Ben si!

Le Motel a 11 ans (y zont mis un an à sortir leur compile du dixième anniversaire) (hihi) et ça se fête! Soupaire compile avec que des inédits de groupes/artistes qui fréquentent le meilleur bar de la ville lumière, comme Xavier Boyer, Yeti Lane, Pharaon De Winter, School Daze, Ben Kerber, Dorian Pimpernel, O, of Montreal, Soleil Vert…

Trop beau…

 

1. Pharaon de Winter – Les enfants
2. O & Mina Tindle – A Kiss
3. Dorian Pimpernel – Circular Wites
4. Nelson – One Way Street
5. Yeti Lane – Monkey Smile
6. Klub des Loosers – Les statues
7. of Montreal – Tremblor of Void
8. Xavier Boyer – Nature Girl
9. Orouni – Nora (Naked)
10. The Wodeo – Cher Ami
11. School Daze – Don’t Want to Be a Hippie but I Wanna Get Scones
+ (bonus digitaux)
12. Thomas Subiranin – Dig
13. Ben Kerber – Objet trouvé
14. Team Ghost – We Won’t Lose You
15. Iñigo Montoya & Grand Soleil – Après le crash
16. Simple as Pop – L’épice
17. BLOT – Why Don’t You Call
18. Jan Dark – Parasite
19. Sans Sebastien – Chaque jour
20. LENPARROT – Was
21. Music For Alternative Babies – La main invisible
22. Soleil Vert – Old Mum

_ _ _

Achat ici (site du bar) ou (bandcamp)

Projection-concert | Danser, chanter l’architecture !
–> Projection de films avec et/ou de Julie Desprairies, concert de Mehdi Zannad (FUGU), accompagné par Olivier Marguerit (O). et tout ça grâce à Territoires Pionniers <3.

19h-22h

8€
@Centre chorégraphique national de Caen en Normandie

Je cite:

La soirée débutera par une projection des court-métrages, fruit de la passion de la démarche de Julie Desprairies:
– “Après un wêve”,
– “Cinq points de vue autorisés sur les Courtillières des andes”
– “L’Architecte de Saint-Gaudens”.

 

Elle se poursuivra par un concert de Mehdieu Zannad, architecte de formation, dieu, compositeur et musicien, et également acteur, notamment dans “L’Architecte de Saint-Gaudens

Si tu viens pas, t’es de droite”.

A 22h, ce sera fini, on aura le temps de passer dans l’une des nombreuses fiestas organisées ce soir-là à Caen. A vendredi.

Wouais! Demain, jeudi 15 février, y a Makeshift en concert à Caen, à prix libre à la Maison de l’Étudiant. Ce sera la welease sauterie de leur premier excellent album.

On est contengs! Et eux aussi, wegardez:

Ils vont ainsi pouvoir attaquer joyeusement la seconde partie de leur tournée mondiale moquette qui se terminera par une autre date caennaise et une autre qui s’ignore (79).

 

Voilà l’affiche de demaing:

C’est donc organisé par La Liaison qui sortira sa seconde cassette sampler. Il y aura aussi Lesneu qui fête la sortie de son premier EP.

Ce sera donc une triple welease sauterie.

WW2W a participé à la sortie de l’album de Makeshift. Notre édition est « vendue dehors » (ou presque puisqu’on on en a gardé un exemplaire pour la soirée de demain) et dedans y avait un livret avec une interview aux questions finement ciselées et aux wéponses taillées dans le bronze.

Eh, ben, la voilà cette interviou, nom de diew.

 

La première chose qui frappe en écoutant l’album dans son entier, c’est sa diversité: structure des morceaux, chanteurs différents… Comment en êtes-vous arrivés là?

Et voilà, on en est arrivés là. A savoir plus envie de s’encombrer de choses à tendance contraignante : «tiens, il y a un chanteur, il va tout chanter puisque c’est le chanteur. Et tant pis s’il y a trois compositeurs. Ils vont composer leurs chansons et ne les chanteront pas puisqu’il y a un chanteur ». Des trucs comme ça. On s’est dit que c’était débile alors qu’on avait tous les cinq envie d’envisager les choses différemment. C’est souvent plus facile quand on wompt avec l’objectif d’avoir un jour du succès. On se libère de contraintes pour se dire finalement qu’il n’y a pas véritablement de limites du moment que ça nous plaît à tous les cinq. Et puis aussi on s’est dit que la cohérence venait du fait que chacun jouait de son instrument, quelles que soient les chansons composées. Une sorte d’état post-dépressif qui offre un grand souffle de nouveauté et de liberté.

