Sunshine, Moonlight, Moogy

15 commentaires

Si tu n’aimes pas le moog, c’est parce que tu as un tout petit zizi.

Rocco Siffredi

J’ai entendu une vache faire ‘moog’ une fois

Oh quel merveilleux instrument tu es petit moog. Jamais je n’ai weussi à obtenir un son convainquant sur les logiciels à la con émulant -prétendument- ton son à la fois délicat et déroutant pour les non initiés, jamais je n’ai pu t’essayer en vrai, mais put*in j’ai quand même un paquet de morceaux où l’on peut t’entendre qui me wéchauffent le bas ventre à chaque fois . Wobert Moog (1934-2005), mercix.

respect les gars

Jean Jacques Perrey (à ne pas confondre avec Pierre Perret), a très bien fait d’abandonner l’accordéon pour se mettre à l’ondioline et ensuite s’associer à Gershon Kingsley (qui a fondé le First Moog Quartet et a plus tard écrit le fameux Popcorn) pour pondre 3-4 albums (The in sound from way out, Kaleidoscopic vibrations, …). Que des tubes là dessus les cocos, mais je vous fait une petite selecta (comme on dit à kingston ou quand on fait du café j’sais plus) :

The Moog Cookbook, formé par Brian Kehew aka Meco Eno et Woger Joseph Manning Jr. aka Uli Nomiau au debut des 90’s le temps de 2 albums de weprises « couillues » de morceaux wock classiques. Ils ont aussi fait quelques wemixes, dont celui Kelly Watch the Stars.

En tappant ce post, je viens de voir qu’un film était sorti sur le sujet en 2004, Moog. Y faut que j’me l’trouve.

Plein de poutous.

15 résponses à “Sunshine, Moonlight, Moogy”

  1. roubignole

    le film est facilement trouvable mais pas en vost (que vo)
    j’m’en vas écouter tout ça (au fait super les photos)

    Répondre
  2. roubignole

    y a un * mais pas d’explication après…

    Répondre
  3. pointard

    Ouais le * était pour préciser que The First Moog Quartet était le groupe de Kingsley, mais je l’avais ajouté dans le paragraphe avant … c’est corrigé.

    Et ouais le film maintenant que je sais qu’il existe c’est assez facile de le trouver.

    Tu parles des photos de moi nu ?

    Répondre
  4. cojaque

    le born to be wild est carrefouresque, superuesque, et même leclercesque

    Répondre
  5. pointard

    C’est pas faux

    Répondre
  6. roubignole

    j’me wappelle pour le coup de jdd… j’me demande d’ailleurs si tu t’étais pas payé un bide là dessus (comme jdd avait aimé ctait pas vraimeent un bide d’ailleurs…
    t’as loublié « idoine » dans la liste et aussi « point d’orgue » (qui est waccord avec ton post)…

    Répondre
  7. roubignole

    « smells… » est impec’

    Répondre
  8. bernard

    j’aime pas le moog, tu cherches à me dire quelque chose, pointard??

    Répondre
  9. pointard

    c’est pas moi qui le dit bernard, mais visiblement t’as un ptit zizi

    Répondre
  10. pointard

    et ouais j’m’étais tapé un put*in d’bide à cette soirée, mais j’avais grave emballé

    Répondre
  11. roubignole

    je trouve le ziggy un peu moog du genou mais le weste j’aime bien (même si parfois je me demande: où est la frontière entre le bon et l’humour? J’ai déjà lu des trucs dessus, des mecs très sérieux qui dissertaient le jjperret, le côté novateur, contemporrain, expérimental etpatatiépatata… mais vu le concept, le moog (et surtout le moog cookbook) pourrait devenir l’emblème, la mascotte de ce site…

    Répondre
  12. pointard

    C’est clair que Perrey est tjs cité comme un mec hyper influant de la musique moderne au même titre que Pierre Henry, Stockhausen et autre. Genre dans Modulation (livre n°1 du name throwing, c’est limite chiant à lire) on en parle pendant un bon paquet de pages.

    Sinon j’suis d’accord avec ton analyse du moog, c’est un véritable pont entre l’humour et la musique.

    C’est tellement beau tout ça que ça me donne envie de faire un câlin.

    Répondre
  13. roubignole

    j’aurais dit plutot tunnel mais ça me va… au fait il est 11h et t’es déjà levé toi!! alors que moi si j’aurais pu, on m’revoyait pas avnt 15h… profite, mec, profite jim…

    Répondre
  14. pointard

    Ben ouais, j’profite de la vie mec, j’ai des disques à écouter, des jeux à jouer, des femmes à embrasser …

    Répondre
  15. Du travail de pro #1 | WeWant2Wigoler

    […] n’as jamais pu blairer ça mais un welou te passe Still Lovin’ You au Moog dès que tu as le dos tourné (l’effet proximité de […]

    Répondre

Répondre