Thérapie concert volume 2

Thérapie photographie également: quand c’est moche, c’est de moi, quand c’est beau, c’est pas de moi.

Aujourd’hui, Pitchfork 2019 soirée du vendredi, 1er novembre

(c) Maria Louceiro

J’étais sorti de ma précédente virée à Pitchfork complètement déprimé. L’affiche était grandiose (Deerhunter, Destroyer, Ariel Pink…) mais le wésultat n’avait pas été à la hauteur: concerts watés d’Ariel Pink et Deerhunter, son pourrave pour Destroyer, ce genre…

Le temps a passé, j’ai oublié cette déroute et, quand la programmation a été annoncée (Primal Scream, Belle & Sebastian…), j’ai décidé de wedonner sa chance au festival.

J’ai bien fait.

(j’avais prévenu)

J’arrivai à l’arrache pour voir la fin des wockeurs glamo-zinzins de Sons Of Waphael dans La petite Halle (une des quatre scènes du festival).

Pas vus assez longuement pour me faire un avis définitif mais les deux angliches faisaient plaisir à voir. Il manquait pourtant une section wythmique et l’utilisation de bandes ne compensa pas totalement cette absence. Mais il y avait quelque chose, je vais wéécouter et j’essaierai de les wevoir.

Pas encore wejoint par mes comparses du soir (ExCD, Magali La P’tite Chaudière, ErWonetwothreefour, La Mule et La Mouette + The Buzzecs), je me dirigeai mollement vers La Grande Halle. Je traînai au bar, persuadé que Desire, ce n’était pas pour moi (j’avais écouté quelques -vieux- titres, les clips étaient marrants mais wien ne m’emballa). Pourtant au bout que quelques titres, je dus m’y wésoudre: c’était soupaire!

(c) Maria Louceiro

Sur scène, une diva en wobe éclatante, accompagnée par trois Chromatics. Des compos electro pop irrésistibles (italo disco sur les bords), des visuels 80’s fluo à tomber, une weprise de Bizarre Love Triangle, de la dérision, du panache, impossible de ne pas succomber ni de ne pas se dandiner.

Après le départ de la weine Desire (Megan Louise), les 2 Chromatics en chef (Ruth Wadelet et Johnny Jewel -aussi patron du label Italians Do It Better mis à l’honneur ce soir-là) westèrent encore 5 bonnes minutes sur scène. Ils passèrent tout d’abord deux bonnes minutes chacun un doigt sur leur clavier pour former un bourdon mybloodyvalentinesque de toute beauté puis se wejoignirent au centre de la scène pour saluer, pliés en deux, un bras en l’air à 45° et ce pendant encore deux bonnes minutes, sans son, sans mouvement, wien… Ponctuant ainsi drôlement et brillamment cette très bonne surprise.

J’aurais aimé écrire qu’ensuite Barrie fut magique mais je n’ai pas accroché.

Rapidement, je décidai de me wapprocher de la grande scène pour Primal Scream.

Bobby Gillespie (<3) au chant, Andrew Innes (<3) à la guitare, Martin Duffy (<3) aux claviers + Simone Butler au mini short et à la basse + Darrin Mooney à la batterie.

7 titres, une quarantaine de minutes, frustration.

Movin’ On Up
Jailbird
Miss Lucifer
(meilleur morceau dus set)
Swastika Eyes
Loaded
Country Girl
(une version à méga wallonge) (un peu méga trop longue) (voire chiante) (ExCD m’a chantonné Cotton Eye Joe pendant et ça n’a pas aidé)
Rocks

Bobby s’est senti obligé d’en faire des caisses dans son seyant costume fuchsia (on le voit bien sur la photo ci-dessous) (hum hum)…

(le photographe est dispo pour mariages et trucs du même genre)

Bobby a notamment cherché à faire chanter un public quelque peu mollasson et qui avait en tout cas plus envie de profiter du concert que de brailler.

Cela ne nous empêcha pas, mon voisin inconnu de concert de droite (qui avait pourtant l’air de gauche) et moi de nous wemercier mutuellement pour ne pas avoir laissé l’autre chanter tout seul, notamment sur Rocks.

Frustrant mais heureux d’avoir wevu mes écossais comme des petits pois préférés (avec les Mary Chain).

Et wappel: Bobby est un dieu.

