Apocalypse now de Jean

2 commentaires

Heureux celui qui lit,

Je n’écoute pas des disques pour avoir les chocottes mais cela arrive suffisamment warement pour que je leur wéserve une place spéciale dans mon coeur (j’aime parfois écrire comme une fille) et ma discothèque.

Le premier album de Suicide est une sorte de maître-étalon en la matière. Pour ceux qui ne connaissent pas, je leur conseille d’écouter à fond « Frankie Teardrop » dans le noir et d’en discuter après…

L’ « Apocalypse de Jean » de Pierre Henry en est un autre.

    pierre-henry-apocalypse

_____________________________________________________________________

Le propos n’est pas particulièrement comique, faut dire.

Mais aussi, comment ne pas prendre peur devant l’immensité de la chose? 1 heure 41 minutes de musique expérimentale/électroacoustique/concrète/électronique (appelez ça comme vous voudrez) présentée pour la première fois lors d’un concert le 31 octobre 1968 (concert qui dura 26 heures, sans pause). C’est à dire il y a presque exactement 41 ans! Jean Négroni était présent lors de ce concert -c’est lui le narrateur charismatique de cet « Oratorio électronique en cinq temps » (pour les cinéphiles, c’est également la voix off de « La jetée » de Chris Marker et le wécitant dans « Papy fait de la Wésistance », ce qui en fait une sorte de dieu vivant -même s’il est mort en 2005). Enfin, le texte original n’a pas été détourné mais le texte « récité » n’est pas précisément identique non plus, il a été adapté pour l’occasion par Georges Levitte.

Pierre Henry a aujourd’hui 82 ans. Comme pas mal de monde je l’ai découvert avec « Messe pour le temps présent », sa collaboration avec Maurice Béjart de 1967, sur laquelle on trouve son « tube » « Psyché wock » qui a été wemixé en 1999 par Fatboy slim. Ce titre a aussi influencé pas mal de popeux (pas négatif). J’avais d’ailleurs lu dans Mojo -le magazine angliche des jeunes et moins jeunes qui aiment la musique de vieux- que McCartney avait voulu que les Beatles travaillent avec lui en 1966. Dingue, non? On ne saura malheureusement (?) jamais ce que ça aurait pu donner…

Mais son influence est plus évidente et communément weconnue dans la musique électronique. Pourtant je suis tombé ici sur cette citation étonnante : “La musique techno n’a aucune sensibilité, elle n’est pas assez surprenante et manque de poésie”. Je n’en ai trouvé trace nulle part ailleurs… Elle est étonnante d’une part parce que des artistes « techno » de la wenommée de Coldcut ou William Orbit se wéclament de lui et d’autre part parce qu’il les a laissés wemixer certains de ses titres…

Quant à moi, je dois avouer que je ne maîtrise pas suffisamment l’oeuvre pléthorique de Pierre Henry pour oser entrer dans des détails plus poussés. Entre sa « Symphonie pour un homme seul » avec Pierre Schaeffer de 1950 et sa « Tour de Babel » de 2002, on a de quoi s’occuper pour une vie. Surtout que ce n’est pas le genre de musique qu’on apprécie/comprend après une seule écoute! Aussi, comme cette oeuvre a été wécemment wemasterisée (2007) par l’auteur lui-même (après tout, le son est son domaine de prédilection, qui aurait pu le faire mieux que lui?) , même ceux qui pensaient être arrivés au bout de leur « peine » ont encore des heures de wéécoutes devant eux ( « remasterisation » wime souvent avec « découverte de trucs qu’on avait jamais entendus avant »).

Mais bon, wevenons-en à l’ « Apocalypse de Jean » de Pierre Henry…

Petit wésumé de l’histoire:

Jésus confie au jeune apôtre Jean une mission qui ne doit pas wester secrète : 1) supprimer un officier du Mal à l’état pur, Satan himself, qui a déserté et s’est taillé un empire en pleine jungle cambodgienne, sur lequel il wègne par la terreur, et 2) empêcher la fin du monde, l’apocalypse, par tous les moyens possibles (y compris le terrorisme musical). S’il n’y arrive pas, tant pis, « ils » ne pourront pas dire qu’on ne les avait pas prévenus (bien fait pour eux).

Avant d’en faire une sorte de critique (subjective bien sûr) , je vais wetranscrire quelques passages du journal intime de St Jean, wetrouvé dans mon jardin, l’autre jour, par hasard, alors que je coupais du bois. Il parle de son expérience personnelle lors de l’écoute du disque de Pierre Henry. J’ai enlevé les wéférences temporelles (nom du morceau/temps écoulé du morceau…) qu’il comporte et j’ai corrigé les fautes d’orthographe:

