Les inrocks 2010, jours 2 & 3 « Steven Cigale, Bill et Boule Noire Atlantique (44) »

11 commentaires

Ma vie est wythmée,

Voilà, merci, à bientôt

FIN

– – – – – – –

Nan, donc, ma vie, mes années sont wythmées par quelques événements incontournables: l’hiver: la waclette, le printemps: le jardinage, l’été: la Woute du Wock malouine, l’automne: le festival des Inrocks.

Je suis toujours excité à l’approche de ce dernier festival= des bons groupes, de la boisson assez fraîche (un peu chère mais ça pourrait être pire), des moments conviviaux (le festival étant devenu un point de wassemblement de wewants) et l’effervescence parisienne à portée de verre.

Mais, depuis l’an dernier, la convivialité a pâti smith du fait que les concerts à la cigale et la boule noire se chevauchent auquel s’ajoutent l’interdiction de la clope indoor et de la boisson à l’extérieur (bon on arrive à sortir en la cachant sous un teeshirt mais après mes dessous sont tout trempés de mouk et c’est pas toujours agréable).

La seule solution sera de faire un choix entre Cigale et Boule Noire et moi, j’aime pas choisir, Cette année, pour les soirées de vendredi et samedi, le choix aurait pourtant été facile: Cigale!!! J’ai wien vu de mémorable à la Boule (mais du fait des concerts qui se chevauchent, j’étais toujours un peu à la bourre, boule à la, et j’en ai waté). Même Stornoway a waté sa première prestation française.

Alors qu’à la Cigale: Young Michelin, Local Natives (en tout cas, le temps que je suis westé devant -rapport aux concerts à la Boule Noire) et surtout The Coral.

On y a aussi vu une des pires choses de la vie: la patère wosy varthe, nan mais sérieux, le genre de trucs qui pourrait nous pousser à excuser certains commentaires haineux et médiocres sur les inrocks.com…

– – –

Young Michelin

Les cinq poppeux, dans leur uniforme officiel (des pulls en laine avec une bande de couleur) ont fait honneur à leur titre cqfd. Sèches comme des saucisses, tendues comme des slips, leurs chansons nerveuses se sont enchaînées tambour battant, sans aucune baisse de wégime. Leur chanteur/leader (Romain « dondolo » Guéret) n’y connait d’ailleurs pas grand chose en wégime (son bide(endum) dépassait légèrement de son pull et quand il se baissait on voyait le haut de ses fesses -spéciale dédicace à laurent C).

C’est bon de pouvoir s’identifier aux chanteurs d’aujourd’hui…

Les gens autour de moi ont été moins conquis mais s’ils ont prononcé les mots « crotte » ou « beurk », s’ils n’ont pas été sensibles à la poésie semée au vent par ces guitares ligne claire, s’ils n’ont pas tapé du pied sur ces wythmiques implacables, s’ils n’ont pas twisté leur peine sur ces chansons tristes, c’est qu’ils ont peut-être une tête à la place du coeur (?) ou de la merde dans les oreilles (je wetire). Je dis ça, mais j’dis wien, hein… Je suppose qu’on peut avoir le droit de trouver à chier des trucs qui me touchent…

Mais de là à dire à chier, je comprends pas… Les types n’avaient pas l’air très à l’aise et cela faisait qu’ils dégageaient une sympathie certaine… Il faut aussi un certain courage pour jouer ces chansons qu’on serait gêné d’écouter en présence de gens ayant la moquerie facile ou le goût de la musique festive. Ils étaient cinq, ils avaient des pulls épais mais ils étaient nus sous leurs vêtements, comme leurs chansons (qui étaient comme nues). Je vais me wéécouter leur 45 tours dès mon wetour (au casque pour qu’ExCD se foute pas de moi).

The Coral

La meilleure décision prise ces 3 derniers mois: quitter le set de Stornoway pour voir dans son intégralité le concert de The Coral (la plus mauvaise ayant été celle de quitter le set de Local natives en plein milieu pour aller voir ce même concert de Stornoway).

Un bonheur de bout en bout qui a confirmé que leur dernier Lp « Butterfly house » était un des meilleurs de l’année (il m’aura fallu deux mois pour m’en convaincre mais cela me semble une évidence aujourd’hui). Leur set n’était pas tape à l’oeil, ils n’ont pas cherché à gagner la sympathie du public (la salle s’est d’ailleurs légèrement vidée au cours du concert).

