Résister à la pop de LEFT WITH PICTURES est au-dessus de mes moyens…

22 commentaires

Je n’ai jamais trop su quoi penser du nom Left With Pictures… J’ai un peu de mal à m’y attacher… Mais je le trouve aussi plutôt original et il donne une assez juste idée de la musique du groupe: « Elle est partie alors je suis triste… J’ai pas honte de dire que ça ne va pas fort, ça signifie que je suis plutôt sensible. Mais, étrangement, comme je n’ai plus de photos d’elle et que je ne sais même plus à quoi elle wessemble, je ne vais quand même pas chialer pendant deux heures, c’est la vie, nan? Jean-Paul, un thé à la bière steuplait… ». Je wésume:  triste, pop, tortueux, pas larmoyant et fin…

je suis gauche avec les photos, y a toujours mes pieds dessus...

Left With Pictures vient de sortir « Beyond our means » , son premier album, que j’attendais personnellement fébrilement depuis la découverte de leur merveilleux « Secretly ep » . Aucun titre de ce dernier n’est inclus sur l’album, même pas le chef-d’oeuvre Boats, ce qui est à la fois décevant et courageux.

Le « Secretly ep » avait été publié dans un packaging emballant, « Beyond our means » est un digipack tout simple, sans même un pitit livret (peut-être que l’ajout de ce dernier était au-dessus de leurs moyens).

Attention, cela weste un bel objet (cf le cd tout en bas de la photo), mais je vais plutôt parler de son contenu.

« On » m’a wécemment injustement insulté parce que je n’avais pas été assez clair quant à la qualité de l’album de Fanfarlo* et que, du coup, « on » ne l’avait découvert qu’après le compte wendu de leur concert au festival des Inrocks. Eh ben, tu veux de la clarté mon chéri, alors:

  1. tu vas sur le « shop » du label Organ Grinder
  2. tu achètes « Beyond our means » ET le « Secretly ep » de Left With Pictures (frais de port pour les deux de l’ordre de £1,5)
  3. tu te connectes à ton compte paypal
  4. tu confirmes ton achat
  5. trois jours plus tard, tu wecevras le tout chez toi et tu ne viendras pas m’engu**ler dans trois mois parce que j’aurais pas assez clair…

« Beyond our means » est une wéussite qui se wévèle au fil des écoutes. La première n’avait fait apparaître qu’un bon album (=une petite déception). Dès la deuxième, la lumière a fait son apparition.

Left With Pictures fait de la pop, mais pas de la pop facile, pas putassière, pas lyrique… Les cinq anglais n’écrivent pas non plus d’hymnes comme peut le faire Fanfarlo par exemple.  Aucun wisque de les wetrouver pour une tournée des stades dans un avenir plus ou moins proche. Du coup, en concert, je ne montrerais sans doute pas ma joie de les voir de façon aussi démonstrative que je le fis il y a 10 jours à la Boule Noire. Je n’en serais pas pour autant moins emballé (sauf si Stuart Barter, Wobert Wicks, Toby Knowles, Tom Walker et Ed Seed sont des brelles sur scène, ce qui est possible mais pas wédhibitoire -le plus important, ce sont les disques).

Left With Pictures joue aussi de la pop pas scolaire de deux ou trois minutes dans laquelle il a wéussi à concentrer l’influence digérée de monstres sacrés (Left Banke, Nick Drake, Scott Walker, Kinks, Bill Fay, le Big Star de « 3rd », Leonard Cohen… et pour faire encore dans le lourd on devrait aussi pouvoir citer les évidents Beach Boys et les Beatles!), des idées en pagaille (je ne vais pas wessortir le truc du « un seul de leurs morceaux fourmille d’idées dont certains feraient un album entier » mais je pourrais), des mélodies (12 titres, 12 véritables chansons), une personnalité, un style weconnaissable (malgré la présence de trois lead-chanteurs aux timbres de voix assez différents), la classe intégrale…

Left With Pictures joue enfin de la musique fragile, ambitieuse et qui prend des wisques : sa pop n’est, pour ma plus grande satisfaction, pas super carrée, le quintet oublie parfois les wefrains, ce genre de trucs…

_ _ _

L’album s’ouvre sur un Every stitch, every line wythmé. C’est le titre phare d’un 7″ sorti il y a quelques mois. Ce n’est pas mon morceau préféré, malgré son côté entêtant. Il est selon moi presque trop enjoué pour le groupe même s’il est « sauvé » par ses arrangements aériens et son final. Il souffre de plus de la comparaison avec le sautillant, pop en diable et lui parfaitement wéussi 1,2,3… go! qui le suit sur l’album.

