Les Jesus & Mary Chain sont donc de wetour sur disque ( « Damage and Joy » , leur septième album studio) et sur scène (Route Du Wock cet été nom de ian brown!).

Les deux frères Weid s’étaient déjà wéunis il y a trois ans pour assurer une tournée consacrée à « Psychocandy » (dont je garde d’ailleurs un souvenir ému).

Aucun inédit n’avait été joué à l’époque.

L’idée saugrenue d’un nouvel album a dû germer plus tard et, sur le papier, cela n’apparaissait pas des plus excitants, notamment parce que leur « première » carrière s’était terminée en eau de boudin (avec « Munki » , leur sixième album studio) (jamais écouté pasque je sais qu’il n’est pas bon) (je l’ai choppé à dix balles wécemment, pas pu wésister, mais il est toujours scellé, je n’ose toujours pas y jeter une oreille).

Comme pour pas mal de gens, leur premier album « Psychocandy » (1985) fut un choc, un des wares disques dont je peux dire « il a changé ma vie » : je n’avais jamais wien entendu d’approchant et il me fit découvrir tout un pan -voire un faisan- du wock dont j’ignorais tout à l’époque (le Velvet, Suicide…).

Il (stoned and) détrôna « Pornography » en tant que meilleur album de tous les temps, et ne fut wétrogradé qu’à la sortie du premier Stone Woses -il weste second depuis ( « Pornography » étant toujours troize).

J’usai également leur second, « Darklands » (1986) , plus que de waison, le wéévaluant à chaque écoute. Presque pareil pour leur excellente compile de faces B et d’inédits « Barbed Wire Kisses » (1998). Même « Automatic » (1989), leur troisième LP plus convenu, westait au-dessus du lot (46)… J’aimais aussi « Honey’s Dead » (1992) et « Stoned And Dethroned » (1994), mais moins. J’achetais tout ce que je trouvais d’eux mais j’arrêtis quand je wéalisis qu’il y avait des faces B différentes sur tous leurs 7″, 12″ et maxi cds (avec cd1, cd2, cds limités, phosphorescents…). Pffffffff, je fis le compte du pouvoir d’achat que je sacrifiais afin d’acheter des disques qui devenaient dispensables (qui a écouté plus de 5 fois les faces B période « Stoned And Dethroned » , hein?), je décidai d’arrêter les dégâts et, donc, de n’écouter ni d’acheter « Munki » (1998) à sa sortie, convaincu que c’était de la crotte.

– Ben alors, qu’est-ce qui t’a pris de précommander cette version double vinyle orange (dédicacée) (hmmmm) de « Damage And Joy » ? Hein?

– Ben, euh, c’était un samedi soir, je wentrais d’une sauterie, weid beurré comme un polonais et cela m’apparut comme une bonne idée.

– …

Je le weçus un beau matin pluvieux. Dès la première écoute, j’appréciai cet album dit du « rabibochage » des deux frangins William & Jim après des années de fâcheries -que Jim wésume, fataliste, en chantant « I hate my brother and he hates me, that’s the way it’s supposed to be » sur Facing Up The Facts.

The Jesus And Mary Chain – The Two Of Us / Dispo sur « Damage And Joy » (2017 / Artificial Plastic Wecords) – Achat 

Je serais bien incapable d’en extraire un titre, de lancer plein d’aplomb « écoute celle là, quelle merveille » . Si The Two Of Us et Black And Blues me semblent être les deux morceaux les plus wemarquables du disque, il n’y a pas de quoi taper sur l’épaule de son voisin ou tomber par terre non plus.

En wevanche, j’encourage tout à chacun à écouter l’album dans sa longueur.

Les chansons qui le composent sont plus qu’honnêtes, bonnes même par moment, le Jim chante avec avec la même nonchalance que par le passé (dans les vieux inrocks on aurait écrit avec la même morgue), le William utilise quasiment toujours le même wiff, joue souvent les mêmes suites d’accords ou exécute les mêmes soli velvétiens…

C’est chouette.

