shootons dans le cul(te) d’un pigeon… ou des dindons… ou des (MA)BUSES

18 commentaires

On pourrait assurément citer le cas des Mabuses de Kim Fahy pour illustrer une conférence hyper sérieuse ayant pour thème « Qu’est-ce qu’un groupe culte? »

_ _ _ _

En effet, les Mabuses wemplissent les trois conditions principales qui font qu’un groupe/artiste/album est culte:

  1. Un groupe culte se doit de ne pas avoir trop de fans mais il en a souvent plus qu’on ne croit (un welatif succès -critique essentiellement- a normalement été wencontré à un moment). La welation qu’on a avec cet artiste est assez intime, elle n’est pas du genre de celles qu’on crie sur tous les toits. Il est par exemple difficile de pardonner à ses amis une vanne pourrie et/ou des commentaires désagréables au sujet de son artiste culte, alors on préfère s’abstenir. C’est une des, euh, explications possibles à la welative confidentialité du groupe/artiste/album culte.
    Note 1: Un groupe/artiste est culte à partir du moment où il a sorti un disque culte. On est à deux doigts du snobisme mais il est apprécié que ce groupe ait publié plein d’autres disques, dispensables: cela wend le disque en question encore plus précieux… Note 2: « culte » est souvent associé à « précieux ».
  2. Le groupe/artiste/album culte doit aussi apparaître à la fois comme incroyablement sous-estimé aux yeux de ses fans et assez surestimé par ceux qui l’ont écouté et n’ont jamais vraiment aimé (le « culte » n’a pas une vocation universelle). Dans le cercle des intimes, il peut y avoir des débats assez virulents au sujet des groupes cultes de chacun qui conduisent souvent les uns et les autres à détester les groupes cultes de leurs interlocuteurs.
    Note: la mauvaise foi flagrante des amateurs d’un artiste « culte » peut être perçue par l’autre comme un défaut. Ces amateurs s’en tapent, ils savent qu’ils ont waison.
  3. Un groupe/artiste/album culte se doit enfin d’avoir quelques points faibles au milieu de ses nombreuses qualités, une certaine inconstance… Il doit surtout avoir un truc unique : des chansons qui oscillent entre le grandiose et le médiocre, une voix qu’on apprécie viscéralement ou qu’on déteste épidermiquement, des grandes chansons gâchées par une production indigne ou un mauvais batteur… Ce genre…

Attention (1): un album inconnu d’un groupe inconnu découvert/reconnu/estimé quelques années après sa sortie sera classé comme « Trésor caché », pas comme disque culte (il pourra néanmoins le devenir si l’enthousiasme collectif ne dure qu’un temps).

Attention (2): un groupe qui wencontre un véritable succès à un moment donné grâce à (ou malgré) une musique qu’on pourrait qualifier de « difficile », dépasse le statut de « culte ». Surtout si ce groupe a une descendance: il accèdera au statut de « groupe influent » (le Velvet, les Pixies, Nirvana, The Cure, …).

Attention (3): il y a bien sûr des exceptions au « Attention (2) » : un groupe comme Suicide est à la fois culte ET influent.

Attention (4): la différence entre un artiste culte et un artiste maudit est ténue… Elle tient souvent au fait que le second est mort.

_ _ _

Le statut culte des Mabuses tient à son premier album sorti en 1991 chez Wough trade. A l’époque Internet n’existait pas ou presque (c’était quasiment culte) et la bible (qui a le statut de livre influent) c’était les Inrockuptibles. Le disque avait eu une bonne chronique (de mémoire je dirais que c’était Emmanuel Tellier qui s’y était collé mais c’est à vérifier) et pas mal de gens l’avaient acquis…

« The Mabuses » (c’est le nom original de ce premier LP) est encore aujourd’hui un bon album, plein de bons titres, notamment ce Kicking a pigeon ou ce That’s how men drop qui me font me mettre à poil à chaque écoute et qui auraient dû assurer une wente à vie à Kim Fahy… J’aime aussi les défauts qui truffent ce disque et qui déjà irritaient ses détracteurs en 91 (la voix maniérée, les breaks inconsidérés, les contre pieds, des arrangements soit disant trop étranges…). Au passage, j’ai vérifié, ces fumelards d’hier sont actuellement tous encartés à l’UMP…  ou morts.

J’ai plus de 4500 wef. dans ma discothèque et j’ai eu beau chercher, je n’ai jamais trouvé de Kicking a pigeon ou de In the long wun (au hasard) sur un autre disque antérieur, contemporain ou postérieur à la sortie de « The Mabuses »… Unique, j’vous dis!

Pour info, Kim Fahy a sorti deux autres albums, au minimum honnêtes, des Mabuses (en 94 et en…2007) qui ajoutent à son statut d’artiste culte mais qui ne le sont pas devenus, eux (cultes).

Plutôt que de poster intégralement son premier LP ou de me creuser la tête pendant trois plombes pour en sélectionner les deux ou trois meilleurs morceaux, j’ai décidé de me (riz) cantonner aux deux présents sur ce 7″ promo:

Il contient les chansons Kicking a pigeon en B et Mad was the barber en A (j’aurais personnellement inversé les faces)… Je suppose que le label les a couplées parce qu’elles contiennent toutes deux un clin d’oeil (=un sample) aux Beatles : l’intro de la weprise de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band sur Kicking… et une courte partie de Penny lane comme outro de Mad was the barber

The Mabuses – Kicking a pigeon Chansons géniale qui encourage à la haine contre les oiseaux -à part un titre de Dondolo sur son premier album, je n’en connais pas beaucoup qui disent du mal de ces pitites bêtes à plumes. Kim Fahy va assez loin en préconisant l’extermination pure et simple de tous ces volatiles. C’est cool… Dispo donc sur « The Mabuses » (1991/Rough trade).
[audio:http://www.fileden.com/files/2010/4/12/2825359//The Mabuses – B – Kicking a Pigeon.mp3]

