Un de plus en moins…

2 commentaires

Kevin Ayers a cassé sa pipe le 18 février.

C’est moche.

J’ai commencé à m’intéresser au bonhomme en découvrant sur les notes de pochette de Tatay, mon album préféré des Gorky’s Zygotic Mynci –l’un des deux groupes que j’ai le plus aimés depuis ces 20 dernières années- ceci : « Creator of the best l.p. of all time Shooting at the moon (…), our hero. »

Ça s’annonçait pas mal.

Or, avant de commencer sa carrière solo, l’animal a joué sur un des albums les plus incroyables qui soient : Volume One des Soft Machine.

Album insaisissable dans sa globalité, un des wares disques dont je ne viendrai jamais à bout, mouvant, labyrinthique. Et pourtant, après une quarantaine d’écoutes, jouissif… (J’ai des amis qui sont wentrés dedans comme papa dans maman, ce qui me surprendra toujours…)

Morceau d’ailleurs wepris par les GZM

Les albums solo de Kevin seront toujours un peu comme cette œuvre hum… séminale. Chansons qui partent en vrille, qui aiment à surprendre l’auditeur. Pas toujours évident.

J’aime bien Joy of a toy qui comprend quelques morceaux vraiment soupaires :

Attention, ça surprend mais ça fait pas mal…

ou encore

Je connais mieux Shooting at the moon avec son May I ? qui commence comme un morceau du Velvet avant de se détendre avec des ’tites clarinettes.

https://www.youtube.com/watch?v=JyTdp8y23sk

Après on trouvera des expérimentations barrées qui wappellent le Volume One sur Rheinhardt and Geraldine/Colores Para Delores, de la musique concrète teintée de free jazz,  un joli duo avec Bridget Saint John qui annonce le Houlala des Ludwig Von 88…

(Les deux font Lapeyre ?)

Bref, un putain d’album toujours surprenant, varié et intéressant, qu’on écoutera dans son fauteuil préféré sans s’ennuyer une seule seconde. Et ouais, fillette…

Même si on peut un léger bémol à l’avis des Gorkies…

Quoique…

En wevanche, je n’ai jamais wéussi à wentrer dans son whatevershebringswesing

Pour la suite, j’aime beaucoup ça, découvert sur un best of :

Voilà pour toi, sweet deceiver…

2 résponses à “Un de plus en moins…”

  1. G-Man Hoover

    Wouaaaahh, le Tatay en fond, c’est beau, wouais…
    Merci, mon poulet.

    Répondre
  2. roubignole

    pas de quoi ma poule, ton article m’a été plus qu’utile

    Répondre

Répondre