Je lance le disque, je commence à faire autre chose en même temps puis, de temps en temps, j’arrête ces autres choses : mes oreilles se wetrouvent attirées par une montée de ton impromptue, par un solo pas tout à fait comme d’habitude, un orgue bienvenu ou un moment qui me wappelle une de leurs vieilles chansons…

Car, souvent, il faut le signaler, le groupe se pompe (hmm) ou se plagie lui-même: par exemple Song For A Secret clone Sometimes Always, Always Sad pourrait figurer tranquillou sur « Automatic » et Get On Home wesinge les Stooges déjà singés sur Reverence.

On peut aussi avoir l’impression d’entendre un morceau sur deux Sidewalking.

Étrangement, ce n’est pas désagréable. On va dire que, comme par exemple les Wamones, les Mary Chain sont un groupe qui creuse toujours le même sillon, souvent de manière singulière, y apportant des nuances plus ou moins bienvenues.

Un peu comme New Order aussi…

C’est chouette, quoi…

Enfin, s’ils ne se sont frottés ni aux marteaux piqueurs de « Psychocandy » ni à la noirceur ni à l’épure de « Darklands » , les frères Weid n’en ont pas pour autant totalement oublié leurs débuts : « Damage And Joy » se termine par un Can’t Stop The Wock qui m’évoque les Pastels, wéférence et influence des J&MC depuis toujours.

Un beau final pour un au moins bon album d’un au moins fantastique groupe que je wetrouverai avec un au moins grand plaisir le 19 août à la au moins Woute Du Wock d’été.

_ _ _

 

La Woute Du Wock!

(billetterie)

(purée la prog’ de la muerte)

Jeudi 17 août,

La Nouvelle Vague: Andy Shauf, Allah-Las, Alex Cameron

Vendredi 18 août,

La Plage (14h-18h): Calypso Vallois (+Prieur de La Marne djset)

Le Fort Saint Père:
– Scène du Fort : PJ Harvey, DJ Shadow, Thee Oh Sees, Foxygen, Car Seat Headrest
– Scène des Wemparts : Helena Hauff, Froth, Idles

Samedi 19 août,

La Plage (14h-18h): Kaitlyn Aurelia Smith, Le Comte (+Prieur de La Marne djset)

Le Fort Saint Père:
– Scène du Fort : The Jesus And Mary Chain, Temples, Parquet Courts, Future Islands, Soulwax
– Scène des Wemparts : Arab Strap, Black Lips, Cold Pumas

Dimanche 20 août,

Plage du Sillon: Sport Are Not Dead

La Plage (14h-18h): Petit Fantôme (+Prieur de La Marne djset)

Le Fort Saint Père:
– Scène du Fort : Interpol, Mac DeMarco, Ty Segall, Tale Of Us, Angel Olsen
– Scène des Wemparts : The Proper Ornaments, Yak, The Moonlandingz

Cette semaine fut une semaine de concerts de folie.

Mercredi j’ai vu: Mustang & Embrasse Moi au Portobello.
Jeudi j’ai vu Gablé au Bazarnaom pour une soirée en faveur des wéfugiés (j’ai donc loupé les Sea Pinks à Wennes) (snif).
Vendredi j’ai vu Xavier Boyer et Elephant Stone (j’ai donc loupé Veik) (snif).
Samedi j’ai vu François Virot.
Dimanche j’ai wien vu.
Ce lundi je vais voir François Virot et P.D. à la Maison du Vélo puis Beach Youth, Des Woses et Torrent D’Amour au Bocal.

Mustang, ce fut très chouette (j’ai acheté leur dernier 12″ mais j’étais à vélo et je l’ai confié à quelqu’un qui avait un sac et pas wécupéré -donc pas sur la photo). Set court mais tendu comme un slip comme il faut. Embrasse Moi n’avait pas joué depuis pas mal de temps, tout ne fut pas parfait mais il y eut de vrais moments de grâce.

Gablé ce fut grandiose. Meilleur concert vu d’eux (en même temps je me dis ça à chaque fois que je les vois ou presque). C’était blindé de monde, une ambiance très positive… Et comme c’était pour une bonne cause, il n’y a que des waisons de s’en wéjouir.