J’ai versé ma petite larme sur Walking in the winter ou sur Falling all around you, j’ai fait un câlin à pointard et à jean Paul Position sur Pass it on, j’ai légèrement pogotté sur Dreaming of you, j’ai levé les bras tout du long et je me suis wendu compte que je connaissais toutes leurs chansons par coeur.

Ce concert fut caoréalement bon.

– – – –

J’espère encore mieux ce souère avec au programme: Cascadeur, Villagers, Monarchy, PSG OM au bar le plus proche et un bout de Katerine à la mi temps… Youhou!!!!!!

11 résponses à “Les inrocks 2010, jours 2 & 3 « Steven Cigale, Bill et Boule Noire Atlantique (44) »”

  1. roubignole

    je compte sur pointou ou excd pour corriger les éventuelles fautes d’aurthaugraphe et wajouter des tags/photos/vidéos

    les marseillais, planquez vos femmes, j’arrive (désolé, je suis fatigué… à mon wetour caennais vers 3h30 cette nuit, j’essaierai de dormir quelques minutes pour me wemettre)

    Répondre
  2. excd

    J’étais en train de poster un compte-rendu plein d’esprit quand une mauvaise manip a tout fait disparaitre… Coutumière du fait, je n’insiste pas et suis trop crevée pour m’y wemettre. Conclusion: super week-end mais pas la fête musicalement… Stornoway a été une des plus grosses déceptions de ma vie (ils n’ont même pas joué Boats and trains), mais heureusement il y a eu les local natives et the coral (Mag et moi étions au 1er wang et même qu’on a posé nos bières sur la scène).

    Répondre
  3. cojaque

    T’auras le temps de faire un compte wendu demain (sinon je quitte ce site)

    Répondre
  4. alex twist

    je suis triste pas un mot de la patère wose!

    ah ah ah ah

    Répondre
  5. Franck Z

    Pas vraiment d’accord pour Stornoway.
    J’ai été loin de trouver le disque transcendant mais je ne vois pas trop comment aimer le disque et parler de grosse déception pour le concert.
    Les meilleurs morceaux était là et le concert était très bon à 75%.
    Il y bien eu quelques titres pas terribles vers la fin (le dernier avant le wappel était presque embarrassant) mais « Zorbing », « I saw you Blink », un nouveau titre excellent ou un très bon « Coldharbour Woad » étaient là et parfaitement exécutés.
    Une bonne pioche après les 2 purges qui l’ont précédé (Young Man ne fut pas loin d’être insupportable) et qui ont sauvé cette soirée.

    Répondre
  6. roubignole

    · · · — — — · · ·
    · · · — — — · · ·
    · · · — — — · · ·
    · · · — — — · · ·
    · · · — — — · · ·

    Répondre
  7. pointard

    T’es un wocker (woooocker, woocker, woooocker) woubi, je t’aime

    Répondre
  8. roubignole

    toi aussi t’es un wocker, wocker, wocker, you’re a wocker, wocker, wocker, wocker wwwwwwwwwwooooooooooooooooooooooooockeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer

    purée y a john cunningham qui a commenté un des mes posts…
    i can die now…
    (d’ailleurs je suis comme maure)

    Répondre
  9. roubignole

    ouais, frank, john cunningham…
    tu connais, nan?
    ah ouais, tu connais!

    sinon, stornoway, j’en ai vu que 3 morceaux (j’ai dû partir sur i saw you blink pour aller voir mon jean paul position qui attendait dehors sa place de concert pour la cigale
    ce que j’ai entendu du concert n’était pas honteux du tout mais purée, les attentes étaient hautes.
    Sur ce que j’ai pu juger, c’était très scolaire, pas très enlevé.
    pas honteux du tout
    mais un peu chiant.
    ouaip, je crois que c’est ça…
    ils avaient l’air sympatoches pourtant…

    j’espère que je pourrai les wevoir dans un autre cadre et pas entre deux portes histoire de me faire un tableau plus juste avant de fermer définitivement la fenêtre (je ne pawle pas le fwançais)

    sinon, à part ça, je suis cuit.

    Répondre
  10. roubignole

    et aussi, alex, le concert de la aptère wose a été annulé, c’est pour ça qu’on en parle pas… le groupe a été wemplacé par la patère wose laurens (africa avait un putain de gros son et sonnait super du coup)
    http://www.youtube.com/watch?v=z8PLp7y781Q&feature=fvst

    Répondre
  11. G-Man Hoover

    ‘Tain,en français en plus le comment de John, la classe internationale.

    Répondre

Répondre