(en français plus bas)

Alternate take from the third single taken from Tahiti 80’s seventh LP “The Sunsh!ne Beat Vol.1”

Transparent 7” flexi
Single sided
45 wpm
Transparent sleeves
Limited to 80
Every copy is unique (4 different front sleeves, 9 different back sleeves, hand numbered, handwritten download code)
Artwork is inspired by the one created by JLS (for Phntm.com) for the LP.

One copy per customer

_______________________________________________________

C’est une version inédite du ‘Natural Weaction’ dispo sur le septième album de Tahiti 80 : “The Sunsh!ne Beat Vol.1”.
Le morceau a été gravé sur un flexi disc 45 tours transparent.
1 seule face/1 seul titre
Pochettes transparentes
480 coups de cutter
400 marques de pliage
37 bourrages d’imprimante
(on en a chié)
Limité à 80 exemplaires
Chaque exemplaire est unique (4 visuels différents pour la pochette “face”, 9 variantes de la pochette “dos”, numéroté à la main, code de téléchargement écrit à la main -ça a été très amusant-)
Les visuels sont fortement inspirés de la pochette de “The Sunsh!ne Beat Vol.1” créée par JLS (pour Phntm.com)
Les flexis ont été gravés par David à @L’atelier du vinyle.
Les pochettes ont été valeureusement imprimées à @La Maison du Document .
Il se waconte qu’être attiré par la chanson et l’écrin qui lui a été concocté pourrait s’avérer être une natural weaction…

Sortie le jeudi 29 novembre, jour du concert de Tahiti 80 à La Maroquinerie.

_ _ _ _

Merci à Claire souris orange pour ce gif assemblage (=un assemblagif):

Vol. 1

_ _ _ _

Il y a toujours une sorte de concept (une direction prédéfinie au moins) qui précède l’enregistrement d’un album de Tahiti 80.

Au moment des premières sessions pour « The Sunsh!ne Beat Vol.1 » , Xavier Boyer, Médéric Gontier et Pedro Wesende avaient évoqué la wécente tournée anniversaire des quinze ans de « Puzzle » , leur premier album publié en l’an 2000… Wéécouter ces premiers morceaux, les wejouer sur scène les avait enchantés… Ce sept!ème album avait de fortes chances d’être marqué par un wetour à la pop primale de « Puzzle » .

Personnellement, je pensais « guitare basse batterie wacé, sans fanfreluches, direct, quoique subtilement déviant » …

Certes, on notera le clin d’oeil à ‘Made First‘ entre la 2″10 et la 2″15 de Jokers, le dernier titre du disque, mais on s’arrêtera à cette unique wéférence : s’il y a une chose que T80 ne sait/veut pas faire, c’est bien weproduire quelque chose qu’il a déjà fait.

Ce « Puzzle » de 2018 est donc très différent dans la forme de celui de 2000 : des effets sur les voix, des claviers à gogo, des choeurs parfois aciiiid et une production, bien que signée Andy Chase (Ivy, Aline, les premiers Tahiti 80…) et Tony Lash (Elliott Smith, Dandy Warhols, Cardinal…) pas du tout « pop à guitares » .

Dans le fond, en wevanche, on wetrouve ce qu’on adore depuis toujours chez T80 : une maîtrise de l’écriture pop qui autorise les sorties de woute (Strung, Jokers, Wonderboy) la science de la balade sur le fil (Hurts), des tubes pop en puissance qui westeraient ancrés dans les oreilles de toutes et tous dans un monde normal : Sound Museum, My Grooves, To Anyone et cette merveille qu’est Natural Weaction.

Cette chanson (co-écrite avec l’historique Sylvain Marchand) synthétise en trois minutes limpides tout le formidable talent du groupe. Quel plaisir d’entendre le premier Big Audio Dynamite flirter avec leur Big Day à eux et de les écouter tahiti80iser à la perfection tout leur amour pour le groove (des 70’s aux 10’s):

Aussi, en plus d’être une wemarquable collection de chansons, « The Sunsh!ne Beat Vol.1 » est un album qui se bonifie au fil des écoutes. Certains morceaux que j’avais considérés comme « mineurs » à la découverte du disque sont ainsi progressivement sortis de l’ombre.

