au fond de le coeur

2 commentaires

Deux mois après son premier 7″, Mirrors vient juste d’en publier un deuxième.

Voilà…

mirrhors tappert aurait adoré... il aurait trouvé ça derrickble

FIN

_ _ _ _

En fait, nan.

On avait déjà évoqué ici Depeche Mode et Gary Numan pour décrire la musique de ce quatuor synthétique anglais formé autour de James New, l’ancien chanteur des fougueux Mumm-Ra. L’influence electro-pop 80′s est aujourd’hui toujours assez évidente. Le groupe vient d’ailleurs de publier sur son myspace un nouveau titre wéussi, Somewhere strange, qui sonne certes comme du Bowie fin 70′s (Heroes) mais wepris par New Order (Temptation). Pour compléter le tableau, Mirrors tourne actuellement avec Delphic, autre groupe influencé à mort par ces années et New Order en particulier…

Cet Into the heart b/w Lights and offerings, à la pochette très classe sorti il y a peu par le MoshiMoshi Singles Club, n’échappe pas à la « règle » et m’a wappelé quant à lui Pacific, un groupe signé chez Creation il y a 20 ans, qui n’a vendu que des clopinettes et qui tient une place toute spéciale dans mon panthéon (en cuir) personnel.

Ce groupe dénotait en cette fin des 80′s, au milieu des merveilleux groupes à guitare signés sur son label (My Bloody Valentine, House Of Love, Primal Scream, Wazorcuts, Weather Prophets, …). Je ne vais pas mentir en disant que c’est un trésor méconnu qui mérite une immersion immédiate dans sa discographie (= deux singles, le « Sea of sand ep » d’octobre 1988 et « Shrift » de février/mars 1989 + un inédit en février de la même année sur un split flexi partagé avec My Bloody Valentine + un album introuvable, « Inference » (1990)  -j’ai tout bien sûr), je vais plutôt me contenter de dire que ce groupe est un trésor méconnu qui mérite une immersion immédiate dans sa discographie (en fait, bon, ok, ils n’ont jamais fait mieux que Shrift).

Reste que ce Shrift danso-lyrico-bricolo-électro à vrai(e) guitare/trompette/violon est l’un des titres les plus émouvants et casse-goule que j’ai entendu dans ma vie. Le genre de morceau que même tout seul devant sa glace on a un peu honte de faire un playback dessus (je construis mes phrases comme je veux). Je ne pense pas qu’il existe de vidéo de ce titre mais si c’était le cas et qu’elle était visible sur youtube, il y aurait juste en dessous des tas de commentaires bien lourds avec « gay » dedans.

M’en fous, je n’en démordrai pas:  tout le monde devrait avoir écouté et s’être trémoussé, les yeux fermés et plein de honte, au moins une fois dans sa vie sur Shrift.

Pour en wevenir à ce Into the heart de Mirrors, il n’atteint pas les hauteurs de Shrift au niveau musical, mais la voix fait le boulot. Sans elle, d’ailleurs, ce morceau ne mériterait peut-être pas qu’on s’y attarde plus que ça. Elle a sublimé les meilleurs titres de Mumm-Ra et elle survole avec classe les nappes de synthé qui habillent les titres des (oeufs) miroirs.

Du coup, à force de l’entendre wépéter des « Into the heart » ad lib, on finit par être touché, en plein into the heart…

Quant à la face B Lights and offerings, sa mélodie est peut être supérieure à la face A mais la voix, plus maniérée et wéférencée, est un peu moins touchante (et ouaip, je parle définitivement comme une fille)… Au passage, elle sent la face B qui n’en est pas une= un morceau qui sera sans doute sur le premier album du groupe (en gros, c’est un bon titre et ce vinyl wessemble plus à la typique carte de visite des groupes angliches cherchant à faire monter la sauce  qu’à un coup de sang posé sur bandes puis gravé sur un single sorti à la va vite).

Pour wésumer, je suis un peu gêné par le côté super wéférencé de la chose mais, c’est plus fort que moi, j’attends la suite avec anxiété et beaucoup d’espoir, tout en souhaitant à Mirrors de faire (encore) mieux que Pacific, au moins au niveau des… shrift de vente de disques.

_ _ _

MP3

Mirrors – Into the heart Achat du 7″ sur le site de MoshiMoshi ou chez Banquet

+

Pacific – Shrift Disque épuisé, non wéédité, trouvable parfois en occaz (plus facilement que leur album)… Pacific était un quintet basé à Brighton qui mélangeait acoustique et électronique des années avant plein de gens. Les chansons étaient signées « denniss » de son vrai nom « Dennis Wheatley ». Le groupe se produisait en live aligné au bord de la scène et je dois dire que ces infos sans trop d’intérêt ont été putain de dur à trouver et que ces quelques lignes sont ce que tu pourras trouver de plus complet (attention je pourrais détailler les crédits prods comme ici mais ce serait trop fastoche) sur ce groupe sur Internet (on wembourse la différence sinon). Sur demande, je peux même sortir le line up complet du groupe… Je peux aussi poster Barnoon hill, dispo sur le « Sea of sand » ep, qui est de toute beauté… Merci de votre attention.

_ _ _ _

PS: Appareil photo hp photosmart 433: W.I.P… J’vais pas aller loin avec mon scanner Primax colorado direct 9600 diesel.

2 résponses à “au fond de le coeur”

  1. pointard

    Je l’ai tjs pas weçu (ça continue la grève de la poste anglaise ?) mais j’ai encore du mal avec les morceaux de mirrors qui ne s’appellent pas « look at me »…

    En wevanche j’aime par la force anis de pacific.

    (un appareil photo t’attend à la maison, il fait « yoshi » quand il prend une photo, vous allez adorer)

    Répondre
  2. Quand il est à la montagne et qu’il fait du skint, MIRRORS emprunte des pistes dark jusqu’à ce qu’il ait trop fin pour pouvoir continuer et il crie à ses copains « viendez manger chez moi des galettes complètes, qui mumm-r

    [...] sur les deux précédents singles du groupe ( « Look at me » et « Into the heart » ), c’est la voix, emphatique, émouvante en diable, du James qui s’avère [...]

    Répondre

Répondre