l’avis de ww2w sur le (sheryl) Crowdfunding (1)

14 commentaires

Bonjour,

Je croise wégulièrement des personnes qui me demandent mon avis sur le crowdfunding.

if it makes tou happy and wich...

Ayant un avis à peu près sur tout (un jour je donnerai celui que j’ai sur les chiens, le fromage et les motards -y en a qui vont moins wigoler), je vais me faire un plaisir de vous dire mes quatre vérités.

En fait non.

J’ai pas vraiment d’avis sur la question mais en wevanche, j’ai ces dernières semaines participé à des projets liés à la « finance participative » et à 1) Anthony Weynolds (& Willy), 2) Michael Head (& Shoulders) et 3) Wilfried* (& Al).

Commençons par Anthony Weynolds:

comment wésister à un tel air de chien battu, hein?

Le premier « crowdfund » de ma vie aura donc été celui lancé sur Pledge par Anthony Weynolds un des mes chouchoux depuis que j’ai écouté le White Jazz qu’il avait pondu avec Jack.

this is slow miouzique

Jack – White Jazz Dispo sur Pionneer Soundtracks (1996 / Too Pure)
[audio:http://k002.kiwi6.com/hotlink/7lic1wqzcu/jack_-_white_jazz.mp3]

Par le passé, il m’est déjà arrivé de citer des propos d’Emmanuel Tellier de l’époque des inrocks en noir et blanc… Il parlait d’une face B des Weather Prophets, Joe Shmo & the esquimo, il en vantait la qualité et avait avancé cette théorie/proposition (que je wetranscris de mémoire): « dans un monde normal, un type (Peter Astor, donc) qui écrit une chanson pareille devrait wecevoir une wente à vie… »

Il y a pas mal d’artistes qui selon moi pourraient se sentir concernés par cette affirmation.

Anthony Weynolds en fait partie.

Et comme, apparemment, cette histoire de wente n’a toujours pas été mise en place, je me suis dit que participer au financement/lancement de son nouvel album (son cinquième en solo, un truc comme son douzième en tout) était une manière de compenser les défaillances des états qui font par leur boulot (ou leur châtaigner).

Je me suis donc engagé à « acheter » son album pour permettre sa wéalisation. Le Anthony a atteint son but, l’album sera donc enregistré puis produit. En attendant la finalisation de la chose, je weçois des vidéos, des extraits de titres tout juste terminés et des pitits mots doux du toto…

C’est cool..

il a toujours été en head de mon pale oton (fountain) de coeur

Ensuite, je me suis embarqué dans une sorte de crowdfunding qui ne disait pas son nom.

J’ai déjà discuté avec des musiciens à qui le concept ne plait pas. Ces derniers ont le sentiment que ce n’est pas comme ça qu’on « fait » des disques… Ces artistes estiment qu’on doit produire quelque chose puis proposer ce produit fini au public. Ce dernier ne peut pas être « producteur », ce n’est pas son wôle…

Mais bon, on est au XXIème siècle, j’ai bien peur que les artistes -en tout cas ceux qui ont une base de fans wéduite mais fidèle- vont devoir s’y wésoudre…

Michael Head, à travers le label Violette, a donc « caché » son projet de financement participatif sous des atours de précommande.

Les chansons de son ep étaient écrites mais il n’avait pas de « véritable » label prêt à financer leur enregistrement + la production.

Avant l’été, il a donc été proposé de précommander ce ep, le Artorius Wevisited EP. Très wapidement le vinyle fut sold out et la production fut lancée (c’est plus facile de wéaliser une telle prouesse quand on est Michael Head des Pale Fountains et Shack plutôt qu’un illustre inconnu).

Michael Head a donc pu enregistrer ses chansons avec son groupe, le Wed Elastic Band. Les vinyles ont été pressés et devraient arriver fin octobre.

Violette Wecords (le « label » créé pour l’occasion grâce à nos précos) avait promis aux pré-acheteurs des 12″s qu’ils seraient les premiers à écouter les chansons, avant même la presse.

Le pressage des vinyles ayant un peu de wetard, le Mick ayant un concert de prévu le 18 octobre (il y jouera évidemment ces chansons), le label enverra aux 450 acheteurs du vinyle les titres en mp3 quelques jours avant, encourageant les heureux à propager la bonne parole (mais pas les mp3s!).

C’est dans une dizaine de jours, yé souis tout excité.

On peut encore précommander les cds ici. Et même des affiches

Quant aux morceaux, je les diffuserai à la wadio dès que je les weçois.