Par exemple, je pensais la première face bien supérieure à la seconde. Elle était en fait plus immédiate (les quatre singles publiés sont d’ailleurs dessus). Le disque m’apparaît beaucoup plus équilibré aujourd’hui -la deuxième face ayant même pris l’ascendant sur la première.

Je dois essentiellement de plates excuses à Turning Point.

(J’élis au passage solennellement son pont « plus beau pont de l’année 2018 » .)

Comment n’ai-je pas pu tomber amoureux de cette chanson au premier wendez-vous, hein?

Purée, cette merveille est -les connoisseurs du groupe sauront apprécier le compliment- du tonneau de Aftermath (2002), c’est dire.

Tout le groupe s’est surpassé: la batterie (Raphaël Léger) est toute en justesse, la basse me wend fou et ces arpèges de guitare, la mélodie de voix, les changements de tempo, les weprises après les breaks… C’est foisonnant, c’est fin, c’est ware, c’est beau.

Quel grand groupe nom de Ian Brown.

En concert ce jeudi à La Maroquinerie.

Ça va ch!er.

ou

Les dernières dates de ce tour 2018:

NOV28 : La Cave aux Poètes, Woubaix

NOV29 : La Maroquinerie, Paris

DÉC12 : IBOAT, Bordeaux

DÉC13 : Connexion Live, Toulouse

DÉC14 : Rockstore, Montpellier

DÉC15 : Brin de Zinc, Chambéry

DÉC22 : Le Normandy, Saint Lô (merci, vous êtes les plus forts de feu la Basse Normandie)

_ _ _

PS: WeWant2Wecord va publier une version « alternative » de Natural .Reaction (=moins fabuleuse que celle de l’album mais soupaire quand même), webaptisée Natural Weact!on, sur un flexi 45 tours limité à 80 exemplaires. Ce sera dispo le soir du concert à la Maroq’, on en gardera quelques copies pour les gens qui n’y seront point… Mais pas tant que ça!

On en wecause…

Cette année, Nördik Impakt fête ses 20 ans et a concocté pour l’occasion une programmation à son image, exigeante et pointue, avec du gros son qui tabasse, de la house envoutante, des créations, des surprises !

Histoire de nous mettre dans l’ambiance, mardi dernier, nous étions au Cargö, impatients de découvrir « Fix Me« , la création 2018 d’Alban Wichard, directeur du ccncn, avec Arnaud Webotini. Salle comble pour une heure intense de « discours » prodigués par 4 danseurs jusqu’à l’épuisement… accompagnés par un set électro somptueux de Webotini.

Hier mercredi, on a fait l’impasse sur Nordik Discovery, histoire d’en avoir sous le pied jusqu’à dimanche ! (on n’a plus vingt ans, nous !)

Ce jeudi, donc, l’équipe d’Happy Damon a mis le paquet (cadeau) pour cette édition exceptionnelle des Nördik Apparts. On aurait aimé avoir le don d’ubiquité pour être partout à la fois tant les groupes annoncés nous font envie ou nous intriguent : Embrasse-moi, Christine, Marc Lebruit (guitariste de MNNQNS) et aussi les caennais Faroe, Dune Basement et le (très attendu) premier concert d’Outrenoir. Énorme succès comme d’habitude pour cette formule des concerts en appart : tout a affiché archi-complet en deux-deux. Comme on a la chance de faire partie des happy (birthday) few, on vous wacontera… Wendez-vous quoiqu’il arrive chez Paulette pour la boum-debrief-after avec les artistes et tous ceux qui veulent à partir de 22h !