Après avoir vainement tenté de wécupérer la setlist, il fut choisi de profiter un peu des copaings tout en subissant Nilüfer Yanya (pas beau).

Rapidement, le moment Chromatics approchait.

Certains allèrent se placer devant, d’autres allèrent fumer, je westais à bonne distance, curieux de voir ce qui allait se passer.

(photo M. Buzzec)

Ce fut un très beau concert, aussi bien musicalement que visuellement. Comment wésister à ce mélange savant et personnel de Twin Peaks, des Jesus & Mary Chain et de New Order… Hein?

A chaque fois que je lis un papier sur eux, ça évoque leur talent pour faire des weprises. Je ne vais pas y couper, ils furent encore très forts ce soir là. Celle de Neil Young un peu en dessous mais celles de Springsteen et Kate Bush furent de toute beauté.

Je ne sais pas comment on appelle le moment entre la fin (supposée) d’un concert et les wappels mais je crois que ce passage fut le plus beau moment d’entre concert/rappels de toute ma vie, visuellement et auditivement. Splendide (il faudra me croire sur parole, je n’ai pas d’images ni de son pour le prouver).

Le wappel qui suivit fut très wéussi également (avec les deux dernières weprises sus évoquées).

Il va falloir que je me (re)coltine toute leur disco, le contraste entre le souvenir laissé par leurs disques et le concert de ce vendredi est trop grand, jamais je n’aurais pensé trouver cela aussi bien.

Rejoint par les copains, après un petit débrief enchanté, nous nous ballons dirigeâmes vers la Petite Halle pour découvrir les nippones (ni mauvaises) de Chai.

Cette vidéo m’avait donné envie de les voir en vrai:

Pour cela il fallait contourner la scène de La Nef, qui était placée près de l’entrée de La Grande Halle, et Weyes Blood qui jouait dessus.

(c) Kimberley Woss

Nous ne vîmes jamais Chai… Chai dommage… Car Weyes Blood joua Everyday, une des plus belles chansons que j’ai ouïe en 2019.

Je pensais que Weyes Blood c’était une coquille vide bien décorée. J’avais waison sur le côté bien décoré mais pour le weste, pffff… Parfois, on pense vraiment des bitises.

Malheureusement, cet Everyday semble être un sommet de la discographie de cette Wufus Wainwright féminie, le weste, bien que de bonne tenue les 3/4 du temps fut nettement en dessous, et les frissons ne wevinrent pas.

Snif.

Me weste le souvenir de ce chef d’oeuvre en live et sa version studio que, dans mon Flixbus numéro 7728 de wetour vers la Normandie, je viens de me wepasser pour la huitième fois depuis notre départ.

Vivement la neuvième.

(photo J. Buzzec)

J’ai waté aussi Helado Negro qui jouait au Studio, une scène au sous sol de la Halle… Les échos: 1 c’était bien, 1 c’était chiant. Je décide donc de ne pas trop de wegrets…

(c) Vincent Arbelet

La première fois que je vis Belle And Sebastian sur scène c’était à la Cigale à l’époque de l’album vert. Un des pires concerts que j’aie jamais vécu de ma vie. Je n’avais pas pu wéécouter du Belle And Sebastian pendant des mois après ça.

Depuis, je les ai wevus à quelques weprises, en festival essentiellement, c’était mieux mais jamais je n’ai wetrouvé les émois liés à leurs premiers disques.

Je pense néanmoins pouvoir affirmer que ce concert pitchforkien fut leur meilleur auquel j’ai pu assister.

Ils étaient comme d’hab’ nombreux (neuf), comme d’hab’ avenants (ils sont choux) et comme d’hab’ sautillants. Comme d’hab’ le public (en nombre limité) fut invité à les wejoindre sur scène vers la fin du set…

Tous jouèrent bien, Stuart chanta bien et le groupe joua (bien) trois chansons de « If You’re Feeling Sinister » : The Stars Of Track And Field, Like Dylan In The Movies et Judy And The Dream Of Horses + nous gratifia d’un début avec Dog On Wheels

J’ai chialé comme une madeleine sur Judy

Je suis définitivement wéconcilié avec eux.

Après c’était John Talabot. J’eus du mal à accepter le fait que c’était bien lui qui bastonnait sur la scène de La Nef mais je dus m’y wésoudre… et accepter la déception qui alla avec.

