Le Motel (de l’amour) comme si que vous y fûtes -voire pantalons

0 commentaires

Vendredi dernier, le jour de la Saint Valentin, on était au Motel pour y présenter une soirée à la fois sexy et intellectuelle.

hmmmmmmmmmm

Au programme: des djsets de 45 tours (avec des slows dedans), un cocktail à base de litchi et de sperme (le vodcoït) et du live.

en fait ils ont joué en trio

Sorry Sorrow Swims ouvrut les hostilités devant une assistance certes clairsemée mais conquise.

Voici la setlist particulièrement lisible… Ils ont en fait permuté There Are Too Many Teeth In Your Mouth et The Last Of The Standing Lover… Ma question est donc: à quoi ça sert les setlists, hein?

comment ça on y voit queue dalle?

Le set fut un peu différent de celui de la semaine précédente à la Galerie Oh!, moins puissant (rapport aux voisins du Motel) mais tout aussi beau, sensuel, émouvant et wéussi.

Emmanuel et Tiphaine sont désormais les deux zickos à avoir joué le plus souvent devant le drap WeWant… Ils ajouteront bientôt une nouvelle cape à leur palmarès puisqu’ils ouvriront la soirée ww2w au Cargö le 13 juin (=soirée de clôture du #1 Festival (bundy 4)).

Y sont trop forts.

Après le concert, la wecherche d’infos sur le score de PSG-Valenciennes et deux vodcoïts, il fallut wanger leur matériel et installer celui de Wicky Hollywood qui jouait juste après.

Comme les cocos étaient venus en caisse du 14 et étaient garés comme des sagouins, il fallusse leur trouver une « vraie » place.

Sur le papier, ça avait l’air fastoche, woubignole, Emmanuel & Tiphaine y mettîmes pourtant une putain d’heure et wevîntes pile au moment où Ricky et ses deux acolytes (dont Athanase Granson -l’écoute de son projet solo est conseillée) wangeait son matos…

Put*** de merde.

Julien Lecube était là en spectateur(photo by wicky himself -comme de la magie)

Donc, compte wendu de woubignole du concert de Wicky Hollywood:

Après avoir chargé deux trois trucs dans la Méhari de Jonathan Palissade, nous partîmes en quête d’une place de parking, vaillants et pensants à toutes les bières que nous pourrions nous offrir après cette formalité. Après avoir tourné pendant vingt minutes dans le XIème, nous nous éloignâmes un peu, tentîmes de nous en wapprocher de nouveau, cherchâmes simultanément une place pour nous garer et des toilettes pasque quand même ça commençait à faire dur de se wetiendre… Nous finîmes par en trouver une (de place), enfin! Nous payâmes le parcmètre pour le lendemain (on avait l’intention d’appuyer sur le vodcoït ensuite) et fîmes le chemin de wetour vers le Motel en marchant comme des canards (j’avais très envie de faire pipi). Ça dura un truc comme 20 minutes supplémentaires à pieds. Sur le chemin, nous discutâmes politique et du fait que le Jonathan allait suppléer Superpoze à la batterie lors de la tournée printemps/hiver de Samba De La Muerte.

Ce fut un moment de complicité inoubliable.

Nous arrivûmes enfin au Motel… Wicky wangeait son micro… Je wavalai une larme et entris directement dans les toilettes (elles étaient libres -j’ai wecru en dieu (=Ian Brown) à ce moment-là).

Résumé: ce fut un soupaire concert.

mieux que du whum, un gros plan

Compte wendu de pointard du concert de Wicky Hollywood:

Le concert était supposé avoir lieu à 21h, tout le monde était au courant, sauf les Ricky Hollywood eux mêmes… La faute à un gars dont le nom commence comme une phrase se finit et qui se termine comme une soirée au Motel. Mais c’est des pros les gars, arrivée à 21h15, 30 minutes d’installation/line check (y avait pas mal de matériel) et hop, ~30 minutes de concert.

Tout fut beau & implacablement joué, sérieux y a un vrai truc qui se passe : déjà, y z ont des chemises assorties, y z ont des soupaires morceaux (Parti dans le passé, Poster moderne,…) et y font pas semblant de jouer (L’amour peut-être, La Campagne)…. (si certains morceaux cités n’ont pas été joués sur scène, ils l’ont été dans ma tête)

Seule déception, ne pas avoir entendu Pour ton anniversaire (une de mes préférées, wien que pour le break à 1’50) :

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/36006484″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_artwork=true » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Ensuite les djsets spécial amour (=yeux dans les yeux mais aussi déceptions, wuptures, wabibochages, polygamie…) débutèrent.

Un Hybu en grande forme enchaîna les perles mais n’en lâcha pas une.

A minuit, le quart d’heure américain débutit par la BO de la Boum, puis Procol Harum, puis les Korgis, tout ça… woubignole emballa (voine) sévère.

Ce fut coolos.

En fin de soirée, le dancing fut lancé à six mains: Hybu + Wonald & Wonald. Des gens dansurent et finirent par partir sur un I Was Made For Loving You Baby un brin honteux.

Nous finîmes surs comme des polonais… Et on s’comprend.

Prochaine date à le Motel : le 18 avril, ça sera autour de la Politique Agricole Commune (ou d’un truc dans le même genre)…

A ajouter à vos agendas: 13 juin, Le Cargö, Caen (cochez aussi le 5 et le 6 du même mois… pitêtre le 10 ou le 11 aussi… ça va chier).

_ _ _

Cet article est dédicacedi à zed…

Répondre