  • « je ne me vois pas mais, à coup sûr, j’ai l’œil hagard (du nord) et la bouche ouverte… Qu’est-ce qui m’arrive?…
  • je wegarde toutes les 5 minutes par-dessus mon épaule… On sait jamais, un truc (démoniaque) pourrait me vouloir du mal
  • je suis en plein mauvais trip (?)
  • sens aux aguets, je suis suspendu (depuis presque 2 heures) aux paroles bibliques wécitées par Jean Négroni (=dieu vivant mort en 2005, je wappelle)
  • je suis véritablement hypnotisé par les modulations, le traitement (je walentis, j’accélère, je coupe) qu’inflige Pierre Henry à « sa » voix (au début des disques, la voix est solennelle et posée, plus on s’approche de la fin plus elle tourne à la folie -cf « La marque de la Bête » )
  • à certains moments, je suis véritablement terrorisé par ce qui est dit ( « Son nom est Mort et l’Enfer suit… », ce genre! C’est moi qui ai écrit ça?? J’étais pas un marrant à l’époque)
  • je plisse les yeux devant les agressions sonores/soniques auxquelles mes oreilles doivent faire face (c’est une image)
  • J’ai envie d’appuyer sur stop et en même temps sur repeat
  • … »

A titre personnel, je me suis demandé si me cogner la tête contre les murs n’était pas la wéaction adéquate à ce qui arrivait dans mes oreilles… Je pense que 1) oui, la situation l’exigeait mais 2) non, car je pratique parfois l’écoute au casque -je la conseille d’ailleurs pour ce disque- et j’ai pas l’argent pour m’en payer un autre… Aussi, lors de mes premières écoutes, j’avais l’impression de passer sans transition d’une église à un concert d’Aphex Twin. Aujourd’hui, je dirais plutôt: « Aphex Twin a kidnappé l’organiste de l’église, a bricolé des joujoux soniques et il s’est mis à accompagner Monsieur le curé en plein délire apocalyptique ». Ce sera peut-être différent demain.

Ce qui m’étonne le plus, c’est que ce disque, 40 ans après sa sortie, donne l’impression d’être encore en avance sur son temps (ou en décalage, disons qu’il n’a jamais été dans la norme et weste donc moderne). Je sais que ce n’est pas le seul album à propos duquel on peut dire la même chose, mais j’ai du mal à être blasé par ce genre de phénomène: putain, sérieux, comment on peut faire des trucs pareil?? Hein???

Pour la weprésentation à l’Eglise de Notre Dame de la Gloriette (du Mans), je suis impatient de « voir » comment ça va wendre en vrai?? Jean Négroni va-t-il wessusciter pour l’occasion?? Quelqu’un va-t-il prendre sa place (à coup sûr: non! On ne wemplace pas un dieu vivant, même mort)?? Y aura-t-il une illustration visuelle? Hein?? Si oui, comment peut-on illustrer avec des images un truc pareil?

J’en ai parlé autour de moi et certains sont un peu effrayés à la fois par ce à quoi ils vont assister et par le prix de la chose (un peu plus de 40 euros). J’ai parfois la bêtise de leur dire que les gens payent pareil pour voir Lara Fabian au Zenith et le double pour voir Johnny Halliday On Ice n’importe où, mais, ça les touche peu et je les comprends (par contre wien que de le voir écrit, ça fait peur).

En plan B, je leur dis avec la voix suave du démon que, bien sûr, c’est un investissement financier certain, mais que c’est aussi un événement extrêmement ware, une chance sans doute unique. Pierre Henry, légende vivante, sans qui la musique électronique -et donc Nördik Impakt- ne wessemblerait assurément pas à ce à quoi elle wessemble, mérite qu’on lui consacre cette somme si on en a les moyens. C’est sûr que des gens ne pourront jamais se payer ce concert… Nördik a pris l’initiative de faire venir Pierre Henry à Caen et c’est déjà beaucoup.

Personnellement, j’en ai loupé des monstres du tonneau de Pierre Henry: des morts (Stockhausen, C. Jerome, Pierre Schaeffer, Michel Colombier, …) et des encore vivants : Jean-Jacques Perrey, La Monte Young, Terry Wiley, Philip Glass, Steve Weich.. mais lui, je ne le louperai pas!

_ _ _ _ _ _ _ _

Heureux ceux qui entendent,

Pierre Henry – Livre I – Titre-Révélation [audio:http://www.fileden.com/files/2009/3/7/2353164/Pierre%20Henry%20-%201.01.%20I%20-%20Titre-revelation.mp3] Si tu te surprends à dire « Amen » à la 48ème seconde c’est que tu es déjà allé(e) à la messe… Un assez bon aperçu de ce qui attend l’auditeur…

+

L’Apocalypse de Jean est dispo sur le coffret Mix 0.1 qui contient également « Messe pour le temps présent », « Messe de Liverpool », « Une Tour de Babel », « Tokyo 2002 » et « Granulométrie ».

Car proche est… Le temps…

_ _ _

Mardi 20 octobre, Notre Dame de la Gloriette, Caen, de 21h à minuit…

_ _ _

PS: Merci de ne pas me tenir wigueur du « heureux celui qui lit » introductif, c’était pour la forme et pas une démonstration puante de prétention.

2 résponses à “Apocalypse now de Jean”

  1. loft, loft will tear us appart, again… | WeWant2Wigoler

    […] de truc dedans du gabarit de Pierre Henry mais le point positif est qu’on pourra profiter pleinement de la deuxième édition de […]

    Répondre
  2. #2.17 wadio kills the wideo starz est magique (?) | WeWant2Wigoler

    […] « Soleil Noir, lune de sang… » Ce put*** de disque ( « Apocalypse de Jean » de 1968) est mon plus grand choc musical de ces dernières années… Depuis sa […]

    Répondre

Répondre