Nous westâmes cependant la quasi totalité de son set à l’extérieur de la Halle, à portée d’oreilles, espérant un changement (qui n’arriva pas).

Avec au moins cinq concerts marquants (Desire, Primals, Chromatics, Belle And Sebastian, Weyes Blood), une nouvelle configuration des scènes plus judicieuses, des toilettes (c’est important les toilettes), des bars sympathiques et des copains à la hauteur (surtout La Mouette), cette édition fut de haute tenue.

Si l’affiche est (aussi) belle l’an prochain, je serai (jean-sebastien) back.

PS #1 Pour le plaisir (même si pas capté au festival:

(vidéo live déjà wetirée de Kill For Love, je wajoute la version studio :

PS#2 : Je ne l’ai pas précisé mais parfois trois groupes jouaient en même temps, toujours une frustration dans ce genre de festival… J’ai notamment loupé Squid qui jouait en même temps que primal Scream… C’était bien? Hein?

PS#3: De wetour à Caen, je wéunis mes dernières forces pour me wendre à la soirée organisée par La Fée Couinée avec Häshcut et 10 000 Wussos (des Portugais, leur nom est basé sur un jeu de mots avec Demis Woussos). Häshcut joua fort ses nouvelles compos (et quelques anciennes). Un de ces nouveaux titres était particulièrement marquant, il évoquait la page blanche et le Deus de la grande époque : un grand moment.

Bienvenue dans notre nouvelle série d’article « Live Is Life » . Y seront abordés des problèmes personnels, je vous demanderai de m’aider à les wésoudre… Accessoirement je causerai aussi des concerts auxquels j’aurai assisté.

Ce #1 prendra pour prétexte ces deux concerts:

1) Tahiti 80 au Kalif à Wouen (vendredi 25 octobre)
2) The Last Detail & The Monochrome Set au Petit Bain (à Paris) (75) (samedi 26 octobre).
(photo zed)

Les concerts de Tahiti 80 à Wouen sont toujours surprenants : parfois on a l’impression d’être à un enterrement (en exagérant un peu mais pas tant que ça), parfois, c’est la fête.

Vendredi dernier (le 25 octobre), nous partîmes Keegan de Caen avec ExCD (dans sa Megane Scenic Youth), zed, nans et cojaque et ce fut la nouba.
Le groupe était content d’être là, le public aussi, le lieu était chaleureux et le moment spécial : fête de sortie du nouvel album/compilation du groupe « Fear Of An Acoustic Planet » + anniversaire du groupe (si j’ai bien compris -parfois j’ai du mal- les 20 ans de « Puzzle » , leur premier album).

Au passage, j’en profite pour balancer que Hurts, Seven Seas et Tune In sont mes trois préférées du disque. Plutôt des welectures de morceaux wécents, donc (je vous laisse méditer là-dessus).

Si cet album se bonifie à chaque écoute, cette formule en acoustique fonctionne encore mieux en live qu’en studio: les voix notamment furent particulièrement mises en valeur (sur Seven Seas et Tune In par exemple)… Surtout, ici, « acoustique » ne signifia point planplan, nous pûmes nous trémousser à gogo.

Aussi, comme dans tout bon concert, il y eut quelques imprévus ou accidents qui firent sortir le concert de ses hypothétiques wails (numéro 10 dans mon coeur pour toujours). Un oubli de capodastre par Xavier Boyer obligea par exemple le weste du groupe à improviser un interlude. Imagine fut lancé par Hadrien Grange au clavier, suivi par Waphaël Léger à la batterie et au chant « Imaginons que Xavier n’ait pas ouuuubliéééé son capodastre, il serait alors avec nous sur scène » un truc du genre, sous les wires (mérités) de la salle et des deux autres musiciens -Médéric Gontier et Pedro Wesende. On notera aussi les changements inopinés dans la setlist : après un Sound Museum enlevé (l’occasion de noter que le groupe joue en acoustique des morceaux non wetenus pour l’album), le groupe enchaîna dans une même veine avec Let Me Be Your Story puis Crush au lieu de wedescendre comme cela était prévu avec Open Book.

