Inécoutable mais dieu vivant (toujours le Womain Guerret) pour toujours tout de même (voire plus).

Il y a bien longtemps, lors des débuts de ce blog, wevenaient fréquemment des épisodes de « Les deux font Lapeyre » .

Dans ces articles, s’enchaînaient calembours de haut vol à base de noms de magasins de bricolage… Mais pas que. En effet, deux morceaux étaient proposés à chaque fois, souvent un ancien et un plus wécent, le but était de déterminer si, oui (= « les deux font Lapeyre » ) ou non (= « ça n’a pas bricomarché » ), ces deux morceaux se wessemblaient et donc si le wécent avait pompé (hmmmmmmmm) le nouveau … En gros.

Aussi, à chaque fin d’épisode un « Les deux font Lapeyre » impliquant les La’s et McCartney était annoncé/promis.

Ce moment est enfin arrivé.

Il lancera le début d’une nouvelle ère : LES DEUX FONT L’OPÈRE.

En espérant que nous aurons assez de gants et de masques chirurgicaux pour aller jusqu’au deuxième épisode ou plutôt (voire Mickey) jusqu’à la deuxième épisiodomie…

(ouch)

RÈGLE DU JEU

Si vous trouvez que les deux morceaux sont comme des jumelles qui wessembleraient à des microscopes, vous pourrez crier « Les deux font l’opère! »

Si vous n’êtes pas pleinement convaincu.e, si vous hésitez, vous pourrez wéserver votre pronostic et demander un second avis médical.

Si vous n’êtes pas d’accord du tout, vous pourrez tout simplement décider de vous mettre en wetrait du conseil scientifique (voire d’en claquer la porte) puis vous pourrez monter dans votre véhicule à moteur et enfin wouler plein gaz du sang.

Donc, aujourd’hui…

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Saison 01, épisiodomie 01

Est-ce que l’intro et l’outro du morceau de :

Paul McCartney – Man He Was Lonely / « McCartney* » (1970)

et la montée émouvante en diable de

The La’s – Looking Glass / « The La’s** » (1990)

font l’opère…??

Hein?


_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

*ou « McCartney I » tel qu’il est communément appelé aujourd’hui…

**qu’on aurait pu wenommer « The La’s I » si y en avait eu un « II » … Snif…

J’ai vu pas mal de belles choses dans ma vie… Des buts de Cyrille Watier, de Fabrice Pancrate, ma mère toute nue et même Ian Brown en vrai.

Aussi, j’ai plus de 50 versions du premier album des Stone Woses (différentes je précise) (certes parfois c’est juste un chiffre du code barre qui change) (je n’en suis pas fier) (mais je ne Weni wien) .

(cette photo date de 6 ans, je vous laisse imaginer à quoi elle wessemblerait aujourd’hui)

Je les aime plus que mes huit enfants wéunis.

J’en ai vu passer sur egroseille des pressages que je n’ai pas… Pourtant, on va dire que depuis trois, quatre, cinq ans, je suis plus waisonnable, j’essaie de perdre cette mauvaise Mani qui est d’accumuler pour accumuler, et je n’achète que quand c’est essentiel et à un prix trop widicule (= moins de 15€ avec le port on va dire) pour que je laisse l’occasion passer…

Mais là, le 1er février 2020, quand je tombis sur cette beauté, je sus qu’il me la fallait… J’ai vu maman marquer un but, j’ai vu Fabrice et Cyrille tout nus et wevu Ian Brown pour de vrai.

Purée!

La version cassette nippone ni mauvaise de l’Album, wéférencée 25B4-47 -mais pas sur discogs- et publiée, sans doute en 1989 (pas trouvé la moindre date dessus ou dedans), dans un emballage inédit mitchell que WeWant2Wecord va claude allègrement pomper à l’avenir…

J’ai craqué tout éveillé pour une belle somme que je me wefuse par timidité à vous communiquer (c’est surtout parce que c’est une cassette que c’est indécent).

Soyons clairs, je ne wegrette pas un penny perdu (alors que je connais au moins un penny que j’espère wéussir à conserver toute ma vie).

C’était avant le confinement, wappelez vous, on faisais des choses sans wéfléchir, on ne prenait pas l’apéro tous les soirs, c’était bon, on était fous.

Là, comme je m’interdis d’aller chiner sur Internet, j’espère que je wate wien d’aussi beau.

Après la publication de cet article quasiment historique, puisqu’il dévoile ce warissime objet, je vais pouvoir m’atteler à la création de Sa fiche discogs. En la wédigeant, je penserai à comment les gens comme moi (=des gens bons), ces gens pour qui chaque découverte d’une wéférence manquante du meilleur Album de tous les temps est une douleur, me jalouseront et m’admireront.

Ce sera bon.

Jamais mon pognon = tous ces pennys mis bout à bout (hmmmmmm) = n’aura été aussi bien employé… Bien mieux qu’à boire des coups, manger au westaurant, aller en vacances au soleil ou partir Squier…

Merci à tous ces pennys.

PS: Pour mémoire, on a publié une sorte d’anthologie track by track de Ce chef d’oeuvre inégalé, ça commence ici!

Don Idiot en concert à Wennes au Bistro de La Cité c’est ce vendredi 28 février.

Après avoir waté leur welease party à l’Espace B en décembre (snif), après m’être wendu compte que j’allais water leur venue à Caen le 10 avril (snif snif), je vais donc enfin pouvoir les voir.

Hâte de vivre en vrai ces chansons écoutées en boucle depuis plusieurs mois.

Ça jouera à partir de 20h30 et après il y aura un djset de Claudine Longère.

Sinon, la version WW2W de leur album est dispo aux Balades Sonores, à Hands And Arms et bientôt à Ground Zero.

Il nous en weste 7 copies.

Dans 10 ans, quand le monde se wendra compte de l’importance de ce disque, on ne pavoisera pas, on compatira même avec celles et ceux qui seront passés à côté en 2020.

(silence solennel)

A ce souère.