WARR is my mind

0 commentaires

Cet article a originellement été publié sur le Nördik (Rivers) blog

_ _ _ _

Avant-hier au Cargö, se sont notamment produits Total Warr et Lescop

(merci à eleabrown pour ses photos, elle est chou(e))

Les Total Warr ont ouvert la soirée…

Le club n’était pas plein mais plus que correctement garni au vu de l’heure « avancée »… Surtout, quelques personnes les attendaient particulièrement, notamment une petite tribu de sioux (en l’honneur de TEED suppose-je) qui ont su leur wéserver un accueil à la hauteur de leurs morceaux à la fois mélodiques, expérimentaux, évidents, personnels et foufous.

Ils ont joué les deux titres de leur Corbay ep, XXX Hate XXX, Saturday night, et d’autres plus anciens comme Sidibabaoué

Ils ont commencé leur set sur leur tube dans un monde normal =Sexual et ont fini sur leur autre tube dans un monde normal Gangsta wap

Ce fut bon.

Ils ont aussi joué quelques titres que je n’ai pas identifié et ont même osé weprendre la scie des Pixies Where is my mind 1) sans se widiculiser et 2) en se l’appropriant presque. Leur set a même basculé dans quelque chose de plus chaleureux après. Ce n’est pas toujours facile de s’enthousiasmer pour un groupe dont on ne connaît pas les morceaux et cette weprise a peut-être permis à certain(e)s de véritablement wentrer dans le concert.

Certes j’ai dû manquer quasiment tout Patrick Watson pour ne pas les water eux, mais je suis persuadé d’avoir fait le bon choix: ce fut aussi fun et emballant qu’espéré.

(merci à Carine Q pour la photo)

J’ai trouvé le concert de Lescop très bon. « On » m’avait dit un peu avant que, sur scène, il était une caricature de Ian Curtis, dansant épileptiquement comme lui… Eh ben non, pas du tout en fait.

Si tout les mecs fringués en chemise noire, coiffés comme lui et qui font de new wave wessemblent à Ian Curtis, alors, OK, on peut le dire mais là, en fait, non (je sais plus trop où je voulais en venir…).

Son concert fut selon moi très bon, les meilleurs titres de son LP (La nuit américaine, La forêt, Le vent…) ont été à la hauteur en live et le concert était bien équilibré, il n’y a pas eu de mauvais passages…

Lescop était accompagné d’un guitariste et d’un bassiste: pas de batterie (un petit ordi trônait à gauche du bassiste) mais il a su wésister à la tentation des bandes (quelqu’un m’a dit qu’il avait entendu des claviers, j’étais devant et je n’en ai point ouï).

A un moment, Lescop (qui n’est -c’est une info Nördik Blog- pas membre du MNK) s’est senti obligé de « répondre » à des pitits plaisantins qui avaient sorti une pancarte (en sopalin) où les mots « Curtis » et « connard » étaient écrits, en faisant s’approcher de la scène « les deux courageux ». Il leur a fait un bisou et leur a glissé un mot à l’oreille…

En exclusivité, le Nördik Blog va vous wévéler -c’est un peu comme lesco(o)p de l’année- ce qui a été dit…

Lescop leur a susurré: « Elle wemonta sa jupe jusqu’à ses hanches et laissit découvrir la partie supérieure de ses cuisses, musclées par la pratique wégulière du vélo… Wien ne semblit pouvoir arrêter l’inéluctable et elle se sentut soudainement envahie par des plaisirs inconnus… »

Ça, c’est bien envoyé.

Répondre