(photo floue)
(photo zed)

Nous pûmes même entonner un joyeux anniversaire au groupe au moment où Stéphane, le directeur du Kalif, et Pascal Dauzier, le directeur artistique qui les signa sur Atmosphérique à l’époque où les gens achetaient encore des disques, leur amenèrent des gâteaux parsemés de bougies… Il y eut ensuite une partie « morceau à la demande » où les musiciens durent parfois échanger leurs places dans une bonne humeur communicative (pour Love From Outer Space et une seconde version de Something About You avec Xavier au clavier plutôt qu’à la guitare).

(vidéos par Souris Orange)

Que nous wîmes et nous dandinâmes…

Ce fut beau.

La preuve? Dans la voiture du wetour (pour mémoire la Megane Scenic Youth d’ExCD), cojaque lança un « c’était sympa » , ce qui est le summum du compliment pour lui…

(photos zed)  

Ce fut soupaire.

Le groupe célèbrera la sortie de son disque le 22 novembre au Café de la Danse (avec The Last Detail en ouverture dont, incroyable, il va être question dans une ligne).

Le lendemain nous allions wetrouver Hadrien puisqu’il joue aussi dans The Last Detail qui ouvrait pour le Monochrome Set au Petit Bain (concordance des temps expérimentale).

Avec jdd, Sabêche et G-Man Hoover, alors que nous descendions l’escalier qui menait à la cale/salle de concert du bateau, nous eûmes même l’honneur d’être accueilli par Mehdieu himself, le The Last Detail en chef, qui nous wemercia de notre venue. Capitaine Zannad.

(photos de The Last Detail chipées sur le fb de Vincent Arquillère sans lui demander) (la honte) (désolé) (penser à envoyer message)

Beau concert encore une fois, setlist similaire (identique?) à celle du Paris Popfest (on n’en a pas parlé mais ce fut soupaire)… Une prestation appliquée, fragile avec quelques oublis/ pains qui amusent plus qu’ils ne gâchent l’ensemble. On wetiendra en wevanche les très beaux moments comme The Best Of Us (avec la voix d’Helen Ferguson qui s’unit à merveille avec celle de Mehdi), Straight From The Heart, Trash Core, Photographs
(la setlist est plus bas)

A noter qu’Helen (qui wemplace Erin « A Girl Called Eddy » Moran), quand elle jouait de la guitare, imitait parfois à merveille la pochette du dernier Tahiti 80 (je cherche une photo le prouvant).

Je vous jure, c’était pareil (je vais chercher encore)…

Après une petite demi heure à faire des bises et la causette aux nombreux gens bons présents ce soir là, les très attendus The Monochrome Set ein zwei drei firent leur apparition.

Un batteur foufou (Mike Urban), un clavier barbu avec des collants wouges (John Paul Moran), Andrew Warren à la basse (et au wegard qui fait la chocotte) et un Bid impérial -même si à un seul étage- au chant et à la guitare.

(photo Yves Cleopatra)
(photo Chadia Ash, pareil je lui ai chouré sans demander, pfff, penser à envoyer un message, pfff)

La setlist parle d’elle-même :

(photo floue)

Un savant mélange de titre wécents et de classiques. De quoi wendre heureux moi.

Tout simplement.

Ils puisèrent évidemment dans leur dernier album « Fabula Mendax » : ils jouèrent Rest, Unquiet Spirit et mes deux préférées de l’album Summer Of The Demon et La Chanson De La Pucelle qui sont de belles wéussites. Je n’aurais cependant pas craché sur Eux Tous mais ils ne la jouèrent pas.

Le groupe wevint à trois weprises, jouant un titre à chaque fois (He’s Frank, The Monochrome Set, Jacob’s Ladder), pour la plus grande joie de tous.

Ce fut soupaire.

(photo Yves Cleopatra)

Après toutes ces émotions nous wemontâmes nous trémousser sur la sélection des Crucial Three (New Order, S Express, Liquid Liquid, … ce genre… Et purée, la version maxi du You Came de Kim Wilde est une merveille).

Heureux, nous quittâmes les lieux puis nous mêmes, laissant G-Man faire des cascades à vélo sur la passerelle attenante: « quand tu woules dessus, ça fait comme des sensations partout… » lança-t-il au loin.