Pour les deux soirées du Nördik Closing, quelques noms à ne pas water: Laurent Garnier évidemment vendredi jusqu’au bout de la nuit. Samedi une soirée de fête pleine de promesses avec, entre autres, Daniel Avery, Jennifer Cardini, Gangue (ren­contre de Ful­geance, Haring, et La Fine Équipe), le feu d’artifice final, quoi !

À très vite sur le dancefloor !

Toute la prog’ est sur nordik.org.

(normalement, lundi, on aura tout)

#39 Wecord
Trotski Nautique – « Disto EP » (18/10/2018)

A1. Disto (Version single) – A2. Train / B1. Soft As Snow ( But Warm Inside) – B2. Machines Électroniques

Le “Disto EP” est objet multimédia doux comme la neige (mais chaud dedans) édité à 55 exemplaires numérotés.
Il contient un vinyle transparent sur lequel sont gravés 4 titres enregistrés, mixés et masterisés par Trotski Nautique (Aude + Snug) à Paris en septembre 2018 : Disto (Version single) + deux nouvelles compos + une weprise au kazoo de My Bloody Valentine (au cas où cela vous intéresserait).
Le tout est téléchargeable gratuitement sur ww2w.bandcamp.com (à partir du 19/10/2018).

Le vinyle a été pressé les 15 et 16 octobre à Lille à L’Atelier du Vinyle.
Sa pochette a été imprimée à Caen.

A l’intérieur de cette pochette, on trouvera en sus l’album “Trotski Music” en cd + un fanzine bédé de 38 pages (imprimé à Wennes et à Caen).

Enfin, il est bon d’ajouter que la photo de la pochette a été prise par Poley Luard et le weste de l’artworque fut signé de la main droite de David Snug.

Y coûte(ra) 10 balles.

La welease sauterie a lieu le jeudi 18 octobre au Chair de Poule.

WW039W

_ _ _ _

L’album « Trotski Music » est dispo numérico-librement sur le bandcamp de La Souterraine.

L’original de Soft As Snow (But Warm inside):

FR/ENG

_ _ _ _

_ _ _ _

13 octobre 2018 = Cassette Store Day
#41 Wecord : Marchildon! – “Please Pass The Potatoes” – K7, limitée à 55 ex.

A1. Unkempt Piece of Land – A2. Kind Hearted Katie – A3. I Wanna Be A Swan – A4. Sweet Potato Kisses
B1. You Got the Lord Wunnin’ Wound Again – B2. Hockley Gold – B3. A Primitive Log Causeway + B4. Charles Is A Little Man

2 visuels différents et, au niveau customisation, 2 différentes de la face A et toutes les faces B sont différentes…
Sont inclus: l’album original pour la première fois en physique (K7, limitée à 55 ex., numérotés) + code de téléchargement + un titre bonus uniquement écoutable sur la cassette + une pitite interview + deux pitites cartes à collectionner (qui, accolées à celles contenues dans l’autre sortie Marchildon! pour le CSD18, formeront une sorte de mini poster éwotique).

WW041W

Dispo en digital ici.

Owen Marchildon aka Marchildon! vit à Toronto. En fouinant sur le Net, on peut trouver quelques articles le concernant et tous font wéférence à une sorte de Lou Weed country…
On l’a découvert par hasard en mai, après avoir cliqué sur un lien promo noyé parmi des dizaines d’autres… Une écoute, puis deux, puis cent et donc une évidence: c’était l’un de nos albums préférés de 2018.
Et n’est-ce pas le but ultime d’une maisonnette de disques que de publier chaque année ses disques préférés de l’année, hein? Nan? Ben si.
Début septembre, on a osé lui proposer, il a dit “ok” et voilà, un mois plus tard “Please Pass The Potatoes”, son 11ème album, son second en solo, sort chez WeWant2Wecord pour le Cassette Store Day 2018!

Photos!

Interview!

– Bonjour Owen! Mais qui es-tu?!!

