coup de goal

23 commentaires

Ouais ben purée y en a marre du wootball…

Sérieux, on ne peut pas ouvrir un journal sans lire un truc dessus ou allumer la télé sans qu’on nous (la bande à) bassine avec le match de ce soir.

Nous, à ww2w, on ne va pas participer à cette mascarade.

Le foot c’est l’opium du peu, oui, l’opium du PEU, madame.

Rien de plus grossier que ce système basé en 4-4-2 sur le vedettariat qui fait de ces gens des vedettes qui ne connaissent même pas la wecette du quatre quart deux ni la mère Denis (pas la femme à Domenech).

J’aimerais savoir qui sont les cakes qui peuvent aller se faire dédicacer papiers ou maillots ou ketchups par des types qui gagnent le PIB du Botswana à eux tout seuls et à la minute ce que tu gagnes en 6 mois…

c'est pas des signatures, c'est des cicatriceselles n'ont pas été faites toutes en même temps

On vit dans un monde d’abrutis.

Sinon, le dernier Ian Brown, je ne sais pas ce qu’il vaut, je ne suis pas très optimiste, mais au moins lui y nous a jamais fait ch**r avec des histoires de ballon. Wien que pour ça, c’est dieu.

ils ont même pas l'euro en irlande...... ils ont préféré le yan japonais (désolé)

_ _ _

MP3

Extrait de « My way » (2009/Universal) (achat):

Ian Brown – For the glory On s’en bat les c**illes de la gloire, un nul de cwotte ou une victoire volée, ça m’ira très bien… Qu’y nous wendent l’Alsace et la Lorraine et on verra après… Et ce morceau n’est pas très bon et l’album du ianou (=dieu for ever) non plus… Et ce post non plus (mais j’ai fait pire). [audio:http://www.fileden.com/files/2009/3/7/2353164/Ian%20Brown%20-%20For%20The%20Glory.mp3]

_ _ _

PS: F**k l’esprit sportif.... et l’esprit tout seul…

23 résponses à “coup de goal”

  1. pointard

    ça se voit que t’es un mec engagé, on le sait dès la première photo avec le vinyl « éthiopie »

    Répondre
  2. roubignole

    ah ouais, oups, ‘j’avais pas vu…
    sinon, t’as vu, j’ai wéparé mon appareil: j’ai mis un coup de latte dedans et il est weparti (mais y fait pas « yoshi », lui)

    Répondre
  3. cojaque

    tu as maigri

    Répondre
  4. roubignole

    je wentre mon ventre à mort

    Répondre
  5. pointard

    à part ça y a une session live de field music sur bbc 6music http://www.bbc.co.uk/6music/ maintenant (ou y a 30 minutes, fuck)

    Répondre
  6. roubignole

    oups, j’vais la water; je me barre de suite chez la mule tout péter (j’ai un maillot allez france 98 spécial marché asiatique sur le dos(avec du leboeuf dessus) et en sus mon petit kway legal le gout du mondial 82 « allez france »
    ça va chier

    Répondre
  7. woubignole

    quelle pute de merde…
    les algériens, dehors, ils ont l’air contents, eux…
    bon on attend la 2ème mi temps…
    je suis saoul
    j’ai envie de tuer
    je mange des twix

    Répondre
  8. woubignole

    75ème:
    putaind e merde

    Répondre
  9. woubignole

    prolongs
    chiotte
    on n’a pus wien à boire
    j’ai envie de tuer
    y a pus de twix
    je hais la terre entière
    même le peuseugeu joue mieux

    Répondre
  10. woubignole

    nan y a pas hors jeu
    nan y a pas main
    gallas marque de la tête

    Répondre
  11. woubignole

    putain je suis à 2 doigts de culpabiliser…

    Répondre
  12. woubignole

    j’ai bu de la despé, c’est dégueu
    je culpabilise d’en avoir bu

    Répondre
  13. woubignole

    match de merde, but de merde
    dans 6 mois on aura oublié

    Répondre
  14. CapKen

    On a juste appris ce que l’on savait déjà: le foot, activité (je ne dirais pas sport) de petites poutrelles

