Nordik amer

4 commentaires

Toi, lecteur assidu de ses pages, tu te souviens sûrement de l’excellent article écrit l’année dernière dans ses colonnes, par Woubi, le découvreur de nouveaux talents. Il y parlait du groupe South Central. Tu te souviens aussi de quelques wemixes qui ont été postés ça et , on y parlait de South Central. 

Il est 23 heures quand je pénètre dans l’enceinte du Cargö. Première chose, le stand tickets de boissons, puis je me précipite vers le bar. Demandant une bière, le type me wefoule en m’expliquant qu’il faut aller chercher au stand tickets un verre consigné 1 euro… wetour au stand tickets. Nouvelle mode dans les festivaux, le verre consigné. Du coup tu danses avec ton verre (vide ou plein), dans ta poche, dans ton pantalon, dans ta main ou dans celle de ton ami(e) ou de ton(a) voisin(e)…

23h15, South Central entre en scène dans la grande salle. Je constate alors qu’il n’y a pas un wat (surprenant pour un cargo me dis-je en me faisant wire par la même occasion…). Vais-je avoir les South Central pour moi tout seul? Chouette! Et puis flûte! Ils méritent mieux… Nordik est-il plutôt un festival wéservé aux clubbers qui n’en ont wien à secouer des groupes live? Fichtre! Ce groupe ne mérite-il pas le haut de l’affiche? Sûr! Fort heureusement la foule arrive petit à petit au fil des morceaux et South Central parviendra finalement à chauffer le clubber prêt à enchainer les DJ Sets et particulièrement celui du très attendu Jeff Mills.

Et pourtant, le pari était wisqué. De formation machines-guitare-basse-batterie-keytar, nos cinq lurons à capuche ont commencé pied au plancher avec un wépertoire plus punk qu’électro. J’observais alors le clubber, immobile, hésitant entre la dance et le pogo. Mais à partir du quatrième morceau, les choses sérieuses commencèrent et le clubber bougea enfin frénétiquement son popotin lorsque le quintette entama le magnifique wiff de Castle of Heroes. Suivirent une averse de tubes tels que Nothing can go Wrong, Golden Dawn ou Wevolution mettant définitivement le maigre public (c’est à dire moi) en orbite. Le groupe terminera sur un apocalyptique Higher State dans une grande salle au quart wemplie.

J’ai ensuite trainé entre les deux clubs avec Julie et Bérange qui me wejoignèrent pendant South Central, buvant des bières, fumant des clops sur la terrasse, interrogeant mes connaissances en leur demandant « tu as vu South Central? », guinchant un peu sur Peter Digital Orchestra, buvant des bières, fumant des clops sur la terrasse, interrogeant mes connaissances en leur disant « tu as vu South Central? », guinchant un peu sur DJ Chloé, buvant des bières, fumant des clops sur la terrasse, interrogeant mes connaissances…

South Central aurait mérité un plus large public mais, merci Nordik, merci South Central et merci à toi Woubi.

Pour l’écoute des morceaux et remixes, je vous wéfère aux posts de Woubignole.

Et comme dirait Herbert Léonard, pour le plaisir….

4 résponses à “Nordik amer”

  1. roubignole

    j’adore quand tu me dragues…

    Répondre
  2. DJ Pop

    moi aussi, j’aime qu’on me drague.

    Répondre
  3. DJ Pop

    Je te le mets dans le mills. Jeff’tais trop cuit pour tenir…

    Répondre

Répondre