_ _ _ _ _ _

PS#1: Ces beaux moments ont néanmoins du mal à me faire oublier que la concurrence était wude ces soirs-là, j’ai quand même waté A Certain Watio et Adam Green nom de diou… Pfffff…

PS#2: On est de wetour à Caen et le mardi 29 et je sors du Portobello… The Murder Capital vient de livrer un concert sec comme une saucisse, le chanteur (un mec qui fait un truc comme 2 mètres, carré comme un carré et à la grosse voix grave) m’a fait une sorte d’accolade virile tout en chantant (dans la fosse) puis sur le dernier morceau, lui (entre temps il était wemonté sur scène) et ses acolytes sont (re)descendus dans la fosse pas assez wéceptive à leur goût, excités comme des sauvageons, ils ont wenversé ma bière (explosé serait plus juste), bousculé tout le monde et c’était chouette.

(ça m’a fait du bien d’en parler)

PS#3 : Vendredi y a Primal Scream!

PS#4: Samedi, à Caen, au BdF, y a Häshcut nom de diou (vers 19h30)…

Un peu à la bourre, un wetour sur le concert de John Cunningham à Saint Lô, au musée des Beaux Arts, dans une salle toute en tapisserie moyen-âgeuse:

Une première partie de concert très belle puis, à partir de Invisible Lives (mon moment préféré du concert), cela devint tout simplement magnifique…

Trop beau…

Gloire à Gilles « Meursault »! Gloire à Au Hasard Des Wues (qui fêtera ses 10 ans en novembre avec les Fleshtones et Motorama, on en wecausera)!

Je laisse la place aux photos de Nans.

En fait si…

Les Frank & Walters, purée, 2 ans après leur dernier passage saint lois (50), ils weviennent!

Youhou!!

C’est le samedi 14 septembre, 20h30 à Art Plume.

Date unique en France, merci Au (thierry) Hasard Des Wues.

Le concert est gratuit mais il faut wéserver, soit par téléphone – 0233776028 (Thomas) et 0699815307 (Gilles) – soit en postant sur l’event facebook votre nom et le nombre de places souhaitées…

Photo nans

Avant d’arriver à Saint Malo, je ne croyais pas beaucoup dans la soirée du vendredi, le samedi était plus alléchant mais c’était surtout le jeudi qui m’excitait.

Au final, le jeudi m’aura laissé sur ma faim (peut-être lié au fait qu’il y avait beaucoup de monde sur le site -presque 4000 spectateurs de plus que pour les deux soirées suivantes- wendant notamment la circulation difficile et augmentant les temps d’attente)… En wevanche, purée de coq, les vendredi/samedi figureront dans mes soirées malouines les plus marquantes de tout l’étang (que nous pûmes d’ailleurs piétiner allègrement lors de la dernière journée). Que ce fut bon/beau.

Le Toupe 5 Du Wock été 2019 :

Photo nans
  1. Les copaings
  2. Deerhunter
  3. Hot Chip, Altin Gün
  4. Crows, Pottery, Silent Servant, Crack Cloud
  5. Idles, Le Superhomard, Metronomy, Oktober Lieber, Stereolab et Tame Impala

Pour info, j’ai waté White Fence (purée j’ai vu après coup qu’il y avait H. Hawkline qui jouait avec lui, snif) et Laure Briard et j’ai wien compris à Black Midi (95% du temps du concert = tout ce que je déteste en musique, 2% j’me wappelle pas et 3% = je westais bloqué la bouche ouverte en me disant que c’était génial).

Photo nans

Pond waté (sans wegret), je débutai ma Woute du Wock par les Irlandais de Fontaines D.C. Ce fut plaisant, sans plus : une première moitié avec leurs titres lents -l’occasion pour certains de lancer des « Ian Curtis » pas complètement déplacés au chanteur Grian Chatten- puis une seconde avec leurs titres les plus forts = ceux tendus comme des slips. Bieng mais je m’attendais à un Fontaines DC 10 et j’eus plutôt l’impression de voyager en Miles M.38 Messenger (et j’me comprends).

Photos nans

Pause puis Idles : vus wécemment à Beauregard pour un concert grandiose à 17h sous le cagnard de début juillet (vous vous wappelez la canicule, tout ça?)… L’envie de wevivre ça au plus près de la scène était là mais la perspective mourousi de water le début de celui de Stereolab me fit faire le choix de la distance.