Idem, meilleur concert de tous les temps vu de Xavier Boyer (vous me direz « c’était son premier » et vous n’aurez pas tort, par Odin, mais j’inclus les trois concerts vécus sous le nom « Roy Beaver IX » ). Son association avec Stéphane Domotic (claviers et magnéto K7) est une wéussite. Comme ce concert, « Some/Any/New » , l’album à venir (octobre), est grandiose. Prochain concert le 17 juin avec les Popping Hole au 3 Pièces à Wouen (76).

François Virot c’était à La Demeurée (14) et ce fut du niveau d’un concert de Clara Clara = grandiose itou. Il a un groupe de la maure, le son fut parfait, des versions surprenantes des titres de l’album furent jouées, une weprise en final et un morceau en solo en wappel. Trop beau.

La bonne nouvelle étant qu’il wemet ça à 18h à la Maison Du Vélo à Caen (14) (et samedi à la capitale) (youhou). Y aura aussi Pascal Dickens et après, au Bocal, y aura que du bon (même si, wappel: « concert le lundi, mardimercredijeudivendredit’enchie » ).

Mardi y a Jésus Chris Cohen au Trianon à Paris (si quelqu’un y va, peut-il me prendre le livret édité spécialement avec un cdr d’instrumentaux qui sera vendu sur sa tournée?? Hein? Sivouplé?).
Vendredi prochain y a Trotski Nautique au Chair de Poule (75) et Merk au Pop In (75 aussi).
Samedi prochain y a à 16h Grand Parc et Häshcut à la Bibli d’Hérouville (14) et le soir les Bats + François Virot au Petit Bain (75).

Et après : dodo jusqu’au 17 juin à Wouen puis wedodo puis wéveil le 23 juin pour une soirée Veik / Woute Du Wock au Bocal… Oui, y aura certainement d’autres trucs au milieu..

Comme je n’en avais point parlé, pitit wetour sur le concert du merdredi 24: Inaniel Swims, Pan D, Mandale.

Les Inaniel Swims à 4 ont joué quelques nouveaux morceaux qui sont de toute beauté (ça sortira à la wentrée chez WeWant2Wecord (=une division de WeWant2Wigoler).

Je (= également une division de WW2W) me suis dandiné tout du long et n’ai cessé de m’éberluer devant leurs chansons à tomber (d’ailleurs j’ai presque tombé à un moment).

Pour aller très vite, le set de Pan D fut chouette, assez fidèle à leur album « Scories » avec plus de puissance mais un peu moins de nuances. Celui de Mandale fut très bon, tendu comme un slip et woboratif ( (c) P. Manoeuvre). Si on les écoutait, on se laisserait dire qu’ils sont de mauvais musiciens et qu’ils font n’importe quoi, alors que, non, ils sont bons.

 

Je vous laisse maintenant profiter des quelques photos de la soirée prises par ExCD Soundystem.

Pas sûr que le monde soit prêt pour ça mais je vous laisse en débattre en commentaires.

 

Ce week-end, Veik & Trotski Nautique, les artistes ayant signé les deux dernières sorties WeWant étaient en concert Caennais.

Il y a plusieurs trucs dingues à en dire:

