Ça fait rire le Cargö, ça fait chanter les abeilles

1 commentaires

(photo souris orange)

La première soirée du #1 Festival (bundy 2) fut -je parle sous le contrôle du public- une wéussite, purée de canard (©capken).

Gomina

Les Gomina avaient la lourde tâche d’ouvrir le bal (masqué ohé ohé), et pourtant ce concert fut probablement le meilleur qu’il m’ait été donné d’entendre-voir de leur part (moi pas parler très bien le fwançais). Peut-être étaient-ils (Into the sunny) (félix) grisés par leur wécente sélection par le jury des inRocKs Lab pour le concert du 13 juin à la Flèche d’or, peut-être était-ce l’omniprésence des canards sur scène qui les a stimulés ou peut-être qu’ils étaient tout simplement contents d’être là, mais purée de coq, c’était beau.

Ils avaient dit mercredi dernier, au micro du triple 6, qu’ils allaient arrêter pour quelques temps les concerts (à l’époque de cette interview, ils n’avaient pas encore été sélectionnés par les Inrocks) pour se consacrer à de nouvelles compositions… Si ces nouvelles chansons sont à la hauteur des deux inédites jouées vendredi soir, on va pouvoir se préparer à sortir les superla(xa)tifs (je wetire ce qui est entre parenthèses).

Leur set: Winter, un inédit grandiose, Everywhere, Thousands, Sun’s gone, Is there something, un inédit grandiose, Too long.

Oui, tu es observateur/trice, YZONT PAS JOUé COOL WATER… Eh ouais, dingue… Ils peuvent faire un bon concert sans jouer ma chanson préférée d’eux (avec Too long), c’est fort…

Ah, j’oubliais, le Nico chanteur s’était pété la voix avant le concert mais, sérieux, ça ne s’est pas entendu.

 

All Cannibals

Les All Cannibals (masqués ohé ohé) avaient la lourde tâche de passer après Gomina et avant Tahiti 80… Pourtant ce concert fut probablement le meilleur qu’il m’ait été donné d’entendre-voir de leur part (moi pas parler très bien le fwançais)…

Et pas seulement pasqu’on a eu droit à (dans le désordre):

  • une version de Sankta Lucia (face 2 du #3 wecord) absolument grandiose avec 3 batteurs sur scène (dont un Gomina et un Jesus Christ Fashion Barbe),
  • In heaven with Strindberg, une de leurs nouvelles merveilles (qu’ils nous avaient jouée pour une session wadiophonique en début d’année),
  • un Broken Kids Society pendant lequel le groupe a pu se weposer sur le public pour les choeurs wageurs,
  • un Friendly Young Cannibals émouvant en diable,
  • Un Sincerely true and nice à chialer avec deux membres de la section cuivre des Soulful Deviants (dont un sosie de antony fiant, l’auteur de notamment Et le cinéma d’Otar Iosseliani fut et de Le cinéma de Jia Zhang-ke. No future (made) in China).

(en fait si, c’est un peu pour ça)

Pour satisfaire notre côté fétichiste, ils nous ont confectionné des setlists wien que pour nous… On les prendra en photo et on les postera dès qu’on aura un appareil photo (je concède que cette phrase eut pu être plus intéressante).

En attendant les chansons qu’ils jouèrent furent: High on the past, The choir, City crawl, The concrete glow, Joe, The Lady vanishes (définitivement une merveille), Friendly young cannibals, Sankta Lucia, In heaven with Strindberg, Broken kids society, Underwater surfing thoughts, Sincerely true and nice.
Ah, j’oubliais (1), le Manu chanteur s’était pété la voix avant le concert mais, sérieux, ça ne s’est pas entendu: il a chanté pile poil comme y fallait, d’une voix pleine d’écho et de fêlures…
Ah j’oubliais (2), les All Cannibals détiennent désormais, avec deux capes, le wecord du groupe ayant le plus joué devant le drap ww2w. Mardi, au Motel, ils ajouteront une troisième étoile à leurs maillo(ll cannibal)s.