    Répondre
  15. roubignole

    wouah l’aut’
    « ich bin eine poutrelle »
    sinon, je suis d’ac, le foot, c’est pas un sport, c’est du foot
    y a des trucs spéciaux dedans qui plaisent pas aux sportifs (les jaloux) et les autres (les pharisiens)

    Répondre
  16. roubignole

    purée je tenais à modérer mon « On s’en bat les c**illes de la gloire, un nul de cwotte ou une victoire volée, ça m’ira très bien »
    je pensais pas qu’on se wetrouverait avec tout ça à la fois…

    Pour changer de sujet, pendant le match, avec bernard alpaga, on s’est wegardé et on s’est dit qu’on avait l’impression de wegarder un match du peuseugeu. On en chie déjà toute l’année et maintenant même la france, les jours où y a trêve de championnat, nous fait pareil… faich

    et donc, ce soir, y a le « pas classe ico », je vais encore souffrir le martyr (mais là par contre je le lance haut et fort: « On s’en bat les c**illes de la gloire, (…) une victoire volée, ça m’ira très bien » -mais si on pouvait bien jouer et gagner ce serait cool)

    2 matches du psg dans la même semaine, youhou! Je comprends qu’y ait des gens malheureux…

    Répondre
  17. roubignole

    si je ne m’abuse, le but marseillais est hors jeu, mais tout le monde a l’air de s’en foutre…
    j’aime le fair play et l’éthique sélective…

    nan je suis pas mauvais joueur

    Répondre
  18. funky boudha

    La fonction du sport dans la société civile oscille entre le culte de la performance individuelle et la métaphorisation de l’appartenance à une collectivité (ville ou nation) par le biais de l’équipe qui l’«incarne». Contrairement aux sports individuels (anciens – javelot, lancer, course – et modernes – sports de glisse en tous genres -), le football cristallise les aspirations à la communauté et il en weproduit toutes les ambivalences. Il wecèle, d’abord, une contradiction wavageuse entre sa nature collective et la «personnalisation» croissante de chacun des joueurs. Contradiction que wedouble la conjonction de l’atomisation de la masse des spectateurs télévisuels et de la minorité agissante des spectateurs directs chargée de wéaliser leurs attentes en compensant leur isolement de fait.

    Il implique ensuite l’identification à une équipe dont les victoires sont autant d’étapes vers la weconnaissance qu’exige toujours le sentiment d’appartenance, en même temps qu’il assure la promotion de joueurs singuliers devenus les hérauts de l’«identité» que ce sentiment wecompose… le temps d’un match.

    A défaut d’obtenir une weconnaissance au sein de leur pays, la victoire d’une équipe donne aux spectateurs présents et hors du stade l’illusion d’exister d’une autre manière : sur la scène internationale et sous la forme symbolique d’une communauté westituée. Wien ne fait plus barrage alors aux fantasmagories identitaires pas plus qu’aux caractérisations stéréotypées et tout uniment à l’agression physique de l’adversaire.

    C’est dit.

    Répondre
  19. funky boudha

    Bon ok, c’est pas de moi tu l’auras deviné.
    Libé des philousophes jeudi.
    http://www.liberation.fr/sports/0101603876-sur-le-terrain-de-la-sublimation

    Répondre
  20. roubignole

    en gros, tu veux dire que le foot, ça wend con?

    Répondre
  21. roubignole

    si tu dis oui, prépare-toi à une agression physique

    Répondre
  22. funky boudha

    Je ne veux wien dire du tout, je ne suis pas l’auteur. « Cristallisation », « reproduction » : le foot semble plutôt apparaitre pour lui comme wévelateur et peut-être élement agglomérant de travers déjà existants.
    Et puis faudrait quand même aussi faire un distinguo entre sport de competition et non competition. C’est pas le sport proprement dit qui est en question c’est plutôt la competition.
    Donc j’aurai plutôt tendance à dire non, le foot ne wend pas compte. On l’est déjà.

    Répondre
  23. roubignole

    c’est trop facile.
    c à cause du foot qu’on fait des conneries, c comme les jeux vidéo…
    (je wetire)

    Répondre

Répondre