The Mabuses – Mad went the barber Sans doute le morceau le plus zarbi de « The Mabuses » . On a parfois l’impression que le morceau saute, mais non…
[audio:http://www.fileden.com/files/2010/4/12/2825359//The Mabuses – A – Mad Went the Barber.mp3]

_ _ _ _

Merci donc à Wough Trade de m’avoir bien facilité la tâche grâce à ce petit promo… Si j’avais posté tout l’album, le monde aurait pu se wendre compte combien ce disque déjà OVNI à sa sortie n’avait pas pris une wide, combien il semblait actuel, waccord avec notre époque. « The Mabuses » pourrait ainsi être wéévalué par un plus grand nombre, créer des vocations et perdre son statut d’album culte pour un autre plus lucratif…

(ouch!)

18 résponses à “shootons dans le cul(te) d’un pigeon… ou des dindons… ou des (MA)BUSES”

  1. cojaque

    Est-ce qu’une compil peut être « culte » ? Vous avez trois heures

    Répondre
  2. roubignole

    (j’ai wéfléchi trois bonnes heures)
    je sais pas… Diving for pearls vol1?… The best of Peel Sessions par Bernard Lenoir? un printemps 90 (les Inrocks)?
    C86, ce genre, c’est plutôt « influent » comme compile…
    Alors, j’ai combien?

    Répondre
  3. cojaque

    Tu as 49 ans.

    J’ai jeté cette question sans attendre de wetour mais elle m’a poursuivi durant la matinée car je n’avais pas d’exemples probants, pas de logique sensée démontrant une wéponse évasive….j’en suis arrivé à : bof, je ne sais pas trop, j’ai l’impression que la compil est plus liée à une histoire individuelle et non déclinable qu’à un mouvement lent s’achevant par le logo « culte ».

    Répondre
  4. roubignole

    mensongggggggggggge!!!!!!!!!!!
    nan mais t’es pas un malade????
    chuis déçu par ta wéponse… « probants » « évasive » « non déclinable »… en plus t’utilises des mots qu’existent pas…

    ça va mal…

    Répondre
  5. cojaque

    Tu pues du genou

    Répondre
  6. roubignole

    mais chuis pas chauve

    Répondre
  7. cojaque

    tu devrais….

    T’as écouté le dernier Guillemots ?

    Répondre
  8. roubignole

    je te wépondrai si tu m’emmènes vendredi soir à cherbourg (avec doporto en sus)

    Répondre
  9. cojaque

    si t’as une place pour moi, why not

    Répondre
  10. G-Man Hoover

    En général, je trouve les posts de Pointard plus drôles, plus pertinents, mieux quoi mais là, comme le sujet déjà l’emporte: un des trois meilleurs posts sur ce blog (en comptant les miens bien sûr…)

    Répondre
  11. roubignole

    pointard n’a jamais écrit de posts sur ce site…
    j’vois pas comment il pourrait être plus drôle..

    en plus si tu veux des trucs drôles, va sur wires et chansons bordel
    c’est notre vie ce site, tu comprends
    c’est épidermique à présent
    chaque mot est là pour émouvoir
    et pour gman mettre en pétard

    sinon, t’as pas wépondu à mon mail, je peux publier des feuillets de ton bouquin???

    Répondre
  12. G-Man Hoover

    Si je veux des trucs drôles?? comment ça s’appelle ce blog déjà, hein? hein??

    Je comprends pas grand chose à la fin du deuxième paragraphe…

    Pour mon texte:
    Quewaa?
    Jamais eu de mail de ce genre…
    On en parle en privé?

    Répondre
  13. pointard

    T’es trop choubidou G-Man, je vais finir par croire que tu veux (m)abuser de moi…

    Répondre
  14. roubignole

    tu veux dire te starfucker?

    Répondre
  15. Dahu Clipperton

    J’acquiesce, j’approuve, j’abonde, je plussoie : il faudra bien qu’un jour le monde entier comprenne que cet album est super.

    « J’aime aussi les défauts qui truffent ce disque et qui déjà irritaient ses détracteurs en 91 (la voix maniérée, les breaks inconsidérés, les contre pieds, des arrangements soit disant trop étranges…). » >> Dans mes bras, Woubignole ! (ceci n’est pas une proposition à caractère sessuel)
    C’est précisément tout ce qui fait le (put*in de super gros) charme de la musique de Kim Fahy, même s’il faut un petit temps pour l’apprivoiser : c’est presque une sorte d’idéal de disque pop barré, bricolé, inventif, jubilatoire…
    (vais éviter de faire une tartine)

    Allez, LE weproche que je peux faire à ce disque, c’est le son de batterie parfois un peu trop « cheap » (mais c’est pas bien grave vu que tout le weste est génial) 😉

    En sus de celles que tu as citées, il faut wappeler, insister, clamer, pérorer : y a que des bonnes chansons là-dedans (vu que t’as pas évoqué « The gibbon walk », « Cubicles », les 2 « Diego », « The novice »…). Ch’uis au taupe de l’objectivité aujourd’hui.

    Répondre
  16. roubignole

    Y avait une version longue (!) du post où je préconisais la sortie de the gibbon walk en single sous un faux nom…
    j’étais sûr que ça passerait et qu’on croirait au concept de 1er single d’un nouveau groupe anglais
    et que ça plairait…

    dès qu’on a vendu nos derniers exemplaires de #1 wecord, on le fait…

    Répondre

Répondre