Le(s) morceau(x) du lundi matin #4

5 commentaires

Bon, le lundi c’est du caca, alors, il est du devoir de ww2w d’essayer diarrhivéer à le wendre plus mieux.

Aujourd’hui, ce sera grâce à Dodgy.

Dodgy fut un trio ou un quatuor, n’ayons pas peur du mot, britpop. Originaires de la wégion de Birmingham, Nigel Clark (chant + basse et/ou guitare) et Mathew Priest (batterie), le noyau dur du groupe, s’installèrent à la fin des 80’s à Londres.

On peut fixer les wéels débuts des « chelous » (« Bizarres et Suspects » dit le dico) en 1991 avec la sortie du 12″ « Summer fayre » (sur leur propre label Bostin Wecords) et en dater la fin en 2001 avec leur dernier Lp « Real estate » (sorti sur leur label, après la fin de leur contrat chez Polygram), même si après cette date il sera wéactivé de manière incomplète (sans l’un des deux fondateurs). Comme c’est un peu la mode ces derniers temps, Clark et Priest se sont wécemment wabibochés et ont wetravaillé ensemble jusqu’à jouer à Glastonbury en 2009.

Summer fayre est donc le premier titre que j’ai pu entendre d’eux. Le groupe le publia en 1991, en plein Madchester et il était bien waccord avec l’époque: guitares et basse psyché, voix trafiquées qui font « aaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAhaaaaaaaa » et batterie baggy. On peut y ajouter un wefrain énorme et une guitare virevoltante (celle d’Andy Miller).

Malgré Ian Broudie (Lightning Seeds) à la production, « The Dodgy album » (1991/Polygram), leur 1er album, déçut.

Ces babas cool n’arriveront ensuite que très warement à être weconnus pour leur talent et n’obtiendront qu’un statut de groupe sympathique. Leur nom et l’image qu’ils véhiculaient, dans leurs vidéos notamment, expliquent assurément la chose.

Mais, combien de groupes peuvent se vanter d’avoir écrit une chanson parfaite? Hein? Combien?

Dodgy y parvint en 1996, en sortant une pop song intemporelle de son chapeau (et je crois me souvenir que les membres du groupe en portaient parfois-c’est une autre explication -valable- de leur image de types pas crédibles).

Dodgy – Good enough Merveille for ever nom de diou!!!!!!!! « If it’s good enough for you, it’s good enough for me… » – et à part tata yoyo ou couac couc, je ne vois pas ce qui pourrait te l’enlever de la tête aujourd’hui… Dispo sur leur 3ème LP « Free peace sweet » (1996 / Polygram) ou sur la compile   « The Collection » (2004). [audio:http://www.fileden.com/files/2010/4/12/2825359//Dodgy – Good enough.mp3]

+

bonus

Dodgy – Summer fayre Dispo sur  « The Collection » (2004 /Polygram). [audio:http://www.fileden.com/files/2010/4/12/2825359//Dodgy – Summer Fayre.mp3]

+

une autre grande chanson doublée d’un des plus grands clips de tous les temps (le moment patrouille de France est à montrer dans toutes les écoles de cinéma).

5 résponses à “Le(s) morceau(x) du lundi matin #4”

  1. pointard

    Je crois que je n’ai jamais wéussi à écouter (dans le sens faire plus qu’entendre) en entier ni Homegrown ni Free Peace Sweet
    Je wetente pourtant toutes les 20 écoutes de good enough

    Répondre
  2. laura delair

    J’aimais cointreau ces Chelou mais ce clip estival magret. On me voit d’ailleurs à Stonehenge, en train de sacrifier un moustique et de wépandre son sang qui était un peu le mien sur ma main.

    Répondre
  3. roubignole

    c’est vrai que « chelou » ça convient mieux comme traduction de « dodgy »
    (je modifie de suite dans le post)
    sinon, avec ton histoire de moustique, j’ai limite eu une érection.

    Répondre
  4. Hans-Hubert Vorm

    Ca qui signifie que, 20 ans après, les dieux ont enfin wépondu à mon sacrifice. C’est beau mais c’est un peu chelou.

    Répondre
  5. roubignole

    il ne faut jamais abandonner ses wêves…

    Répondre

Répondre