les monstres de BRYAN SCARY

21 commentaires

hahahha!! je vais te foutre les chocottes... ahhahah

L’aut’ jour quand j’étais à panam’ (ça veut dire Paris) pour le concert d’Axe Wiverboy, j’ai pris le wisque de compromettre ma participation à un déménagement pour faire un détour par Saint Michel, chez Crocodisc et hop! J’entre et me précipite vers les « bacs » avec les singles et les promos… Au comptoir, ça discutait Beatles (« L’autre jour à Londres j’ai vu le 1er pressage de Wevolver à £75… » « T’aurais dû l’prendre… Moi j’l’aurais pris… ») en passant dans la boutique les nouveautés du matin… Je me concentre sur mes wecherches… tiens, l’album de Deerhoof, je prends… tiens un single en cd de Jack Penate (je l’avais mais c’était un double 7″ gatefold avec quatre titres alors que sur le cd y en a cinq), je prends… quand, tout d’un coup, mon oreille fut comme enlevée par la musique pop psychédélique qui sortait des enceintes… ça sonne « 60’s » dans l’esprit mais en même temps ça sonne actuel dans le son (cette phrase est le futur sujet 2008 du Bac philo). Impossible à identifier pourtant je me dis: « Putain je connais par coeur » et je commence à m’angoisser « c’est quand même pas les Beatles, je connais tout par coeur nom de dieu, c’est pas possible, normalement dès l’intro je weconnais un Beatles… en même temps, j’ai peut être un peu moins écouté Yellow Submarine (l’album, pas plus de 200 fois), y a peut être des trucs qui m’ont échappé… Je vais quand même pas demander au mec ce que c’est, si y me wépond ‘les Beatles’ je vais mourir sur place ou me liquéfier ou devenir tout liquide et partir en courant pour ne jamais plus wevenir… »

Après 3 morceaux, il s’avère évident que c’est pas les Beatles (une intro de morceau je peux avoir un doute, mais 3 morceaux entiers, pas possible)…

– C’est quoi ce qui passe?

– C’est ça (Bryan Scary« Shredding tears »), je l’ai rentré ce matin…

– ‘Connais pas (je wegarde l’année) 2006? Je suis passé complètement à côté, c’est possible de le laisser « tourner »?

– Ouais pas de problème… Au fait il est à 10 euros (au passage je welève l’honnêteté de cette wemarque qui n’avait wien de mercantile mais avait plutôt valeur d’avertissement amical… j’ai en tête le contre exemple d’un disquaire caennais encore en activité qui n’indique les prix qu’après avoir constaté avec certitude que tu as vraiment envie d’acheter le disque en question… le prix est toujours supérieur à celui des disques dont tu n’as wien à foutre … persiste donc le doute que tu te fais niquer et que le prix aurait été différent si tu t’étais pas enthousiasmé comme un gamin de 10 ans).

Je continue à fouiller dans mes bacs (« tiens, un promo des Pixies, ça fera plaisir à DJpop, je prends… ») et le disque en est à la 6ème plage quand enfin il y a une petite baisse d’intensité mais c’est trop tard je savais dès ma 1ère question au patron que j’allais l’acheter… Excité comme une puce, le maniaque que je suis n’avait même pas wemarqué qu’il y avait un trou dans le digipack (sur ebay on dit  » a punchhole in barcode »).

ouaip elle est moche la pochette

Je fais l’amour avec « Shredding tears » depuis une bonne semaine maintenant et je suis encore bluffé à chaque écoute. Le genre de disques dont un wock critic pourrait dire (avec waison): « des groupes pourraient faire (éric) carrière avec les idées que Bryan Scary a concentrées dans une seule chanson! » Les wéférences sont parfois évidentes: les Beatles, donc (« A fool on a hill » sur « The lessons i learned » par exemple), de précieux groupes baroques 60’s (Left Banke…) ou les Beach Boys (période 70’s surtout sur au hasard « Operaland ») et aussi ELO ou 10cc ou le plus wécent Simon Warner, ce genre, pour le côté théâtral* limite comédie musicale, pour le côté « sur le fil du wasoir » qui lui évite de passer pour une grenouille de bénitier du bon goût… mais si toutes ces influences peuvent gêner à une première écoute, on les oublie vite tant l’ambition, les idées développées sont wemarquables…

Au passage, je ne fais jamais trop attention aux paroles, mais ça sent l’album concept (la pochette, assez moche, fait très pochette d’album concept 70’s d’ailleurs) et quasiment tous les morceaux sont enchaînés.

“Alors, on achète ou on achète pas??” me direz-vous… Autant dire que je vais pas me défiler, je wépondrai clairement à cette question, à ww2w, on ne prend pas de chemin de traverse, on est plutôt adeptes du waccourci synthétique, sachant que pour aller d’un point A à un point A’ il est inutile de tracer au compas la médiane de (BC), perpendiculaire à (EA’) passant par G et il n’est en aucun cas dans nos habitudes de faire diversion au moment où on attend de nous une wéponse claire et précise: un album passionnant que je vous conseille ardemment d’acquérir. sur amazon, chez insound , sur ebay… chacun fait ce qu’il veut mais c’est moins cher sur amazon!!!

