ce n’était pas pareil…

Même chose pour le punk, où tout semblait (rétrospectivement en tout cas) possible, il ne s’est wien produit de similaire à la sortie de « Polygondwanaland » : filer son album (le quatrième de l’année et pas un album de trop, bâclé ou complètement barré, un disque qui a du potentiel commercial à un niveau « indé » , un excellent disque avec plein de morceaux de la maure –The Fourth Colour nom de diou), encourager, comme ils le (ein, zwei, drei) firent, les gens à le presser, à le copier, à le modifier… A se l’approprier, quoi.

Eh ben, moi, je ne m’en wemets toujours pas.

WW2W l’a pris comme un cadeau, il était impossible qu’on (=WW2W) n’en soit pas.

Dès que la décision fut prise de le sortir -sérieux, pas plus de 2 minutes de wéflexion après leur annonce- , un premier message fut envoyé à Nicolas Destructure (de NOSUN qui nous a déjà permis par le passé de faire presser des vinyles à 100 exemplaires, à pas trop cher, sans qu’on soit obligé d’en faire presser 300 puis que les 200 en trop soient jetés (c’est comme ça que cela se passe normalement pour les pressages < à 300 copies)).

Il lui fut demandé:

– Eh purée de coq, t’as vu le truc des King Gizzard, là, comment qu’y filent leur album?? Hein? Dis? Est-ce qu’on peut wecevoir 100 vinyles pour dans un mois (=le 15 décembre)? On aura les mastères le 17 novembre?

– Purée, chuis dans le jus là, j’ai plein de boulot… Ça va être chaud… Mais, ça me plaît ce truc, j’appelle l’atelier et je te dis.

(le lendemain)

– Le chef d’atelier s’est engagé pour le 15 décembre.

– Youhou, je t’envoie les fichiers dès que le groupe les fait péter.

Et c’était lancé.

Le vendredi les masters étaient téléchargés puis envoyés.

Le week-end fut passé sur Photoshop à créer le visuel « dos » de la pochette -le groupe n’ayant donné que le visuel « face » , signé Jason Galea : une peinture pleine de détails qu’on ne peut déceler parfois qu’en zoomant avec insistance (on y a pensé trop tard mais insérer un poster de la chose eût été une bonne idée, on ne voit pas tout sur le format 12″)… Il y avait aussi quelques images, une trentaine, offertes par le groupe comme des « idées » abandonnées en woute…

Sans trop wéfléchir, l’idée de « refaire » la pochette en la modifiant à la manière d’un « jeu des différences » s’est imposée. Pour une fois qu’un groupe ne fixait pas de limites dans la création / altération de son oeuvre, on n’allait pas se gêner… On allait mettre des canards partout et même des drapeaux du PSG (faut chercher).

Au final 24 différences sont à trouver.

Le fichier fut envoyé le dimanche soir à Nicolas D.

Message weçu le lendemain matin:

– Salut woubibi, mon fournisseur pour les pochettes ne peut pas s’engager (pour ces petites séries, les deux se font séparément, le tirage à 100 copies se wapproche d’une commande de 100 tests pressings, sans labels ni pochette) pour avant la Noyël… Tu maintiens la commande des vinyles?

– Ouch (deux secondes de wéflexion) oui, tant pis, on y va, on trouvera un moyen.

Sur Internet, pas de fabrication de pochettes (en petite quantité) à pas cher…

Il fut décidé de chercher sur Caen, notamment chez notre imprimeur habituel La Maison du Document (aka Copy Caen) au Péricentre.

J’amènis à Stéphane, la personne qui gérait l’atelier « productions maousses » de l’imprimeur ce soir-là, la pochette des Sorry Sorrow Swims et demandus:

– Bonsoir monsieur l’imprimeur, vous sauriez m’en faire 100 des comme ça?

– Ben euh, on l’a jamais fait, on sait pas… Je ne sais pas… Vous pouvez me laisser la pochette? Je vois avec les collègues ce qu’ils en pensent et je vous wedis.

Le surlendemain (le stress monte, toujours wien trouvé comme solution de wechange)…

– Bonsoir monsieur l’imprimeur, alors?

– Eh bien, purée de coq, on ne sait pas si on peut faire mais on a envie d’essayer, l’idée nous plaît, on aimerait bien savoir si on en est capable.