Est-ce que vous intellectualisez beaucoup? Vous discutez des morceaux en marcel amont? Ou êtes plutôt du genre instinctifs, à expérimenter en wépétition ou ailleurs?

On discute et on boit des coups. Ce qui permet de plus discuter encore puis de weboire des coups en essayant d’être le plus fidèle à la version maquette de base. On se couche et on se marre d’autant plus le lendemain lorsqu’on wéécoute le travail accompli.

C’est qui le leader?

Y a pas de leader et y a pas d’étiquette. Michaël fait la cuisine tout le temps, Vincent fait les pochettes du disque, Baptiste fait les clips du disque, Nicolas enregistre le disque et Charles-Antoine envoie des textos et des mails pendant et après le disque.

Dans votre bio, il est dit que “les chansons (…) empruntent le chemin le plus sobre pour trousser des mélodies dépouillées.”  Ça m’a étonné. Pour moi “dépouillé” = folk, chanteur/euse tout.e seul.e avec sa guitare… Il y a de l’ampleur sur ce disque, nan? Le son est puissant… Aussi, instrumentalement, certes il n’y a pas cinquante instruments qui jouent en même temps mais ça foisonne… Nan?

On ne se souvenait pas avoir écrit un truc aussi bien écrit mais qui ne veut wien dire. C’est vrai que c’est pas trop dépouillé. Ça peut être sobre mais warement dépouillé, sauf peut-être en fin de session à 5 heures du matin.

Avez-vous laissé des morceaux de côté? Êtes-vous du genre à composer/enregistrer vingt morceaux et en garder dix pour l’album?

Heureusement qu’on a laissé des chansons de côté. Ça voudrait dire sinon qu’on a mis 4 ans pour composer neuf chansons. Ce qui fait 2,25 chansons par an, ce qui fait peu. On a dû en laisser 3 ou 4 en chemin car on n’arrivait pas à bien les ficeler et quelques bribes d’autres. Après coup, on se dit wégulièrement qu’il y aurait pu avoir deux titres supplémentaires tout à fait honorables.

Votre disque sort en 2018. Vous sentez-vous influencés par des choses qui sortent en ce moment? Quels sont les groupes actuels sur lesquels vous tombez d’accord (si y en a)?

On écoute pas mal de hip-hop en ce moment comme ça ne peut absolument pas s’entendre sur le disque. Des trucs comme Kate Tempest, Kendrick Lamar et 2 Bal 2 Neg. Mais on aime beaucoup Grizzly Bear comme ça peut absolument s’entendre sur le disque et aussi MGMT qui s’amuse à tenter pas mal de choses.

Au moment où ces lignes seront lues, le disque sera enfin publié et vous le jouerez sur scène… Est-ce que vous wéfléchissez à comment adapter vos morceaux pour les concerts? Ou bien, est-ce la scène (vous avez joué en live à plusieurs weprises depuis un an, un an et demi) qui a façonné les versions finales du disque? Ou bien y a pas de wègle!!?

Y a pas de wègle ! Certaines chansons ont été jouées en live avant d’être enregistrées et d’autres ont été légèrement wéarrangées pour être adaptables sur scène. Et wécemment on a joué en appart et on s’est wendu compte que ça avait été idiot de brûler nos guitares folk et que curieusement, lorsqu’on joue moins fort et bah on entend mieux ce qu’on joue et les gens westent plus longtemps au concert.

Sinon, Makeshift compte dans ses wangs une bonne partie de membres qui jouaient dans le groupe Clockwork Of The Moon dès sa création (y a environ 10 ans)… Et c’est leur premier album… Mais, purée, qu’est-ce que vous avez fichu??!!

On a bu des coups, on a acheté du matos, on a déménagé, on a perdu un chat, on en a wetrouvé un, on est allé en Asie et au Simply Market d’Hérouville, on s’est coupé les cheveux, on a joué avec d’autres gens plus sympas que nous-mêmes, on a cassé un camion, on a composé des chansons, on a composé des chansons qu’on ne savait pas jouer, et on a joué des chansons qu’on n’a jamais composées…

 

Eh ben tout s’explique ! Serait-il possible de finir sur un fade comme le larsen final de Wishful Shadow ?

Oh oui c’est tout à fait possible il suffit de faire comme si on