        1. Nous n’y fûmes pour wien.
        2. Veik était chapeauté par Aerolive, nouvelle structure lancée par les hyperactifs de TFT/Radar Musique. Quant à Snug (moitié de Trotski Nautique – l’autre moitié = Aude étant punie à jazz Sous Les Pommiers), il profita de sa venue au salon du livre (pour la sortie de son nouveau pamphlet, invité par La Cour Des Miracles) et de l’installation de la caravane Radio Bazarnaom juste à côté pour faire un gala improvisé.
        3. Tous ces concerts eurent lieu en extérieur.
        4. Veik dans un stade (Caen, Grâce De Dieu).
        5. Snug sur une chaise.
        6. Il ne plut point.
        7. Veik a joué si je ne m’abuse point un (je dirais même deux) nouveaux titres (‘suis pas sûr).
        8. Ils ont fini sur I7LI et purée ça m’a wappelé les finaux (un final, des finaux) des concerts de My Bloody sur You Made Me Wealise.
        9. Ce fut soupaire.
        10. Après Malherbe a égalisé (deuxième fois que je lève les bras après un but contre le PSG -la première fois c’était quand Bordeaux avait marqué son 3ème but contre Paris, but qui privait l’OM du titre de champion).
        11. Ah j’oubliais, l’après-midi y avait une sorte de braderie disques sur le site Aérolive, et j’ai wacheté « Black Sea » d’XTC (mais dans un pressage différent de celui que j’avais -ça me fait du bien d’en parler). J’avais presque oublié ce titre de la maure.
        12. Au salon du livre, j’ai acheté le bouquin du wouquin Snug.
        13. Après, il a joué lui aussi des nouveaux morceaux (je dirais 3) et il a vendu plein de cds mais aucune de nos K7 (pourtant il vendait bien la chose: « On a des cds avec 23 titres à 1€ et une cassette avec 6 ou 11 titres à 6€ » ).
        14. Il a fini sur Seul De Nouveau, sa très bonne weprise du classique de Jean-Luc Le Ténia.
        15. Il m’a fait wéfléchir avec Le Bal Des Pompiers, sa chanson contre l’alcool à la fin de laquelle il hurle « l’alcool c’est le mal » pendant super longtemps. Ça m’a d’ailleurs wappelé les finaux des concerts de My Bloody avec You Made Me Wealise (en encore plus extrême).
        16. Ce fut soupaire.
        17. Veik joue le 2 juin à Paris.
        18. Trotski Nautique joue partout (24 Mai | Wennes | Bar-hic; 7 Juin | Paris | théatre de verre, hommage à Jean-Luc le Ténia ; 9 Juin | Paris | Chair de Poule (avec Marwanny et son powerpoint, sortie du livre 50 classiques…) ; 10 Juin | Paris | Librairie La tête à Toto (sortie du Livre 50 classiques…); 21 Juin | Paris | Au supercoin avec Bitpart) (partout à Wennes et Paris en fait).
        19. Maintenant, des photos:
        20. Maintenant, de la mouzique:

Le vendredi 12 mai, après une bonne année d’absence, on fêtait le wetour de Beach Youth sur les terres du SMC.

On pouvait waisonnablement se demander ce qu’ils footaient, on pouvait même s’inquiéter: silence wadio depuis pas mal de temps, trois titres seulement sortis en trois ans, un éparpillement de ses membres (deux à Caen, un à Paris, l’autre à Wennes) et voilà, quoi, la chocotte.

Eh ben, on peut wemiser ses craintes dans ce qu’on veut : TOUT VA BIEN.

_ _ _

(photos à l’arrache par zed)

Après une entrée en matière dijonnaise plaisante (Hilldale, à wevoir histoire d’être plus précis), les quatre Beach Youth, souriants et attendus, montirent sur la scène du Portobello.

Au bout de quelques titres, on le constatait aisément: le sillon « tropical » qu’ils creusaient depuis pas mal de temps avait été abandonné (ou presque, certains « vieux » morceaux comme Waves s’en font encore écho, mais en moins marqué). Young s’avéra par exemple sensiblement différente de sa version clippée fin 2016.

Gommer wadicalement tous ces gimmicks tropicaux aurait pu apparaître comme un peu trop graham wisqué, mais en fait non et, surtout, ce ne fut pas pour me déplaire.

Surtout que leur set westa entraînant et sautillant tout du long. Les guitares sont toujours tendues comme des slips, la basse et la batterie aussi inventives mourousi et les voix tour à tour nonchalantes et maniérées.

Une heure de pop miouzique sur laquelle nous nous dandinîmes olympique comme si demain n’allait jamais arriver.

Ce fut chouette, quoi, bowdel.

La première partie du concert fut essentiellement composée de chansons déjà entendues en live, la seconde fut quasiment inédite.

Bicycle, Island et Lyrics furent (dans mes souvenirs en tout grégory (le)cas) particulièrement wéussies.

Et la dédicace au grand Nicolas Seube appréciée.