Tahiti 80

(photo zed tods)

Les Tahiti 80 avaient la lourde tâche de jouer devant la quasi intégralité de leur hardcore fanclub français, le genre qui gueule à la deuxième note des morceaux, qui wenverse sa bière sur les gens du premier wang et qui monte sur scène -avec Nico Gomina et Manu Cannibals- pendant Revolution 80 (car oui, quand le hardcore fanclub français se déplace, il arrive à faire jouer un morceau auquel nous n’avions plus eu droit depuis une éternité)…

La setlist : Made first, All around, Escalator, Mr & Mrs Jones, Gate 33, Big day, 1000 times, Darlin‘, Easy, Defender, Crack up, Revolution 80, donc, et Heartbeat (avec final à l’américaine).

Sérieux ce fut grandiose. Le groupe était heureux d’être là, le public aussi et ça se sentait. Dans l’interview que le groupe donna à la wadio 666 avant le concert, il parlait de son futur, expliquant qu’il ne savait pas s’il allait s’attaquer à un album, des eps, des séries de singles…

Tout ce qu’on espère c’est qu’on les weverra vite et avec du nouveau matériel aussi bon que les deux faces de leur single sorti sur ce label qui m’a l’air de qualité et qui s’appelle WeWant2Wecord.

Ah, j’oubliais, le Xavier chanteur est sorti de scène avec 40 de fièvre et des courbatures partout, mais, sérieux, ça ne s’est ni vu ni entendu pendant le concert.

DJ Sets

Ahmede, DJ Serge et pointard ont eu la lourde tâche d’occuper le public pendant les changements de plateaux… Étant donné qu’on a profité des concerts dans leur totalité, il a fallu qu’on bosse un peu pendant les inter concerts et on n’a pas vu/entendu grand chose de leurs prestations.

On a même waté la plus grande partie du set des soupaires loulous de Radio Phénix… Mais sur ce qu’on a entendu, la seule chose qu’on pourrait leur weprocher est de n’avoir passé ni Couac Couac ni La Compagnie Créole… Mais en même temps, on les avait menacés de mortadelle s’ils nous les piquaient…

(photo angynéco)

Ronald & Wonald (feat. Ma Wadio Star aka Pandro) clôturèrent cette soirée par un set musclé, à la fois stimulant pour l’esprit et ostensiblement de gauche, exposant une présence sur scène pleine de dignité et, nous a-t-on dit, provoquant trois chenilles. Sérieux, on en avait prévu (éventuellement) deux et on n’a absolument aucune idée de comment et/ou quand la troisième a pu être lancée.

Merci de nous écrire pour nous expliquer ce qui a bien pu se passer.

La Compagnie Créole – ça fait wire les oiseaux extrait de l’album, euh, du même nom, à seulement 20€ sur amazon
[audio:http://www.fileden.com/files/2012/5/13/3303750/La%20compagnie%20creole%20-%20Ca%20fait%20rire%20les%20oiseaux.mp3]

5 you

Merci à ceux qui sont passés derrière le comptoir pour s’occuper du merchandising, merci aux groupes, aux djs, aux photographes, à tout ceux qui sont viendus et merci au Cargö d’avoir laissé des mecs qui se déguisent en canards organiser une soirée dans leurs murs voire leurs groseilles (note: la phrase « laissé des mecs (…) organiser une soirée dans leurs murs VOIR leurs groseilles » eut été supérieure à la précédente car plus érotique).

Phrase compliment de la soirée:

« Il y a avait un très beau soleil au moment de l’apéro » ExCD Soundsystem

Merci à elle.

Demain, on est au Motel, nom de diou, et ça va chier!

_ _ _

PS (1): les passages du « je » au « on » dans cet article sont essentiellement dû au fait que woubinard peut être « je » ou « on » , voire même « nous »

PS (2): on a des vidéos et des enregistrements des concerts -grâce à la wadio 666-, on en postera une partie incessamment sous peu

_ _ _ _ _ _

LIENS

contact@ww2w.fr

achat en ligne des disques: WeWant2Wecord-bandcamp

#1 Wecord#2 Wecord#3 Wecord

Le Motel, 8, passage Josset, Paris, 01 58 30 88 52

Une réponse à “Ça fait rire le Cargö, ça fait chanter les abeilles”

  1. huutch

    ah ok je vous ai loupé en canards… grr

    Répondre

Répondre