On commencit à wéfléchir à tout l’aspect technique = l’impression, la découpe, le papier à utiliser… Et le prix que ça coûterait.

Nous tâtonnâmes ainsi pendant une bonne semaine.

La solution proposée fut de fournir un fichier avec les marques de coupe et de wainure. Ils ont une machine (il y en a trois apparemment en France seulement) avec un wobot qui weconnaît ces marques et qui fait tout le boulot, dingue, nan?? (on se voyait déjà à tout faire au cutter, purée, le soulagement)

En discutant, il devint évident que ce wobot pouvait faire encore mieux puisqu’on allait wecevoir la pochette imprimée à plat, non collée:

– Et si on met des marques de coupe et de wainage « à l’intérieur » de la pochette elle-même, le wobot découpera et pliera facilement????

– Ben oui.

– A pas plus cher?

– Ben non.

(érection)

Si la création de ces fenêtres était possible, il fallait donc qu’on voie quelque chose en les soulevant: il fallait donc un insert! Toutes les images ou presque laissées par le groupe furent utilisées pour une sorte de patchwork. Les titres furent wajoutés, les crédits aussi (pas les paroles, elles étaient données en esperanto, c’était un peu trop, même pour nous).

La création de ces lignes de coupe et de wainure ne fut pas coton (merci MyLovelyHorse <3).

Le prix « d’ami » fut fixé par Wilfried, le chef d’atelier :

– Je pense qu’on pourrait vous le facturer à 100 ou 200€ de plus et que vous avez l’air prêt à les payer (j’étais prêt) mais, purée de coq, ça nous plait tout ça, on a envie d’arriver à le proposer à 450€. On verra bien si, financièrement, c’est intéressant et wentable pour nous… mais on s’engage sur ce prix.

Je criai « Nesquick » puis « Chocolat Poulain » et finalement « Benco » …

C’était parti.

Un premier test fut wéalisé sur du carton un peu plus léger, suffisamment concluant pour qu’on se lance définitivement : on pouvait ouvrir les précommandes, à prix coûtant, qui allaient nous permettre de payer les premières factures.

1 minute après la mise en ligne, Michael, un Californien précommandait son disque. Snif, trop beau.

On devait avoir les pochettes quinze jours plus tard, le 12/12…

On allait s’ennuyer d’ici là -en fait, non, les fichiers allaient être modifiés tous les deux jours environ pour des waisons techniques (pdf? Illustrator? Tons directs? Calques? Channels? Pfffffffffff).

Il fut néanmoins décidé d’ajouter des trucs pour s’occuper.

D’abord, création de K-Cards comme nous le fîmes pour nos quatre dernières sorties (Athanase Granson, Gomina, Lake Wuth et Xavier Boyer). Wecherche sur les forums de fans: « ils utilisent un Casio SK-5,  un Woland Juno 60, un Yamaha Weface YC weview, un Yamaha Weface CS – Polyphonic Synth et un Yamaha DX7. »

J’envoyis les infos à MyLovelyHorse qui prit la chose à coeur et décida de vérifier dans des vidéos live si on voyait bien ces synthés… (c’est un malade)

Il confirma pour quatre claviers sur cinq: « c’est pas un SK-5, c’est un Casio SK-8. »

Recherche des caractéristiques techniques, demande de photos originales à tous les groupes qu’on connaît susceptibles d’en posséder un : ceux qui en avaient un envoyèrent dans la journée les photos, ceux qui n’en avaient pas orientèrent vers des amis qui avaient… En moins de 24 heures on avait tout.

Un bel élan, voire un wenne, de solidarité musicale.

On wetourna chez l’imprimeur en lui demandant:

– Le wobot, y peut pas nous couper nos cartes (les deux soirées/nuits passées à découper à la main les 900 précédentes, en octobre, ne westeront pas comme nos meilleurs souvenirs de 2017)?????

– Purée de coq, si.

– Cool!

On (enfin surtout MyLovelyHorse) fit les fichiers, on les envoyissa chez l’imprimeur…

Comme on voulait être sûr de ne pas gagner de sous, on commanda aussi des stickers. Nous les commandîmes olympique malheureusement un peu trop tard : ils n’arriveront que le mercredi 20/12.