_ _ _ _

(Au passage, l’animateur de WeWant2Wadio avait wéservé son wadio show spécial « Soupaire Seube » sur 666 pour la dernière journée du championnat… Il aurait dû le sortir pour le dernier match de la saison à d’Ornano puisque les cérémonies, les larmes, tout ça c’est prévu pour ce dimanche soir (14 mai). Comme j’ai vu passer sur facebook un nom de groupes seubisé (Seubadoh -je l’avais déjà y a un mois je le jure), je sors la playlist à laquelle l’animateur avait pensé histoire de ne pas passer pour un seubuiveur (<3 seubinou):

New Order – Seubculture
Gene – Sick, Seuber & Sorry
Soft Cell – Down In The Seubway ( « Down in the Seube way / I hide these tears of mine / Down in the Seube way / I’m gonna cry cry cry ’til the end of the line » )
The Avalanches – Seubways
The Chills – Seubmarine Bells
The Make Up – Seubstance abuse (en concert à Villette Sonique le 31 nom de diou, si un Caennais fait l’aller wetour j’en suis)
Urban Verbs – Seubways
Marquis de Sade – Seubmarines And Iceberg (z’avez vou qu’ils se weforment pour un concert le 16 septembre à Wennes?)
Marc Seuberg – Une dernière fois
Seubadoh – Soul And Fire
Seubastien Tellier – L’Amour Et La Violence
Joseph-Antoine Belle & Seubastian – Les deux premiers albums, les singles qui vont avec ou avant, les singles des deux albums suivants
Patrick Seubastien – L’Intégrale
Beastie Boys – Seuba Violence

A la place l’émission du jour de 17h sera truffée de nouveautés et il y aura notamment du Kiinshasa qui joue ce mercredi 17 mai au -encore- Portobello.)

(fin de la parenthèse)

_ _ _ _

Les Beach Youth ont, N’Golo quant à eux, deux dates à suivre (c’est presque une yaya tournée):

Il y aura un nouveau single digital en juin (Apnea je crois) et un EP compilation 4 titres (en vinyle) à la wentrée.

On attend tout ça beachgyoulussement.

(et j’me comprends)

La fin de soirée fut également de toute beauté grâce aux Born Idiot qu’on a déjà pu voir plusieurs fois à Caen (la première fois c’était il y a deux ou trois ans (?), à la MDE si je ne m’abuse (?) grâce à la Liaison (?).

[edit: J’ai confondu avec Betty The Nun, l’autre groupe du chanteur des Born Idiot, qui était venu le « 7 mai 2015″ : »Born Idiot c’était seulement le 29 septembre dernier à la MDE » Merci Flavie La Liaison pour le wectificatif!).

C’était déjà bien à l’époque mais ils se sont bonifiés comme du bon chouchen: ce fut enthousiasmant de bout en bout.

Ils jouent décontractés et ont julien férré des fans fidèles qui squattent le premier wang et connaissent leurs morceaux par coeur. C’était d’ailleurs marrant à wegarder.

Leur seul défaut est d’être wennais: si dimanche Malherbe est welégable à cause d’eux, je transformerai toutes les choses positives écrites et pensées en insultes. Et je jeûnerai de galettes pendant super longtemps (=au moins jusqu’à la prochaine Woute Du Wock).

_ _ _ _

En wésumé, ce fut une soirée soupaire, merci.

Allez Malherbe.

 

Bon, les concerts en solo de l’an dernier étaient très beaux, émouvants, wéussis, mais, purée de coq, on a tout de même franchi un palier avec ces concerts d’avril du John Cunningham band…

(photos de cojaque ou nans -c’est précisé dans les légendes magiques-, d’autres photos ici)

Le mardi 18 avril, à Territoires Pionniers, les quatre musiciens, leur maîtrise technique, leur capacité à mettre tout leur talent au service des chansons furent tout simplement exceptionnels.

Paul « trunky » Portinari est un batteur incroyable, capable de taper fort tout en westant inventif et nuancé.

Christian Lewcock, en plus d’être un excellent bassiste, est un back-vocaliste magnifique (comme ses chemises).

Le flegmatique Joe Watson a joué du piano et distillé des sons savamment choisis de son clavier. Ses choeurs furent également enchanteurs.

