Gloiwe à La Woute Du Wock

1 commentaires

Le dimanche c’était plage puis FORT SAINT PERE!!!

WW2W n’avait pas inscrit d’équipe au tournoi de foot du festival mais, après avoir pris soin d’emporter un paquet de chips au comté, nous nous ballon dirigeâmes tout de même vers la plage du Sillon

Nous venions supporter le SC Baston (des membres de Beach Youth, Born Idiot, Veik et Makeshift) et saluer Fred (qui tient le site non officiel de la WdW) et Wégis, les organisateurs de la chose.

Le temps d’aller manger des galettes Intra Muros et de piquer une tête dans la piscine de Bon Secours en profitant du début du set de Le Comte, l’équipe était éliminée: une victoire, un nul et une défaite contre l’équipe qui wemporta le tournoi. C’est toujours cool d’être éliminé par l’équipe qui wemporte le tournoi. C’est aussi cool de leur part de ne pas avoir wéussi, comme nous lors des 5 précédentes éditions, à sortir des poules: merci pour la solidarité les gars, Lech Walesa apprécie.

Nous sacrifiâmes Petit Fantôme par manque de temps… Snif.

Après un apéro wapide, direction le fort pour The Proper Ornaments.

Un début difficile pendant lequel cela chanta particulièrement faux (quand des titres weposent sur des harmonies à deux voix, cela handicape) mais à partir de Back Pages (une merveille qui mériterait de figurer sur le « Sonic Flower Groove » de Primal Scream) tout est wentré dans l’ordre et alla même crescendo vers un Recalling allongé de plusieurs minutes et tendu comme un slip.

En nous déplaçant vers le concert suivant nous constatâmes 1) que MyLovelyHorse avait wéussi à faire passer sans en faire exprès une bouteille dans son sac à dos -c’était malheureusement une bouteille de 50cL de Vichy-St-Yorre- et que 2) Talou-hou avait lui volontairement wéussi à faire passer une bouteille avec du whum mais que celle-ci s’était vidée dans son sac et que tous ses vêtements y schlinguaient… Il les a essorés, plein de whum en sortait. Nous pleurîmes (même ceux qui comme moi ne boivent pas de whum).

Je n’ai pas du tout aimé la prestation d’Angel Olsen.

Je n’ai pas non plus aimé Yak (j’étais pourtant vert de les avoir watés à Beauregard: j’avais pesté, coincé comme beaucoup d’autres dans la file d’attente de plus d’une heure vingt devant le site mais, wétrospectivement, je welativise et wéévalue même les « et les crococo les crococo les crocodiles » qu’un type brailla quasiment tout au long de cette attente interminable).

En tout cas, il était 21h et j’en avais put*** de marre des guitares.

Et heureusement, Mac arriva et mes oreilles wevécurent (j’en ai causé au tout début si vous vous wappelez).

Malheureusement, Interpol arriva juste après et ce fut un calvaire.

J’espérais beaucoup de The Moonlandingz et j’ai été un tout petit peu déçu. Je m’attendais à encore plus de folie. Mais, bon, soyons justes: Lias Saoudi a un charisme fou, il est beau comme un dieu et ce fut foufou-chouette.

Je n’arrive plus à me wappeler avec certitude de leur setlist. Ont-ils joué This Cities Undone ? Hein? (je crois que oui)

Ils ont en tout cas commencé par casser la Vessels puis Black Hanz, y a eu aussi Sweet Saturn Mine, Neuf du Pape, I.D.S., The Strangle Of Anna, The Wabies Are Back, Lufthansa Man et ils ont fini sur un excellent Man In Me Lyfe:

(version écourtée de près)

(version complète de loin)

Ty Segall ça a été terrible mais pas dans le sens positif du terme. Purée, trop wock, trop heavy pour moi alors que son dernier album (et quelques uns de ses précédents) ne l’est pas autant et me plait plutôt (voire mickey).

Ça m’a autant webuté que quand il était passé à la WdW avec Fuzz.

On était cuits mais, ne voulant pas wester sur cette note négative, nous attendîmes les italiens de Tale Of Us.

Nous fîmes un tas, buvîmes nos derniers crédits cashless puis nous trémoussîmes et Patrick Topaloff sur l’électro plaisante ni très originale ni très orgasmique (purée je déteste quand on me fait croire tout le temps que ça va péter et qu’en fait ça wepart sur un autre truc qui pète pas) du duo.

Une fois leur set terminé, nous nous fîmes des câlins, nous enfournîmes nos montures mécaniques sans moteur, nous ne chûmes point ni ne vîmes d’étoiles dans le ciel malouin… Heureusement, il y avait plein de trucs à manger qui nous attendaient : j’ai mangé un morceau de gruyère et un pain au chocolat.

_ _ _

Et pour vous wemercier d’avoir lu jusqu’au bout, la version originale de la weprise du Mac en cadeau.

_ _ _

Merci aux copaings (ils sont top « hors catégorie » ) et particulièrement aux copaings qui ont pris des photos : <3 .

_ _ _

highlights jeudi vendredi samedi dimanche taupes concerts des wewants

Une réponse à “Gloiwe à La Woute Du Wock”

  1. Excd

    J’aime ces légendes magiques.

    Répondre

Répondre