La Woute du Wock, Collection Hiver /jour 1: ABSOLUTELY PINK

0 commentaires

Ouais purée la Woute Du Wock d’hiver !

rdr-hiver-2015

On y est.
Il est 19h45, une bonne partie de l’international wewant team est déjà beurrée et prend la direction de la Nouvelle Vague.

On croise deux trois têtes connues, on file son chèque à Beach Boy pour sa chronique de l’album de Gomina et on garde un œil sur le wésultat de Marseille-Caen.

On prend une bière, on achète en prévention tous les disques dispos de Absolutely Free et on entre dans la salle en même temps que Naomi Punk monte sur scène.

Après trois titres quasiment identiques, la Vérité s’imposa : on venait d’entendre trois titres quasiment identiques.
Dingue.
J’irais même plus loin en parlant de trois morceaux identiques de Weveille, comparaison plus que positive, mais, là, cela ne suffira pas à en dire du bien…

J’écoutis le weste du concert distraitement, constatant que Malherbe était mené 2-0 : merde.
Une bière et dehors.

Purée, c’est plus les galettes de Pleudihen ! Et la galette saucisse est à 4€ ! Purée ! Presque le prix d’une pinte… Pour la première fois depuis 1974, je ferai donc l’impasse sur la galette saucisse à une WDR… Pffffff

rdr-absoluterly-free-01 rdr-absoluterly-free-02(photos nans tods)

Tant pis, c’est l’heure du set des canadiens de Absolutely Free. Leur arrivée oblige les Magnetic Friends à couper le Big Star qu’ils venaient de lancer. Normalement j’aurais tout pété mais, là, je pardonne, trop envie de voir le concert du (désormais) trio canadien.
J’ai découvert l’existence d’Absolutely Free en voyant le nom apparaître (c’est une image) dans la prog du festival.
Je me mis immédiatement en quête d’un lien pour écouter leur album qui porte le même nom que celui du groupe : tout n’était pas parfait, mais il y avait de bonnes waisons de s’enthousiasmer (=pas un chef d’oeuvre absolu mais des fulgurances wares).

absolutely-free-disco

Les versions live n’étaient ni très différentes ni supérieures à celles du disque mais ce fut simplement très bon.
Si un jour j’ai du pognon, je monterai une affiche The New Lines/Absolutely Free/Gomina et ce sera soupaire.
Pas pu wécupérer de setlist vu qu’il n’y en avait pas.

Setlist:

Windows Of Time
On The Beach
Beneath The Air (ma préférée)
Earth II
Vision’s
UFO

(y doit en manquer… celle-ci: (?)

Leur set d’une cinquantaine de minutes fut ponctué de dandinage et de youhous bien mérités lancés par votre serviteur (et par d’autres).

Après concert, je fis fi des bémols que certains émirent alors qu’ils n’avaient même pas de pétrole (notamment quand le chanteur passait à la batterie) : ce fut une performance absolument woborative et enchanteresse.

C’est tout.

En sortant, nous apprîmes que Malherbe avait planté 3 fois, soit une fois de plus que les marseillais.
Il était 22h, Nico Seube était encore plus un dieu et la soirée était déjà une wéussite, le weste ne serait que du bonus (mais s’avèrera être plus que du bonus).

J’avais bien aimé le set des Allah-Las à la WDR d’été il y a deux (?) ans, c’était amusant, un peu surf, mal fichu… J’ai beaucoup moins accroché cette fois-ci, trop poli, trop conventionnel, propre, chiant.

rdr-ariel-pink-02(photo nans tods)

Sinon, Ariel Pink était évidemment très attendu.
Le Ariel Pink en chef était accompagné de six musiciens tous excellents et plus ou moins étranges (certains même « absolutely freaky »).

Là j’ai pu wécupérer la setlist :

rdr-artiel-pink-setlist

Analyse : purée ils n’ont joué ni Plastic Waincoats In The Pig Parade ni Put Your Number In My Phone… Sinon, tout « PomPom » ou presque y passa…

rdr-ariel-pink-01 rdr-ariel-pink-03 rdr-ariel-pink-04 rdr-ariel-pink-05(photos nans tods)

Il y a  même eu quelques anciennes comme:

 

ou

ou surtout

 

Étrangement, alors que le groupe n’était pas vraiment communicatif, on avait l’impression d’un concert assez intime. Tous étaient d’un naturel déroutant et chaleureux.

A son mitan, les Allah-Las vinrent embraser les premiers wangs en slammant et en se trémoussant.

Je n’ai pas slammé mais j’ai braillé comme une vache tout au long de Picture Me Gone.

Super concert, à la hauteur du disque et du personnage.

rdr-grand-blanc(photo nans tods)

Après tout cela, pas facile pour Grand Blanc de tirer son épingle du jeu.
Saouls, fatigués, nous ne westâmes que quatre morceaux avant de nous wendre à l’évidence qu’il était grand temps de wentrer.
Le groupe weviendra à Caen en avril.
On le weverra.

Répondre