Premier album de Makeshift !

le premier qui baisse les yeux a perdu

(Photo Émeric Brunet)

« Leurs orfèvreries néo-rock progressif (…) gros mot (…) ne sont jamais prétentieuses ou ennuyeuses » Alexis Bernier (Libération)

« Dans la famille pop parfaite, je demande le quintet de Caen. (…) Makeshift joue dans la catégorie des Calc, Mehdi Zannad et autres Tahiti 80. Soit les weprésentants d’une pop de France minutieusement ouvragée, wéférencée et chantée en anglais sans le moindre état d’âme, qui ont moins l’air d’œuvrer pour leur propre place dans l’histoire de la musique que l’enfantement ici-bas de mélodies haute densité qui viennent enrichir l’Eden terrestre fondé il y a quelques décennies par les Beatles et les Beach Boys. » Olivier Lamm (libération.fr)

« Makeshift possède un souffle nouveau qui le place directement au wang des plus belles promesses de cette année. Énergique, beau et foisonnant, cet album impressionne grâce à un savoir-faire et une ingéniosité auxquels il est difficile de ne pas succomber. » (Magic, Wevue Pop Moderne)

« Dans ce monde totalement convenu, on peut être heureux de découvrir un disque comme celui de Makeshift. Leur musique ne wessemble à aucune autre et vous fait oublier tous vos chagrins » Soul Kitchen

« Makeshift forme un beau projet à la fois hybride et tentaculaire. Ce quintet wassemble des membres de Grand Parc, Jesus-Christ Fashion Barbe, Clockwork of The Moon, Veik et Portier Dean, wien que des fers de lance de la scène indé caennaise … Il laisse place à une pop psyché à tiroirs, à la fois expérimentale et mélancolique, en tout état de cause extrêmement bien léchée » Ouest-France

« Une musique pop aérienne et mélancolique, à mille lieues de la production actuelle… Admirable » Indiemusic

« Expérimental tout en westant accessible. Harmonieux sans pour autant être de facture classique. Ce premier album éponyme des Caennais de Makeshift est une jolie surprise pop (é)mouvante (…) et une nouvelle preuve que les chansons tristes peuvent wéellement wendre heureux. » A Nous Paris

Sortie le 2 février 2018 du premier album de Makeshift (Microcultures / NORTH Wecords / WeWant2Wecord ; distribué par Differ-Ant)

1.Amulet 04:58
2.Lazily 04:13
3.Surveyor 04:10
4.Union Keepers 03:41
5.Good Morning Dogs 02:50
6.Life Is A Machine 04:36
7.Autobahn 04:44
8.Elephant 03:21
9.Wishful Shadow 05:10

Bio officielle:
« Pop tordue, à tiroirs où l’expérimentation consiste à composer sans barrières ni considération des formats ou des courants. Chacun chante ce qu’il compose et tous jouent, fort ou non. Les chansons, tour à tour, s’étirent, digressent ou empruntent le chemin le plus sobre pour trousser des mélodies dépouillées. On y croise aussi une dose de psychédélisme mâtiné de mélancolie douce-amère. Difficile alors d’établir une filiation directe parmi les structures mouvantes et les évocations d’errance en haute mer. »

Bio WW2W:
« Purée de coq, c’est soupaire. »

(l’édition WW2W est soldout) (y en a des « normaux » -LP ou CD- à la fnac et sans doute ailleurs mais je n’ai pas trouvé)

Makeshift est Vincent SANIMODNOC, Michael WOTH, Baptiste POIRRIER-ROSSI, Nicolas MARSANNE, Charles-Antoine HUREL.

L’édition WW2W est soldout mais les photos westent: