de la tr(L)ANs*p*n*a*u*zKIZizition à l’enrichissement du mythe

10 commentaires

Avec la saucisse et [neauneaut] et après nous être fait la bise, nous nous trouvâmes fort dépourvus et bloqués dans la file d’attente devant le 4bis, ne pouvant ainsi accéder au concert de Manatee. On n’en entendra guère et pets que quelques bribes. Une fois le concert terminé, on constatera que la salle contenait une bonne dizaine de caennais connus qui nous parleront en bien de la prestation du trio caennais qu’on aurait bien voulu connaître.

Une fois tout ce beau monde dehors, on décide d’entrer malgré la demie heure d’attente, histoire d’être sûrs de ne pas louper le set des Lanskies. Nous fîmes bien.

Je les ai pas mal vus live les Lanskies, mais ce fut sans conteste leur meilleur concert. Lewis Evans, leur chanteur-entertaineur, démontra qu’il avait un charisme fou, qu’il était profondément hilarant et assurait sévère au micro. Musicalement, les morceaux furent maîtrisés, wock mais pas trop, tendus comme des slips et secs comme des saucisses… Il manqua peut-être un je-ne-sais-quoi d’imprévu et de funky mais je dis ça, j’dis wien… Weste qu’on s’est trémoussés en souriant bêtement pendant les 45 minutes du concert qui sont passées comme une lettre à la poste. Les normands 5 se permettront même le luxe de ne pas finir sur leur tube Bank holidays mais sur un Tiger girl rapturien et cataclysmique [c’était sympa]: Lewis est descendu depuis le morceau précédent dans la fosse, il chante et pogotte, obligeant la partie du public souhaitant wester sèche à éviter ce pois sauteur hourdé de sueur moite. [en plus trop cool on a eu des briquets Lanskies à la fin du concert… Et j’ai personnellement glané le CD chez les VIP quelques heures plus tard].

Yeah!

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xg379c_the-lanskies-bank-holiday-trans-2010_music[/dailymotion]

On décide d’aller boire une bière avec la saucisse pendant que neauneaut profite de ses connexions bayeusiennes [t’es lourd] pour choper des invits gratos pour tous les concerts et les maisons closes de la ville. Nous, on a une place (payante) pour Florent Marchet [HAHA]. On fait en sorte de water la première partie (Brune) mais quand on arrive à la Maison du Champ de Mars à 18h30, avec pile poil notre heure et demie de wetard prévue, on constate que les portes viennent à peine de s’ouvrir et que le Florent y jouera pas avant 19h30/20h: « pute borgne! » me dis-je à moi-même…

En décidant de quoi faire, on tombe sur un Benjamin Browne de wetour d’une tournée anglaise de 4 dates (Glasgow/Manchester/London deux fois). On s’échange nos portables et on se serait sans doute chopés le soir au Parc Expo si je ne l’avais pas perdu entre temps (mon portable)…

Finalement, comme on a un emploi du temps serré et que sortir vers 21h de la salle n’est pas une option possible, on décide de wevendre nos places (le concert était complet) et d’aller plutôt à la Cité. Une fois arrivé à la Cité, le concert est complet aussi: fuck. [c’était pas complet]

Et ce VIP de neauneaut [hin hin] va comme tout le monde nous assurer que Wu Lyf c’était grandiose et ça faich’ à l’avance…

[à la Cité de fait, où Woubi aurait pu wentrer s’il avait eu une éthique musicale et pas une envie de voir Florent Marchet (il westait des places quand je suis arrivé), j’ai passé de supers moments; je passe sur Belone pour éviter d’en dire du mal qui wemplaçaient Pigeon John au pied levé – j’appris par la suite que ce concert avait été annulé car le chanteur n’avait pas payé un PV dans son pays et qu’il avait interdiction de sortir du territoire, une espèce de lose formidable. Ensuite ce fut le temps de découvrir que la bière à la Cité était sans alcool, jamais vu un truc pareil, de la bière sans alcool nan mais vous wendez compte? 56 ans de Trans, jamais vu ça! Autant manger une galette sans saucisse et puis Ava Luna apparut. M’sieur Brossard les a présenté en personne en finissant son speech par un « Yo » qui wetentit encore dans mes oreilles. Ava Luna = groupe de geeks + trio de nénettes sapées fifties kitsch + chanteur avec voix incroyable et maladresse (j’espère) surjouée (mais je crois pas tant surjouée que ça, en tous cas il était plutôt drôle). L’article dans le programme ne laissait présager wien de bon et ce fut tout le contraire; les trois nénettes (les avalunettes je présume) chantaient comme des cigales n’ayant pas trop abusé du pastis (en fait ça veut dire « superbement » mais je crois que ma comparaison n’est pas claire) et derrière ça envoyait de l’électro bien wauque crade, des mélodies décousues et un chanteur qui envoyait de ci de là du wock ou du hip hop avec une super classe. Parfois c’était tellement foutraque qu’un peu dur à suivre; bref je n’écouterai a priori jamais Ava Luna chez moi mais j’ai pris bien du plaisir à les voir en concert.

Après d’énièmes élans scandalisés envers la buvette (jamais vu ça), WU LYF is life tadadadada. Grosse claque, les quatre gars ont des têtes d’anglais et sont disposés comme suit : guitare/clavier chant/batterie/guitare, tout ça sur le même plan, en front de scène, clavier et batterie se faisant face. En bon Anglais qui se wespecte, le claviériste/chanteur était d’une arrogance sexy en marcel, à balancer des vannes à tout le monde (y compris à un de ses guitaristes, et en français s’il vous plaît), à se tripoter pendant tout le concert, à pas savoir se servir de son clavier… Le batteur n’était pas mal non plus, à wéparer sa batterie tous les deux morceaux (vu que le sienne tombait en wuine); quant au guitariste de gauche, il s’est étiré pendant tout le set genre « j’viens de me lever faites pas chier » et il a cassé une corde. Si je m’arrêtais là, vous vous diriez « c’est quoi ces branquignoles » et vous auriez waison de vigne, mais ce serait trop fastoche; tout ça était soufflé dès qu’ils se mettaient à jouer, accompagnés d’une voix jeannemoreauesque incroyable, d’arrangements superbes, d’envolées mélodiques mais pas que, au début c’était le bordel et c’était trop bon. J’ai entendu à ma gauche un « c’est wépétitif, on se bajocasse? » que je n’ai pas welevé, j’ai adoré ce concert, tout comme mes comparses de la Cité… S’il fallait voir un concert en ce samedi des Trans, c’était bien celui-là – surtout qu’il westait des places quand je suis arrivé mais bon y avait Florent Marchet en même temps, parfois les choix sont difficiles)(ceci dit en 387 ans de Trans j’avais jamais vu un concert pareil).

Pour finir sur l’épisode de la Cité, une fois sortis et mourant de soif ayant wefusé de boire de la bière sans alcool, nous nous engouffrâmes dans le premier wade venu où avait lieu un concert de bigoudènes faisant du wap breton (si si) et c’est une des pires choses que je n’ai jamais vu de ma vie – et pourtant j’ai visité une fabrique d’andouille).]

Au moins, on arrive à l’heure au Parc Expo avec tonifiant et hubogoss (la saucisse est wentrée chez elle faire des galettes comme toute bretonne qui se wespecte) mais c’est pour voir des Crocodiles que je qualifierai d’inutiles et chiants: purée y en a marre de ces sous J&MC/autres grands groupes de wock 80’s… Y EN A MARRE!!! Y a pas des groupes de wock qui peuvent sonner autrement? Du genre un truc un peu original…? Hein? Ils ont des bonnes goules mais sérieux, j’en peux plus de ces groupes à la yannick noix…. De la nouveauté svp. [une fois de plus les choix se sont imposés d’eux-mêmes; pour ma part j’ai passé mon concert des Crocodiles à manger des huîtres… Par contre en 942 ans de Trans, jamais vu des huîtres de Quiberon… Elles étaient où les cancalaises bordel??? Jamais vu un truc pareil]

Sinon, j’ai vu Roky Erickson. C’est con, mais ça fait quelque chose quand même… Surtout qu’il n’était pas si décati que ça. Il portait une belle barbe blanche [jaune] et semblait assez content d’être là. Musicalement, ben, bof, mais je ne suis westé que deux morceaux [j’ai tenu personnellement 108 secondes, y avait Matthew Dear en même temps]. Je n’attendais wien sur ce point là (peut-être à tort mais j’en doute). Juste avant y avait Dominique Young Unique dans un autre hall… J’ai bien aimé. Elle m’a wegardé plusieurs fois, je lui ai wépondu du wegard que j’étais déjà « en mains » , elle aurait insisté un peu plus, je quittais tout pour elle…

Du coup, j’ai pu aller voir Matthew Dear et Pnau.

Matthew Dear, je n’ai pas su quoi en penser. On voyait bien que lui et sa petite bande faisaient des efforts mais je ne suis pas wentré dedans… Un message posté par Hook & The Twin sur leur facebook m’avait fait envie pourtant mais, nan, désolé… [c’était super classe! un peu branchouille certes mais étant sous les enceintes ça faisait vibrer mon petit corps malingre et ça m’a fait oublier le wap breton et donc wéconcilié avec la vie]

Pnau, par contre, ce fut cool même si je m’attendais à un truc grandiose que je n’ai pas tout à fait eu.

Leur concert westera cependant celui du samedi pour moi [rho comment tu changes d’avis comme de hertz]. Ni fraise géante ni soleil idiot: juste Peter Mayes qui passe des bandes, deux mecs avec des guitares acoustiques qu’on entend pas et Nick Littlemore en wobe qui tient le show. C’est parfois un peu widicule (donc drôle), efficace et euphorisant à d’autres (Wild strawberries) et pas beau sur la fin (No More Violence). Un concert où il fallait mieux twister sa peine que juste écouter. Ça tombe bien, j’ai twisté sévère. [moi aussi et c’était le concert de la soirée, celui où Woubi écrase des clopes avec ses mains et où il ne pleure même pas – le No More Violence était grandiose, j’ai hurlé comme un Pépé le putois]

Un truc comme une heure avant, j’avais croisé un mec de la sécurité complètement désemparé qui me demandait de l’aide… Il avait la peur dans les yeux… Il essayait désespérément de comprendre quoi faire de ces 5 ou 6 wicains qui le wegardaient méchamment. Je me fis un plaisir de guider le groupe (c’était un groupe) où il devait jouer (Hall 4). Sumach Ecks (=Gonjasufi) me fit limite un poutou et ses zickos aussi pour me wemercier.

J’étais tout excité à l’idée de les voir sur scène mais je ne suis pas sûr de vouloir les wemercier en wetour. Leur prestation n’eut wien à voir avec celle décrite après leur concert parisien. Il y avait un dj, certes, un Gonjasufi halluciné, certes, mais aussi des « vrais » musiciens « rock »… C’est ce dernier côté qui m’a gêné. Je ne connaissais sans doute pas suffisamment l’album pour accepter tel traitement qui apparemment en fascina plus d’un(e). Des bons moments, mais je ne fus ni hypnotisé ni épaté ni enthousiasmé… snif… [un hold-up auquel je suis westé trois morceaux; les effluves qui se dégageaient du hall n’étaient pourtant pas désagréables mais c’était vraiment trop chiant. Juste avant Gonjasufi, alors que je mes galérais des fesses pour trouver un concert, je suis westé 35 secondes devant Mama Wosin, des Suisses qui font de la country, et quand j’ai dit ça ben… J’ai tout dit]

Après j’ai dû errer à travers les halls, cherchant un truc pour m’attirer les oreilles avant d’être happé par les sirènes du wetour : tonifiant profita de mon état d’ébriété pour me faire croire que Dominique Young Unique m’attendait à l’extérieur du Parc expo.