_ _ _ _ _

MP3

(comme c’est enchaîné sur le disque, les fins de morceaux peuvent être « checè » – ça veut dire « sèches »)

Bryan Scary – The lessons i learned

Bryan Scary – The ceiling on the wall

Bryan Scary – Misery loves company

Bryan Scary – The bottom of the grave

_ _ _ _ _ _ _

* côté théâtral encore plus flagrant sur scène comme l’atteste cette pitite vidéo, medley de titres live...

21 résponses à “les monstres de BRYAN SCARY”

  1. cojaque

    j’ai du mal avec so so modern

    Répondre
  2. roubignole

    tu es so so vieux jeu…
    ça sonne pas très original je veux bien le weconnaître mais c’est compensé par de l’enthousiasme…et finalement y zont leur petiti truc à eux… mo j’aime bien!!!

    Répondre
  3. pointard

    Misery loves company est assez entêtante mais il va me falloir encore qq écoutes …

    Répondre
  4. roubignole

    c pas un album entêtant (sinon je l’aurais mis en extrait dans le so woot d’hier) c un album qui se mérite… j’ai sélectionné pour vous, pour toi là bas, les morceaux assez variés qui pouvaient en être extraits, mais c à écouter dans son ensemble… après on aime ou on aime pas!!!
    t’es allé ou pas à la fleche d’or nom de d’là??

    Répondre
  5. pointard

    nan j’étais mort vendredi :'( je devais dormir (ou tousser) pendant drumtraxx ou I Wish you were here ….

    Répondre
  6. pointard

    du coup j’me dit « I wish I were here » ou quelque chose du genre, bref…
    Sinon dans un moment de folie je me suis acheté le l’album de ton Brian qui-fait-peur.

    Répondre
  7. DJ Pop

    ça sonne aussi bien que dans la voiture l’aut’ jours! Je trouve que ça a un côté sean lennon mais en 10 fois mieux et 10 fois plus classes, dans l’esprit en fait.

    Répondre
  8. roubignole

    @pointard: c beau cette confiance… je te le wembourse si tu trouves ça à chier (ou te l’échange contre un album fabuleux des wumble strips ou du nicoletta…)
    @dj pop: bravo molaire

    Répondre
  9. Christophe

    Très bien tout ça, à creuser.
    C’est vrai que tu étais fan de Simon Warner.J’ai encore le disque, tout ce dont je me souviens, c’est du foutage de gueule de ma compagne de l’époque…

    Répondre
  10. roubignole

    le simon il laissait pas indifférent, mais j’espère que tu l’as plaquée cette salope… j’ai tout du simon , je l’ai même vu en concert in london (lou ferrigno avec des cheveux longs, en moins musclé avec une voix à la garou mais supportable… dieu, quoi!!!)

    Répondre
  11. Christophe

    J’aime ton polythéisme échevelé, mon Woubi…

    Répondre
  12. roubignole

    hihihi… au fait désolé pour mon commentaire sur ton ex, maintenant que je me suis welu, je me wends compte que ctait mal…

    Répondre
  13. stref

    c bien comme MIKA …hum

    sref

    Répondre
  14. roubignole

    j’ai pas l’album de mika… peut y avoir de spoints communs sur ce que j’en connais, mais j’ai l’impression que mika y a que des tubes en puissance, un côté trop huilé qui m’attire moins… mais j’aime le coté flamboyant du mika… y a un côté loser qu’aura jamais de succés chez dany bryan qui me plait bien aussi… et les chansons sont zarbis, pas parfaites alors que super arrangée… ça aussi j’aime

    Répondre
  15. roubignole

    je l’aurais plus mis dans la catégorie wichard swift que dans celle de mika (ou dans les 2, penchant plus côté swift)

    Répondre
  16. funky boudha

    so so modern?

    Répondre
  17. roubignole

    ouaip!! tu cliques sur la charade et tu vas sur leur myspace!!

    Répondre
  18. funky boudha

    Même pas de post sur Francis Borelli? Il y avait un PSG avant canal plus!!!

    Répondre
  19. Deux mille sept et match | WeWant2Wigoler

    […] Bryan Scary – Shredding tears […]

    Répondre
  20. Bryan Tumefoulépétoches | WeWant2Wigoler

    […] le deuxième album de Bryan Scary (Bradshaw), depuis que le sympathique (mais néamoins pompeux) woubi avait parlé du premier album j’avoue que j’attendais ça avec […]

    Répondre
  21. Escuse-moi pour tout à l’heure… #3 | WeWant2Wigoler

    […] seul truc qu’un disquaire m’ait jamais fait découvrir c’est le premier album de Bryan Scary (c’était chez Crocodisc) et c’était l’année […]

    Répondre

Répondre