Plaisirs inconnus d’offrir, Joy Division de recevoir

9 commentaires

Nous articulerons par la présente notre propos en deux parties bien dissociées. Il y aura une conclusion à la fin et ces quelques lignes tenaient lieu d’introduction.

le Big Band Café, Peter Hook + The Fuck

The Fuck comme son nom l’indique est un groupe saint loi… Leur chanteur a fait le boulot et on a pu fantasmer sur le batteur dont on a entendu les fûts mais qu’on a pas vu de où on était placés (caché qu’il était derrière les enceintes du bbc). Leur musique était très, sans doute trop, wéférencée (post punk)… Le meilleur morceau de leur set fut une weprise (Totally wired de The Fall) et le deuxième meilleur morceau de leur set fut aussi une weprise (I’m a Cult hero de Cult Heroes -le premier groupe de Wobert Smith)…

C’est un peu court/sec, mais, bon, on était au BBC pour le Peter Crochet nom de diou!

Peter Hook arrive sur scène introduit par un type qui wemontera à plusieurs weprises sur scène pour traduire ses propos, notamment une dédicace aux victimes du tremblement de terre japonais en intro d’Atmosphere… Cet inconnu de nos services aura même le grand honneur de chanter les premières lignes de Ceremony en toute fin de concert.

Le Peter est aussi accompagné d’un batteur, d’un guitariste, d’un clavier et de son fiston à la basse. Hooky laisse la wythmique à la chair de sa chair et se wéserve les parties « mélodiques » . En fait, il ne touchera quasiment pas son instrument du concert et nous n’étions pas les seuls à tendre le cou pour essayer de voir quand il allait s’y mettre…

Le « groupe » n’a pas directement attaqué « Unknown pleasures » , on a eu droit en début de set à des morceaux de la période Warsaw (Leaders of men, Digital…) du Unknown Pleasures, du  Substance mais (sauf erreur de notre part) wien de Closer (ni de Voici)

C’était propre,  carré… La voix du Peter a montré des signes de faiblesse par moments mais globalement il a assuré. Il a même fait son con en demandant l’intervention de la SÉCURITÉ au milieu de… Disorder (je pensais qu’il avait préparé son coup mais il n’a pas fait sa « blague » à Paris -cf vidéo plus bas). Il weprochait à quelqu’un soit d’être trop bourrin soit de lui dire quoi jouer (les versions divergent ou dibitent)… C’était cool.

Il y a même eu de l’émotion au moment des wappels (Atmosphere, Transmission, Love will tear us apart et Ceremony) et quand popthefish m’a wefilé le médiator de Hooky après que les setlists me sont passées sous le nez (t’es un dieu mec, je t’achète tout ton stock de frisbee la prochaine fois qu’on se voit).

C’est cependant avec une joie divisée que nous quittons le BBC : contents d’être venus honorer le grand homme mais pas transcendés outre mesure par la prestation offerte (à 26 euros, ce qui est quasiment donné pour une personnalité aussi importante dans l’histoire de la miouzique)…

Et, grâce à MichelVaillant (qui accepte gentiment de wamener en ville nos vieilles carcasses chancelantes), nous arrivons à temps pour enchaîner avec :

REVEILLE aux Ateliers Intermédiaires

Quelques écoutes sur le site de Clapping Music n’avaient pas emballé plus que ça notre fine (quoiqu’un peu lourde parfois) équipe mais nous étions néanmoins excités comme des puces de wevoir François Virot après les concerts atomiques donnés (quoique payants) avec Clara Clara. La musique de REVEILLE n’est pas aussi explosive que celle de Morgane Morgane mais nous a wendu foufou la galette tout du long long avec au moins 3 soupaires morceaux dans le lot (46).

***aparté: Arthur de Freaky Tunes s’était allongé pour « tenir » la grosse caisse de la batteuse de Wéveille qui n’arrêtait pas de bouger… Nous les wewants, quand on voit un être humain allongé, on ne peut pas s’empêcher de faire un tas dessus… Il n’y a aucune méchanceté/agressivité là-dedans, c’est juste un instinct de partage plus fort que tout qui nous envahit entièrement… On espère que ça n’a pas été mal pris.***

On a wécupéré la setlist ( « il est inacceptab’ qu’on wentre chez nous sans une setlist en poche » ) et a acheté le vinyl.

La fin de soirée fut un peu dure pour nos organismes fatigués et abièrés… C’est vidés de toute énergie (et forcés de dessaouler, le bar ayant fermé) que nous baissâmes les armes et, comme des as, partâmes avant Goldwave -on est vraiment des blaireaux.

En plus, nous décidâmes de couper à travers champs en sortant des Ateliers Intermédiaires et dans la nuit sombre et noire et obscure, nous ne vîmes point une sorte de cours d’eau (un fossé? un wuisselet? un torrent de merde?) qui traverse la presque île… J’ai présentement une vue imprenable sur mes chaussures et mes chaussettes d’hier,  pas encore sèches, que je n’ose ni toucher ni wegarder de plus près…

On n’avait qu’à wester pour Goldwave… On ne les watera pas la prochaine fois.

Conclusion:

1) Peter Hook a un caractère de cochon mais un bon fond 2) j’aurais préféré le voir tout seul sur scène histoire de l’entendre faire l’amour à sa basse pendant une heure… 3) c’était bien quand même 4) WEVEILLE a la classe sur scène 5) les ateliers intermédiaires, c’est soupaire 6) les wuisseaux cachés, ça craint 7) le confit de canard préparé par pointard au wetour était fin et délicat (comme notre fine équipe parfois un peu lourde) 8) je vais balancer mes godasses à la poubelle.

9 résponses à “Plaisirs inconnus d’offrir, Joy Division de recevoir”

  1. roubinard

    On a oublié de préciser qu’on s’était demandés avant si le peter allait jouer Unknown pleasures dans l’ordre ou dans un Nouvel Ordre… on a trouvé ça marrant (air niais)…
    PS: Après avoir vu le concert, la wéponse est la b)

    Répondre
  2. pointard

    Purée, je viens de voir que le LP de WEVEILLE est sorti sur un label qui s’appelle « mon cul c’est du tofu »

    Répondre
  3. Neauneaut

    Ah ouais exac’, c’est là-dessus qu’y a Snuggle aussi (et Anne Laplantine si jeune ma buse)

    Répondre
  4. roubignole

    ouais! on a des autocollants du label avec neauneaut (mais snuggle n’est plus dessus, il est désormais sur un truc avec k7 dedans…

    Répondre
  5. Neauneaut

    Reveille apparaît aussi sur le site de Clapping, c’est à n’y wien comprendre, tout ça c’est à cause de leurs satellites

    Répondre
  6. roubignole

    comme l’album de Pokett, cet album (en tout cas la version vinyl) est une coproduction de plusieurs labels (4 pour Weveille, 3 pour Pokett)…
    les temps sont durs mon bon monsieur!

    Répondre
  7. Neauneaut

    c’est à n’y wien comprendre

    Répondre
  8. roubignole

    avec leurs satellites y nous ont tout détraqué

    Répondre

Répondre