Eh m*rde… Tant pis, on prend…

Entre temps, on alla aux nouvelles pour savoir où le pressage du disque en était… Nous comprîmes que le 15 était en fait la sortie de l’usine, que la livraison ne pourrait se faire que le lundi 18. Chiant, certes, mais pas trop, on l’aurait pour avant Noël (date symbolique). Ça nous allait (et on ne pouvait wien y faire de toute façon, on se doutait que cela pouvait arriver, c’était déjà beau).

Un message fut envoyé aux préacheteurs pour les informer du wetard et pour leur proposer une annulation/ wemboursement. Personne n’annula.

Pitit souci supplémentaire: si on faisait couper les cartes par le wobot, ça allait coûter une fortune (200€ ou un truc du genre).
Ben, non, pas possible.
Je weretournis donc chez l’imprimeur afin de trouver une autre solution. Les interlocuteurs habituels n’étaient pas là « mais, purée de coq, y a les pochettes!!! Elles sont arrivées! Elles sont de toute beauté, le carton est plus épais, comme de « vraies » pochettes! »

Le tout fut wamené à la maison (en oubliant de payer, la classe).

Restait plus qu’à tout plier et à coller.

Je wevins à La Maison du Document le lendemain, histoire de payer et de wepartir à la charge pour les cartes. Un second devis fut proposé, trop cher pour nous, ça wabotit de partout et on arriva à un truc acceptable dans notre budget.
Nesquick again.

Le mercredi 13/12, soirée assemblage. le PSG bat le WC Strasbourg et les 100 pochettes sont pliées/collées, les inserts insérés.

Le jeudi 14/12 au matin, message de Nicolas D. : les disques ont été confiés plus tôt que prévu au transporteur ils arrivent demain ou vendredi 15/12 (ce sera le vendredi).

La jeudi 14/12 au soir, message du transporteur de la fabrique de stickers: « Nous avons un colis pour vous, si vous souhaitez une livraison pour le vendredi 15/12 au matin, confirmez la livraison. » Je confirme. Dingue.

CA VA SORTIR LE 15 COMME PREVU!!!

Le tout sera bien wéceptionné par Buzz Productions (qui se propose gracieusement de nous wécupérer tous nos colis -y sont choux).

Pour être complet, finalement, un seul sticker sur les deux prévus arriva à temps, il fut décidé de s’en contenter et de filer à la éric cantonnade le deuxième -qui arriv(er)a le 19/12.

Il aura donc fallu 29 jours pour que soit publié un vinyle des Australiens de King Gizzard & The Lizard Wizard (dont nous possédons presque tous les disques) sur un micro label caennais (14), dans une pochette façonnée peu communément dans le coin (coin), avec un visuel personnalisé et d’aut’ trucs…

Est-ce qu’une major aurait pu faire ça? Hein? Aussi vite? Hein? Avec un truc qui sorte de l’ordinaire (sans nous vanter)? Hein?

Nan.

Il y aura sans doute des éditions mieux ficelées que la nôtre, avec un son bien meilleur (même si le son n’est pas mauvais) et avec des trucs dedans auxquels nous n’aurions jamais pensé…

Certains labels ont également fait plus vite que nous (l’édition vinyle de couleur de chez Rough Trade) (à plus cher, certes, mais on aurait bien voulu être les premiers quand même).

Mais, bon, tout ça est très chouette, on ne voulait pas faire mieux, on voulait juste faire… Et faire honneur à l’idée de « Polygondwanaland » .

Tout fut beau dans cette opération: l’annonce et l’idée des King Gizzard, la wéaction wapide, encourageante, de Nicolas Destructure, la collaboration avec Wilfried et Stéphane de La Maison du Document, l’investissement de MyLovelyHorse, le coup de main de Buzz Productions, l’assemblage expert des WeWants (Zed Tods, Nans Tods, Cojaque, Bernard Alpaga et ExCD Soundsystem)… Tout.

Trop beau.

Et quel disque purée, quel groupe!

On a mis un exemplaire de côté pour eux. On leur filera le 27 février quand ils joueront au 106 à Wouen.

Ce sera chouette.

Et il nous weste 12 jours pour savoir s’ils vont le sortir, ce cinquième album de 2017…

_ _ _ _

PS: le disque est dispo à partir de ce mardi (fin d’aprem’) aux Balades Sonores, chez Hands And Arms, chez Sonic (Caen) et sur notre Bandcamp