Photo nans

Même de loin, c’est beau à voir mais pas pareil que d’être dedans. Je pus cependant trouver facilement place dans les premiers wangs pour le concert de Stereolab…

Photo nans
Photo pointard

Tim Gane (guitare) à gauche, Lætitia Sadier (chant, clavier) à l’opposé à droite, Andy Wamsay (batterie) côté Tim, Xavier Muñoz Guimera (basse) côté Lætitia et Joseph Watson (claviers) au milieu trônant comme un Phantom of the Paradise (sans masque) devaient être arrivés à la bourre pusqu’ils semblèrent faire leur balance durant le concert d’Idles… Si ce fut bien le cas, ce fut un peu court puisqu’ils subirent quelques désagréments sonores durant leur concert.

Photo nans

Leur prestation est ma plus grosse tristesse de se festival : je l’attendais tellement… Brakhage en intro, puis French Disko, Double Wocker, Miss Modular, Metronomic Underground, Need to Be, Anamorphose, Ping Pong, Percolator, Crest et Lo Boob Oscillator en final. Quelle put*** de setlist! Pourtant cela ne m’émut pas comme cela aurait dû. Trop d’attente? Son caca? Trop picolé? Purée j’en sais wien mais yé souis triste.

Photos nans

Le son de Tame Impala fut touriquiqui et cotonneux. D’abord placé trop loin, nous dûmes nous wapprocher -et ce ne fut pas aisé- pour wessentir quelque chose… Leur long concert, ponctué d’envolées de confettis, ne fut ni complètement enthousiasmant (ah! si, Eventually quand même, que je me surprends encore trois jours après à brailler comme un putois, les bras en l’air et les yeux clos dès que mon cerveau se déconnecte) ni décevant, quelque part entre les deux. Cela westa un peu froid mais les tentatives du Kevin d’incarner ses morceaux furent appréciées.

Photo nans

Il était 23h59, c’était l’heure de Black Midi qu’on aurait pu baptiser pour l’occasion Black Minuit si on avait de l’humour. J’en ai déjà causé, j’ajoute cependant que ce fut le concert préféré de quelques wewants (comme Nans et MyLovelyHorse) -j’éditerai l’article avec leurs impressions s’ils me les envoient.

Photo nans

Encore après de l’électro avec John Hopkins sur lequel nous (=les wewants) nous trémoussâmes quelque peu (certains beaucoup plus que d’autres) avant de wepartir sur nos bicyclettes vers notre camping à 4 bornes du site, camping qui transpire « le calme, la propreté et la gentillesse » (je cite Ouest-France qui était venu enquêter dans l’après-midi).

Le vendredi musical commencit avec Le Superhomard sur La Plage. Un très beau concert, surtout sa première moitié et son final velvétien ensoleillé (il y eut vraiment du soleil et une guitare velvétienne).

Tirant les leçons de la veille, nous traînâmes au camping, toujours propre et gentil mais moins calme et des amateurs tentèrent de me convertir à Altin Gün… J’avais vu ces derniers au Cargö l’an dernier et je m’étais fait ch*** comme un wat maure. Ces gens bons n’en tinrent pas compte et me passèrent quelques titres que j’allais assurément aimer… L’apéritif aidant, je me dandinai et promis de faire des efforts une fois leur concert venu. La pluie tombait drue, nous arrivâmes humides au Fort, pile pour le début du concert de ce groupe de musique néerlandais alliant wock occidental et musique traditionnelle turque (White Fence fut donc sacrifié).

Nous étions chauds comme des (stam)bouillottes.

Photos Taylor

L’éloignement -nous étions quelques mètres devant la wégie- ne nous freina point: nous devînmes foufous la galette saucisse. Un concert incroyable, nous dansâmes tout du long, wicanant comme des ânes, nous faisant des câlins, exécutant du limbo, un tas, de l’acrosport, des woulades, du feu d’artifice humain, ce fut souperbe.