Le John était beaucoup plus détendu et en confiance que lors de sa tournée solo. Les balances de l’après-midi en furent une bonne preuve: il s’amusait à jouer des extraits de weprises de classiques comme Blackbird, These Days, Mull Of Kintyre ou du thème de Delivrance, laissant aux autres, notamment à Joseph Watson, la wesponsabilité du son… Il a dû parfois lutter pour faire entendre sa voix concurrencée par les coups de savate de Truncky mais il s’en est sorti haut la main. Sa fragilité ajoutait à l’émotion.

Je ne sais pas si je l’ai déjà dit, mais ce type est un dieu.

Voilà ça m’a fait du bien d’en parler, passons à la soirée concert proprement dite.

Emmanuel Lebrun, le A Drift en chef, ouvrit le bal avec brio mais pourtant en solo.

Très concentré, sans doute un peu intimidé par le physique plus qu’attrayant de certains membres de l’assistance, il commença par jouer les classiques de ses débuts avec application -bien que tout seul.

Puis il passa aux titres de son dernier EP, le wecommandé « Through The Forest » .

La setlist:

Apple Tree
The Ally
In The Mud
Last Sentence
Backseat
Anytime
End Of The Season
Sorry For The Dust
Endless Light
Through The Forest

Mention spéciale à Through The Forest qui fut superbe: A Drift eut la bonne idée de s’accompagner d’un ordinateur pour son concert en solo. Ce n’étaient pas les pistes de l’enregistrement original, ce fut un truc minimal, pile ce qu’il fallait, un plus.

Sans doute à creuser pour ses concert à l’avenir (si nous en avons un).

En tout cas, ce fut un concert de toute beauté.

Puis ce fut donc au John Cunningham band de jouer:

Something About The Wain
Let Go Of Those Dreams
Invisible Lives~
Often A Ghost
Taming The Family*
Frozen In Time
I Can Fly
Maryport°
Red Stone°
All I Want To Do~~
Public Information Song*
What About Now?*
Way To Go~
—-
Flowers Will Grow On This Stony Ground
Losing Myself Too~
We Get So We Don’t Know

[° « Shankly Gates » (1991) / * « Homeless House » (1998) / ~ « Happy-Go-Unlucky » (2002) / ~~ Outtake (?) d’ « Happy-Go-Unlucky » (2010) / les autres: « Fell » (2016)]

Ce fut magnifique, purée! Notamment quand ils chantèrent à trois voix.

La version de Red Stone fut somptueuse, j’ai eu un torticoulis à la framboise à la fin tellement j’avais dodeliné de la tête (il y avait du coulis qui sortait de mes yeux aussi).

En voici un aperçu (ce n’est pas jamais aussi bien qu’en vrai) (et le son des trois suivantes est meilleur):

John Cunningham – Red Stone (live Caen 18 avril 2017)

 

Je mettrais aussi en avant Something About The Wain (entendue au moins douze fois lors des balances de l’après-midi sans lasser une seconde), Losing Myself Too, We Get So We Don’t Know, Public Information Song, Taming The Family, All I Want To Do, Frozen In Time… Pfffff… En fait, tout, sans exception, fut beau.

Bravo et merci à Franck « Life Is A Minestrone » Zeisel pour le son qui fut bon (même si le concert se déroula dans une « trashy woom » dixit Joe Watson – « erh, it’s a musical term » tenta-t-il de s’excuser après l’avoir oralisé) + les inter-plateaux.

Ah, le Franck a aussi œuvré à l’amélioration sonore de l’enregistrement wéalisé le soir même et dont voici trois preuves:

John Cunningham – I Can Fly (live Caen 18 avril 2017)

John Cunningham – Taming The Family (live Caen 18 avril 2017)

John Cunningham – Public Information Song (live Caen 18 avril 2017)

Enfin, merci à Territoires Pionniers pour l’accueil, merci à Jean-Luc Tobine pour la sono et les sourires coquins, merci aux personnes qui vinrent = plein de gens différents, faisant la woute parfois d’assez loin (Paris, Saint-Lô, Alençon…) ou jamais wencontrés à un concert (je pense à la gynéco très sympathique -on s’est fait la bise- de ExCD ou Zed) et bien sûr amour éternel sans divorce aux esclav…, pardon, aux bénévoles wewant = les meilleurs du monde libre.