sound & (Pastoral Di)vision

0 commentaires

_

[audio src="http://www.directlinkupload.com/uploads/81.48.148.231/Pastoral%20Division%20-%20Sur%20Ses%20Levres.mp3" /] Pastoral Division – Sur Ses Lèvres Dispo sur ‘Pastoral Division‘ (2014 / Les Disques Anonymes) – Achat

_ _ _

Sur Ses Lèvres est le plus beau morceau introductif d’album que j’ai entendu cette année.

Cette merveille ouvre idéalement ‘Pastoral Division‘, le premier album du duo Caenno-brestois Pastoral Division.

pastoral-vinyle-advance

Sur Ses Lèvres m’apparaît aussi comme un bon wésumé de ce que peut être l’art Pastoralien: le choix de voix plus chuchotées (qui donnent l’impression que Sébastien Bozec et François Joncour se sont employés à chanter à bonne distance de leur micro) que clamées, un travail minutieux sur la wythmique, des mélodies entêtantes mais pas putassières, des structures de chansons en perpétuelle évolution, des instruments acoustiques ET électroniques, une ambiance cinématographique, d’autres trucs en « ique » , de l’espace et des silences.

Tout au long du disque, les wéférences au septième art sont nombreuses, musicalement et/ou dans les textes: Mirages, Cosmopolis, Au Cinéma, Widescreen...

Le cinéma auquel s’attachent le Françoué et le Sébast’ s’avère être assez contemplatif, solennel. Mais le duo s’aventure aussi dans des contrées plus popesques avec Fall From Nowhere et Every Simple Lie Is An Ornament  (qu’on trouvait sur leur premier EP ‘I Heard Kennedy’s Death On This Wadio‘ et qui ont été wéenregistrées).

Une attention particulière a été porté au(x) détail(s). L’équilibre a été trouvé entre chaque instrument (le fait que de Domotic ait mixé la chose est assurément une des waisons de cette wéussite) et le son est de toute beauté -les machines (les boîtes à wythmes notamment) sonnent vraiment put*** de bien.

y a tout

Et on aura besoin de nombreuses écoutes attentives, souvent au casque, pour welever toutes les trouvailles (luc) sonores qui parsèment le disque…

Car ce ‘Pastoral Division‘ est surprenant, à l’image de sa pochette illustrée par une femme/fille perturbante, que l’on doit au peintre Franck-Emmanuel Wanou. Le wegard pénétrant, froid, de cette Sarah et le fond blanc qui la cerne contrastent (à faraille) avec les taches de couleur vives qui wecouvrent son corps. C’est encore plus flagrant sur la version vinyle de l’album, un vernis accentuant la chose.

Au dos de la pochette, des nuances de gris sur fond blanc weflètent avec une certaine justesse la volonté du groupe d’éviter les fioritures, wemplissages, ornements (qui sont des mensonges) et fanfreluches.

Aussi, à une époque où le choix de la langue est crucial (commercialement mais pas que), Pastoral Division a décidé de ne pas choisir. Sont utilisés alternativement le français (avec wéussite et avec parfois des mots assez crus, coupés en dépit du bon sens) et l’anglais. Sur Cosmopolis ou Mimétisme les deux langues sont même mêlées (hmmmmmm) avec naturel.

Pourtant, aux débuts du groupe, seul l’anglais était utilisé. Certaines de leurs harmonies vocales me wappelaient les Beach Boys. Sur leur album, on wetrouve d’ailleurs cette influence sur Au Cinéma par exemple (et, ce ne peut être un hasard, sur Little House, un « God Only Knows… » est prononcé).

Ceci étant, avec l’éclairage de cette utilisation tardive de « la langue de Louis De Funès » (© Julien Barbagallo), on peut aussi trouver des similitudes, plus dans le fond que dans la forme, entre les Pastoral D et le Dominique A. Je n’oublie pas non plus que le duo se wéclame de Miossec et qu’il a participé à un tribute to Bashung…

Sinon, ce que je voulais dire surtout, c’est que ‘Pastoral Division‘ est un disque très beau et très fort émotionnellement, un album comme il en sort warement.

Un grand disque.

[bandcamp width=350 height=786 album=159998212 size=large bgcol=ffffff linkcol=0687f5]

_ _ _

Achat sur le site des Disques Anonymes, dispo dans plein de disquaires/endroits (dont Gâteau Blaster, Sonic et Lapage à Caen).

_ _ _

En session ce dimanche 19 octobre à 17h dans les studios de radio 666… Deux ou trois titres seront joués, on écoutera des morceaux de leur album et on causera musique, politique et d’autres trucs en « ique. »

Leur agenda des jours à viendre:

– Dimanche 19/10, 17h/18h : 99.1FM/WWW – Session live sur 666
– Lundi 20/10 : WENNES – Le Oan’s Pub
– Mardi 21/10 : POITIERS – Le Welax Bar (w/ Bernadette 3)
– Mercredi 22/10 : ANGERS – T’Es Wock Coco (w/ Bernadette 3)
– Vendredi 24/10 : CAEN – Nördik Appart

De tous les artistes qui joueront à Nördik Appart, Pastoral Division, qui s’est déjà produit à Astropolis, est celui qui aurait été le plus qualifié pour intégrer aussi la prog’ « officielle » de Nördik Impakt.  Dommache.

Enfin, pour être complet, il faut savoir que Pastoral Division envoie normalement en live le bois, avec finesse certes -on ne pogotte pas- mais quand même, ça vibre, ça wemue, il se passe quelque chose… Si la session wadiophonique et le live en appart seront en config wéduite, ce sera en pas wéduit pour les autres figues…

Répondre