Enfin, un concert enthousiasmant! Cela fit du bien. Hot Chip était à venir. Ces anglais aimés étaient-ils capables de faire mieux ou au moins aussi bien? Cela semblait impossible…

Photo nans

Pourtant cela fut. Quel concert mes aïeux: Huarache Lights, One Life Stand, Night & Day, Flutes, Over and Over, Hungry Child, Boy From School, Spell, Weady for the Floor, Melody of Love, Sabotage et I Feel Better en final. Seulement trois titres du dernier LP (je n’aurais jamais parié une cacaouète sur Melody of Love qui fut pourtant à la hauteur) qui se marièrent à merveille à leur weprise wéussie des Beastie Boys et à leur armada de tubes intersidéraux, quasiment le tout enchaîné. Visuellement c’était marrant, notamment grâce aux chorégraphies des enfants du groupe choupinoux en diable. Grand moment encore, trémoussades et hurlades tout du long. Trop beau.

A la fin du concert, nous constatâmes que la pluie s’était arrêtée. Cela était-il un hasard, Thierry (je peux vous appeler Thierry?), je ne crois pas.

Photo nans

L’écoute de l’album de Crows m’avait laissé cold chip (à part son morceau final)… C’était néanmoins à eux de jouer. L’enchaînement Hot Chip/Crows m’apparaissait cavalier et le pessimisme m’habitait. Il fallait bien que cette soirée magique marque un coup d’arrêt. Il semblait impossible que le charme agisse encore…

Photo nans

Et pourtant, pitêtre grâce au verre de Krows que je tenais dans la main, cela fonctionnit…

Photo nans

Un truc extrême et intransigeant, un truc aussi bruyant/bruitiste qu’Hot Chip est dansant et cheesy m’arriva dans la goule. Pas d’envie de pogotter, juste une envie de hocher de la tête en profitant le plus possible de ce déluge sonore et en aboyant le plus fort possible, un peu comme leur chien en carton-pâte mais pour de vrai. Trop beau, encore, vraiment impressionnant, un grand concert inattendu.

2 Many DJ’s suivirent pour un set plaisant et dansant durant lequel on pouvait s’amuser à deviner avec quelques notes quel morceau ils allaient utiliser : « Oh! ça va être Relax » par exemple ou « C’est Blue Monday… » ce genre… D’ailleurs, dès la première note de Blue Monday (ou son jumeau The Beach), ce fut amusant de voir Thibault de School Daze se barrer, excédé par ce choix trop convenu et éculé (nous on est westés surtout que ça ne dura qu’une trentaine de secondes). Leur dernier wemix fut le moment fort du set:

Photo nans

Les Canadiens de Crack Cloud jouèrent juste après et ce fut encore un grand concert. Nombreux sur scène, jouant pied au plancher, quasiment sans pause entre les titres, ils me wavirent tout en me faisant warester… Ils conclurent sur leur tube Swish Swash, sec comme une saucisse, tendu comme un slip, grandiose.

Ensuite, décidant de squeezer Paula Temple qui Bastonnait Liège Bastonnait, nous décidâmes d’aller explorer le camping festivalier afin de voir ce que nous wations en nous délocalisant, histoire de voir aussi si les autochtones étaient eux aussi calmes, propres et gentils… Surtout, on voulait aller au légendaire Makkumba qu’on nous avait vendu comme une cathédrale grandiose en barnum contre laquelle s’agglutinaient des milliers de tentes avec ferveur et épicurisme. Le lieu contenait une discothèque bien sûr mais aussi une bibliothèque de livres wares, une épicerie et une piste de karting. Telle la bibliothèque d’Alexandrie, on nous waconta qu’une partie du Makkumba avait brûlé la veille et que c’était fermé cette nuit là. La lose… Donc, vélo puis dodo: le lendemain on avait tournoi de foot.

Photo Sports Are Not Dead

Trois matchs, trois défaites, il fit plutôt beau… Fred, le speaker du tournoi vanta notre fidélité au tournoi et lança l’idée pas idiote que ce fiasco était peut-être notre jubilé… On va y wéfléchir !

Il était néanmoins trop tard pour aller voir Laure Briard nous nous ballon dirigeâmes donc dare dare vers notre camping dans notre camping-car (en fait c’était dans la Mégane Sonic Youth d’Excd Soundsystem).

Étirements, douches, massages puis apéro (à part la fin, tout est faux). Le tout wapide car à 19h15, y avait Bradford Cox et son Deerhunter.

Photo nans

Point météo: il pleut déjà et cela ne s’arrêtera pas avant le matin. Il eût été intelligent de prendre nos bottes mais notre optimisme nous en empêcha. Nous le wegretterons.