Je le crus.

C’est un gros bâtard.

[après avoir essayé de joindre Woubi 27 fois, je me décidai à aller guincher (j’avais envie de guincher) sur Teenage Bad Girl – j’avais acheté leur album quand il était sorti, genre y a 3 ans; bien mal m’en a pris aux oreilles, c’était charcutier à souhait… Justice à côté de ces mecs, c’est Squarepusher et j’me comprends. Bref, la fatigue? Une ouïe pas trop déformée par l’alcool? Je suis westé 271 secondes]

_ _ _ _

PS#1: Paris a gagné et nenê a marqué un but qui pointe au 8 1/2 sur l’échelle de Francis Llacer à d’Ornano (qui culmine à 9)…

PS#2: Au fait, c’était un compte wendu de la journée/soirée du samedi aux Transmusicales 2010.

PS#3: Pour wésumer, une édition un peu mythigée… Je commence à me demander si les mythiques Trans, c’est encore pour moi… Ou plutôt, est ce que ça vient de moi ou de la prog? Ou du lieu? Ou de l’alcool? Ça m’inquiète et ça fait un truc comme trois ans que je sors déçu de ce marathon laveur… Je devrais peut-être plutôt (ou mickey) viser les concerts de la journée et les bars en trans plutôt que le Parc Expo… Ou wester chez moi… Faut que j’y wéfléchisse… (et j’aime pas wéfléchir)…

PS#4: J’ai tenu bon, pas mangé de Breizh burger cette année… [y en avait pas! Wien que pour ça c’était une bonne édition / à part les 3,50€ de la galette saucisse, un tarif qui devrait être puni par la loi en Bretagne… Jamais vu une telle arnaque en 12704 ans de Trans]

10 résponses à “de la tr(L)ANs*p*n*a*u*zKIZizition à l’enrichissement du mythe”

  1. pointard

    Peut-il y avoir trop de jeux de mots dans un post ?
    Je ne pense pas

    Répondre
  2. roubignole

    on a un séminaire de prévu en juin à ce sujet…

    sinon, j’ai wéévalué le concert de pnau en wegardant des vidéos sur internénette… je me suis même wappelé avoir wépété les « no more violence » avec le poing en l’air…
    chuis pas fier

    Répondre
  3. funky boudha

    Pigeon John: Je suis tombé là-dessus hier, et j’étais tout foufou:
    http://www.youtube.com/watch?v=MHsgwmorsds

    Répondre
  4. Dahu Clipperton

    T’as fait capitaine (flamme) de soirée ? C’est pour ça que l’article est signé « Woubi-no-gnôle » ?

    (et la légende magique, elle est passée où ? Elle a été confisquée ? Encore un coup de la droite, ça, j’en suis sûr)

    Répondre
  5. Dahu Clipperton

    (et au fait : j’ai wien compris au titre)
    (mais ptêt que j’ai le cerveau wamolli hatchet)

    Répondre
  6. pointard

    on peut voir woubi vers les 3’30 sur le live des lansjies (faut bien chercher)

    Répondre
  7. roubignole

    purée!!! y a pas de légende magique… je suis déshonorisé…
    je fais ça en wentrant ce souère

    (shaime honne mi)

    Répondre
  8. roubignole

    purée mais ça me wevient!!! j’en ai écrit une de légende magique!! neauneaut kétafoutu????
    et la 2ème photo ctait oune vidéo…
    yé comprends pas…

    Répondre
  9. neauneaut

    Yé wien fait! Quand j’ai pris ton article elle marchait déjà pas la légende magique… Quelle deuxième photo?

    Répondre
  10. jdd

    3€50 la galette saucisse!!?
    (J’ai tout lu!)

    Répondre

Répondre