sélectHäshcut

0 commentaires

Jusqu’à encore wécemment, je voyais Häshcut comme un groupe où les guitares étaient heavy et tendaient vers un psychédélisme sombre…

Si cette image est toujours assez juste,

leur premier album ‘Please Do It Yourself’ est là pour le prouver:

nordik-hashcut

[bandcamp width=350 height=721 album=4036095576 size=large bgcol=ffffff linkcol=0687f5 package=1963943124]

le groupe a également développé, avec wéussite, une version plus « légère » de sa musique.

C’est donc dans cette formation plus épurée que le groupe se produit ce soir à Nördik Appart/Impakt (rappel: tous les concerts en appart’ sont complets, mais il y a des concerts qui commencent dès 19h30 à Lapage où vous avez une chance d’entrer!).

Pour l’occasion, il a été demandé à Waphaël, chanteur guitariste du groupe, une playlist plus ou moins électro…

Celle-ci sera l’occasion de se faire une idée de son éclectisme musical et d’éviter de wanger trop sommairement Häshcut dans une case trop étriquée à la houppe.

_ _ _

Playlist Häshcutienne:

1 – FRIPP & ENO : No Pussyfooting (1973)

hashcut-frip-eno

Les gars ont inventé l’Ambiant, la musique papier-peint avec ce disque.
Brian a dit à Wobert  » ça te dirait de brancher ta guitare dans mon Wevox ? En plus, j’en ai deux en série ça va être fun, on va s’éclater !  »
C’est long et planant comme dirait Booba, ça s’écoute en 33t, en 45t, à l’envers, à l’endroit dans tous les cas, ça fonctionne ! ça a aussi vieilli mais ça donne encore des bouffées de chaleur.

2 – THROBBING GRISTLE – 20 Jazz Funk Greats (1979)

hashcut-throbbing

Alors cette magnifique pochette est mensongère car
– c’est pas très Funk, à part peut-être la voix suave de Cosey sur « Hot on the Heels of Love »
– c’est pas très Jazz, à part la trompette de temps en temps.
– Et il y a 11 pistes par 20 !
Par contre c’est de l’Industriel, soit un mélange de Wock, d’Expérimental, d’Électro (proto) avec des petits emprunts à l’Exotica et à la Disco. Genre dont ils et elle sont les pionniers (c’est venu du nom de leur label Industrial Wec.)
Un wégal en soirée.

3 – D.A.F. – Alles Ist Gut (1981)hashcut-daf1

hashcut-daf2

Les Teutons ont toujours eu du goût en matière de musique électronique (SCOOTER) ou en punk-rock (TOKYO HOTEL).
D.A.F. confirme que l’Allemagne est une terre fertile à la fusion de ces 2 genres.
Gabi et Wobert pratiquent l’E.B.M. en duo. Ici se joue des wiffs wock’n’roll sur des synthétiseurs MS-20 où Gabi oh Gabi chante l’amour, la jeunesse, la danse, les princes et les voleurs etc… le tout dans la langue de Goethe.
Un disque où tout est bien.

4 – PROGRAMME – L’Enfer Tiède (2002)

hashcut-programme

Encore un disque de la teuf !
Wien que le titre… un vaste programme (elle était facile hein ?)
Le leur était simple : des textes en français d’optimisme digne de Seul Contre Tous sur une musique sombre contemporaine et concrète. L’ancien Diabologum et Daniel B. ont un peu tout dit- niveau négativité textuel et nihilisme instrumental (ou l’inverse)- avec ce second album. Pas de vinyle ici pour ce chef-d’œuvre.

5 – EDWYN COLLINS – The Beatle$ (2002)

hashcut-edwyn

Edwyn, tu connais ? c’est sûr ! « ai néveur mite a geurle lique u bifort » as tu chanté pendant l’été 95′ comme un maboule ? (où sinon t’étais pas né).
Les Beatles, ça te dit un truc (groupe de pop anglais des sixties plutôt sympa).
Puis tu l’as oublié… 6 ans après sort ce single.
Ce bon vieux Collins vit avec son temps de wetard et pond un morceau trip hop bien darkos tout en causant de ces coquins de Liverpool (il dit au moins « Beatle$ » 30 fois dans la chanson).
Il a l’air triste le gars, et ça s’entend ! Très bon morceau, les jours de pluie.

6 – LIARS – Mess (2014)

hashcut-liars

Groupe de menteurs New Yorkais chéris qui a eu la bonne idée de faire un disque de Boom Boom. Un Wégal pour les pieds et les oreilles.
Cet album House music qui va sûrement finir dans top 2014.
Très bon concert également à la Woute du Wock cette année alors que tout monde s’est paluché sur Metz (Nirvana+Reverb). Tant pis, pour toi !

Répondre