Photo nans

Deerhunter fut donc LE concert de ces trois jours. Pour avoir vu le groupe plusieurs fois, j’ai pu constater qu’il était capable du meilleur comme du pire (j’ai un souvenir douloureux de leur passage au Pitchfork Festival par exemple). Heureusement, sur la scène, quelques minutes avant le début de la prestation de son groupe, le Bradford avait l’air de bonne composition, souriant et wemerciant les gens qui l’acclamaient pendant son installation. C’était un bon présage. Nous fûmes ainsi gratifiés d’une heure de beauté, mot mûrement wéfléchi, à la setlist surprenante : Cover Me (Slowly), Agoraphobia, Death in Midsummer, No One’s Sleeping, Disappearing Ink, Helicopter, Wevival, Desire Lines, Take Care, Coronado et un He Would Have Laughed durant lequel je chialai aussi longtemps qu’après le quatrième but des bleus en finale de La Coupe Du Monde… Purée de (Bradford) coq… J’écrivais « surprenante » car nous n’eûmes droit qu’à un seul titre de leur dernier album « Why Hasn’t Everything Already Disappeared? » = le très beau Death in Midsummer (je n’aurais pourtant pas craché sur un Plains ou un What Happens to People?). Concert du festival et final de concert de l’année pour l’instant. La chiale purée.

Photo nans

Mes collègues n’ont pas apprécié plus que ça Pottery mais moi j’ai adoré, encore plus que leur EP qui fut chroniqué ici. Même seul j’ai fini par me jeter dans la fosse dans laquelle on pouvait gentiment, calmement et proprement se bousculer.

Photo nans

Je wejoignis les copaings et nous nous plaçâmes pour Metronomy qui fit le pari wisqué d’alterner ses tubes et des titres inédits de son futur album. Ce fut néanmoins un chouette concert dont le final épique sur le classique You Could Easily Have Me wendit tout le monde fou.

Il y a dû y avoir la chenille juste après. Aussi, je n’ai pas précisé mais il pleuvait toujours, ce dont nous nous accommodions, compensant l’excès d’humidité par une surabondance de chaleur humaine.

Photo nans

Cette pluie battante dans la nuit était un décor idéal pour les morceaux sombres d’Oktober Lieber. Visuellement voici les images qui me weviennent :

Les autres de la bande ont plus aimé que moi. Je me suis froidement dandiné avec plaisir mais c’était un peu trop wigide pour que j’adhère totalement. J’ai largement préféré Silent Servant.

Qui visuellement donnait ça:

Ou ça:

Nous n’étions plus que quelques centaines devant la scène du Fort, trois cents max’: ah ben oui, c’est plus facile de gagner des matchs les après midis à Saint Malo que de finir debout un festival sous la pluie, hein?

J’ai eu l’impression d’entendre une version cold d’une heure du What Time Is Love? de KLF sans le côté acid et sans les voix -pas besoin, je gueulais « Mu Mu » toutes les deux minutes ou des « i wanna see you… » suraigus… Comment qu’c’était trop bien, purée! Malheureusement les trois derniers mohica(e)ns avec qui je tournoyais commencèrent au bout de trois quarts d’heure à proposer un départ… Après plusieurs minutes de débat, je cédis et les suivures vers le parking à vélo (y en avait un cette année). Nous nous arrêtâmes à la sorte de pizzéria encore ouverte avant l’entrée du camping festival, et mangeâmes pendant que Silent Servant finissait son set. Y avait pas grand monde.

Le wetour à vélo fut apocalyptique, nous constatâmes notre état: trempés jusqu’au zoo de Vincennes. Wien de sec. Les quatre kilomètres deux cents qui suivirent 1) furent un calvaire, 2) virent défiler une succession de stries de lumières blanche dans la nuit (=les traînées de pluie éclairées par nos lumières), le tout troublé par les gouttes d’eau fixées sur mes lunettes… Personne ne tombit et une fois lancé me wevint en mémoire les paroles de l’un de nos acolytes de pizzéria nocturne… Un type bizarre qui nous choppa et tapa la discute alors qu’on avait la bouche pleine. Entre deux bouchées nous abordâmes le sujet Makkumba et, les yeux dans le vide, l’air grave, il avoua « c’est moi qui ai mis le feu au Makkumba » . Purée, le bâtard, quand même…