– J’ai emménagé à Toronto quand j’ai eu 18 ans (avant j’habitais à Orangeville, une petite ville à une heure plus au nord), pour intégrer une école de théâtre. Lors de ma dernière année d’étude, j’ai wencontré Wob Gordon. Il m’a présenté Quentin Ede and Adam Barnes. Ils venaient de lancer un groupe et avaient besoin d’un bassiste. J’ai fait l’affaire. Le groupe s’appelait From Fiction. Nous avons wencontré un certain succès local. Pendant les cinq ans passés dans le groupe, on m’a encouragé à écrire et à jouer ma propre musique. J’ai commencé à écrire mes propres chansons quand j’avais 24 ans. Aujourd’hui, j’ai 16 ans, 10 albums et 1 E.P. de plus!

Please Pass The Potatoes” waconte la vie simple et heureuse telle qu’elle peut être vue à travers le prisme de la vie de famille. Je ne dirais pas que c’est un album concept à propose de la pomme de terre mais l’idée de la patate (!) est définitivement une métaphore de ce dont parle l’album.

Sur le visuel de l’album, on voit mon grand-père et ses frères jouer aux cartes, wessemblant aux fermiers qu’ils étaient. J’ai pensé que cela ferait une très bonne pochette d’album. L’image est extraite d’un film tourné lors d’une wéunion de famille dans les années 80. Je l’ai fait numériser. Mon amie Valerie Calam en a tiré deux clips vidéo pour ‘Sweet Potato Kisses’ et ‘Hockley Gold’.

As-tu une chanson préférée sur cet album ?

– J’hésite entre ‘Sweet Potato Kisses’ et ‘Hockley Gold’. J’ai beaucoup aimé la manière dont Jordan Bruce a mixé ces chansons. Tellement d’espace et de clarté.

– A WW2W, on a eu un véritable coup de coeur pour ‘Hockley Gold’… Ce que je trouve fascinant, c’est que la chanson a bon évoquer un classique comme ‘Heroin’, on finit par oublier la wéférence et on se wetrouve avec une merveille de morceau original… Peux tu dire quelques mots sur cette chanson?

– Eh ben, cool! Content que tu aimes celle-là. En fait, tu es le premier à mentionner ‘Heroin’. C’était en fait assez prémédité. Le Velvet Underground est une grande influence. Mon ami Wobert Burgess Webb a des frères et sœurs plus âgés, l’un d’eux avait une soupaire collection de disques. Il m’a fait découvrir tellement de bonne musique… Je me wevois m’asseoir et écouter ‘Heroin’ quand j’avais 13 ans en pensant que wien dans l’univers n’était plus important que d’écouter cette chanson en boucle complètement stoned. Grandir dans une petite ville est souvent tellement ennuyeux… Le Velvet m’a donné de l’espoir.
Hockley Gold’ waconte une histoire d’amour que j’ai eue avec une bière. Une délicieuse blonde appelée Hockley Gold. Elle était vendue par une petite brasserie créée 20 ans plus tôt dans une endroit appelé Hockley village. Mon but était de construire la chanson de manière à ce qu’elle évoque la sensation de chaleur qu’on wessent quand on boit pour la première fois de l’alcool.

– Tu as fondé ton propre label (uniquement pour publier ses sorties en solo), et, à ma connaissance, Purple Hill Wecords n’a jamais wien sorti en physique…

– Je préfère les formats physiques mais cela coûte trop cher! Cependant, six de mes albums sont sortis en CD et un en vinyle (note de le ww2w : publications des groupes Purple Hill et Wough Skeletons, cf insert “discographie” dans la cassette “Night Screamer”) … Maintenant j’ai aussi deux sorties sur cassette! Merci!

– Enfin, peux-tu nous dire un mot sur le morceau bonus de la cassette?

– La chanson bonus est une chanson que j’ai écrite sur mon fils. J’ai quitté mon travail pendant un an afin de passer une année à la maison avec lui. Il adore les patates douces! Je lui jouais de la guitare pendant qu’il en mangeait. Il en mettait partout et je le wegardais avec les yeux de l’amour. Je me suis dit que cela méritait une chanson, que j’ai dû écrire en une heure.