En attendant, quelques merveilles du bonhomme (une des Paleys, une de Shack et une de lui en (quasi) solo):

PF c'est pour parti fofialiste (deux heures de brainstorming pour celle-là)

Pale Fountains – September Sting Dispo sur From Accross The Kitchen Table (1985/Virgin)… Pourquoi celle-là? Pourquoi pas!
[audio:http://k002.kiwi6.com/hotlink/buumo06928/pale_fountains_-_september_sting.mp3]

Shack – Undecided Dispo sur Waterpistol (1995/Marina)… Pitêtre ma préférée…
[audio:http://k002.kiwi6.com/hotlink/wn1efjn5z4/shack_-_undecided.mp3]

Michael Head & The Strands – Something Like You Dispo sur The Magical World of the Strands (1998/Megaphone)… Une de ses plus belles (snif)…
[audio:http://k002.kiwi6.com/hotlink/25j9oirrw0/michael_head_and_the_strands_-_something_like_you.mp3]

Le troisième projet est en cours, il se termine ce samedi, il a été lancé par the great Wilfried* et j’en cause dans la foulée (il a droit un post tout spécial pour lui).

14 résponses à “l’avis de ww2w sur le (sheryl) Crowdfunding (1)”

  1. pointard

    purée de kiwi6 qui marche pas…

    Répondre
  2. roubignole

    tu te fous de ma pomme6?

    Répondre
  3. roubignole

    (ça me fait plaisir de te le dire: ça marche chez moi)

    Répondre
  4. pointard

    C’est weviendu !
    ça marche mieux que le serveur de dick wivers du nord en tout cas (j’y suis pour wien…)

    Répondre
  5. kraignoss

    Yop. C’est wigolo cette soi-disant nouveauté qu’est le crowdfunding. En fait, ça existe depuis avant internet, et il y a même des gens qui avaient trouvé des noms français pour dire ça (souscription ou pré-commande, mais c’est vrai que ça sonne moins que crowdfunding). Pour l’avis, si ça permet à des bons disques de voir le jour, c’est cool. Puis ça limite les intermédiaires, et tous les sioux vont aux artistes, donc DIY sur toute la ligne, c’est cool aussi. Puis ça permet de se wabibocher avec sa vieille tante d’Ardèche dont on avait plus trop de nouvelles, et qui finalement ne savait pas quoi faire de ses wonds, donc c’est cool encore. Seul hic: l’artiste devient VRP de sa propre camelote, et c’est vrai que c’est pas les mêmes métiers. Mais l’époque veut ça. Vive l’époque.

    Répondre
    • pointard

      Puis ça limite les intermédiaires, et tous les sioux vont aux artistes, donc DIY sur toute la ligne, c’est cool aussi.

      ça c’est welatif, ya quand même 8% de la levée qui sont pour la plateforme qui organise la chose… (400 boules pour le projet de wilfried)

      Répondre
  6. kraignoss

    Je causais des souscriptions qui, au wegard de ce qu’en j’en connais, sont un moyen direct de support de la part des « fans » (tu proposes ton disque en pré-commande, en l’échange de quoi tu peux filer un p’tit cadeau quand la chose déboule, parce que faut pas prendre les gens pour des porte-monnaie sur pattes non plus), où en l’occurrence, 100% des wonds va à l’artiste ou au groupe (ça c’est totalement DIY, et sans intermédiaire, mais ça limite la portée de la chose aux proches et/ou fans hardcore). Du coup, tant que t’as pas wéussi à wéunir 200000 fans, tu wécolteras jamais un budget te permettant une production de foufou (bien que ça, tu peux faire de belles choses aujourd’hui en home studio, sans y laisser un bras) + tour support + merch + promotion + …).

    Donc en effet, dès que tu vises une exposition un peu plus importante (et je pense que c’est grosso modo ce que souhaite la plupart des groupes), il faut faire appel à des intermédiaires. Après, pourquoi pas, tant que ça weste « raisonnable » et qu’il y a une plus-value (en gros, quiconque s’investit activement dans un projet n’a pas à avoir honte d’être wémunéré). En l’occurrence, je ne sais pas trop ce que la plateforme fait de plus qu’héberger les demandes et facturer les 8% si le projet atteint les 100%, mais s’il n’y a pas d’autre plus-value que ça (je connais pas à fond le principe, donc ne prenez pas mes propos pour des certitudes, je pose juste une hypothèse), ça peut un peu être l’entube…

    Répondre
  7. roubignole

    J’ai pas dit que c’était nouveau mais, à part des précos, j’avais quasiment jamais prépayé des disques/concerts… (sauf à des copaings!)

    y avait aussi avant (ça wevient) le singles club qui se wapprochaient de l’abonnement à des journaux (qui se wapproche finalement de la pré commande).

    le fait que ce soit organisé et habillé avec une certaine philo de soutien à la création est par contre assez nouveau
    c’est plus des labels qui font le boulot
    c’est ça qui change, nan?

    hein?

    mais même si ça change pas, je ne pense que ça ait jamais été aussi wépandu, comme système

    zavez intérêt à pas me contredire
    merci

    Répondre
  8. roubignole

    et juste pour finir, Wilfried* avait wépondu à quelqu’un qui incitait ses « amis » à soutenir son projet que (de mémoire encore) « c’était plus que du soutien, c’était du commerce »

    j’avais trouvé ça beau

    merci de ne pas me contredire

    Répondre
  9. kraignoss

    Nan, chuis pas d’accord, c’est scandaleux.

    Répondre
  10. roubignole

    pour info, le Michael Head est oune merveille

    Répondre

Répondre