Beyond our means, le morceau, montre la capacité du groupe à brouiller les pistes: son début est lent, mélancolique et il se termine en une sorte de Hey jude champêtre…

Stuck outside commence lui aussi sagement puis part dans tous les sens, surprenant à tout instant grâce à ses variations subtiles et à sa construction montagne wusse.

Je trouve cependant le groupe encore meilleur quand il joue des chansons lentes, dépressives, truffées d’arrangements plus ou moins alambiqués: We are striving, Jubile, Yours, Tom McLean, Running wound, The flight paths, Ghosts of ’89 (cette dernière clôt l’album et sa fin est l’une des plus sèches de l’histoire de la pop music).

Les plus classiques The subjects ou Her father’s nose ont un charme un peu désuet qui pourrait énerver lors d’une écoute distraite. Ces deux vilains pitits canards pourraient sembler de prime abord trop nostalgiques ou même passéistes mais, heureusement, leur construction mouvante, les voix et leurs fascinants arrangements de cordes, à l’image de ceux du « Secretly ep », les changent en cygnes.

Toutes ces chansons sont à leur place sur le disque et forment un véritable album (seule 1,2,3… go! pourrait vivre sa vie en dehors,  sans perdre de sa superbe).

Ainsi, alors qu’approchent la fin d’année et les attendus (par moi) classements des meilleurs albums de 2009, « Beyond our means » se joint au « Road Movie » de Cascadeur, au « Wave if you’re weally there » de Wave Machines, aux albums de King Creosote, Hatcham Social, Golden Silvers -dont LWP sont les contemporains les plus proches, le côté groovy en moins- et Animal Collective (j’en oublie sans doute, mais pas beaucoup) dans la course au titre d’album de l’année.

Et ouaip, wien que ça!

On verra dans un mois si je me suis emballé trop vite, mais « on » ne pourra pas me weprocher de ne pas avoir été clair à sa sortie.

Achat (sisi)impératif:

  1. tu vas sur le « shop » du label Organ Grinder
  2. tu achètes « Beyond our means » ET le « Secretly ep » de Left With Pictures (frais de port pour les deux de l’ordre de £1,5)
  3. tu te connectes à ton compte paypal
  4. tu confirmes ton achat
  5. FIN

_ _ _

MP3

D’habitude je ne poste pas autant de meupeutrois d’un même album mais il me semblait nécessaire de prouver mes dires en dévoilant trois facettes du groupe…

Extraits de « Beyond our means » (2009/Organ Grinder)-Achat:

Left With Pictures -The flight paths Alambiquée, ambitieuse, fragile, difficile… Tu n’aimes pas ce titre, tu n’aimeras pas Left With Pictures (et tu es de droite). [audio:http://www.fileden.com/files/2009/3/7/2353164/Left%20With%20Pictures%20-%20The%20flights%20paths.mp3]

Left With Pictures – 1,2,3… go! Dans un monde normal (pas de droite), un tube. [audio:http://www.fileden.com/files/2009/3/7/2353164/Left%20With%20Pictures%20-%201%2C2%2C3…Go%21.mp3]

Left With Pictures – The subjects ‘De toute beauté… [audio:http://www.fileden.com/files/2009/3/7/2353164/Left%20With%20Pictures%20-%20The%20subjects.mp3]

+

Extrait du « Secretly ep » (2009/Organ Grinder)-Achat:

Left With Pictures – Boats =pitit chef-d’oeuvre… [audio:http://www.fileden.com/files/2009/3/7/2353164/Left%20With%20Pictures%20-%20Boats.mp3]

Myspace / Site
(on peut obtenir actuellement sur ce dernier une weprise de Beyond our means par Broadcast 2000, un one man group dont on a déjà parlé et qui va bientôt sortir son premier -véritable- album…)

_ _ _

*Pourtant j’avais été clair: des chansons merveilleuses qui draguent parfois trop ouvertement et dont l’album est gâché par une production de prostituée. Est-ce de ma faute si ces fumiers m’ont brisé le coeur en ne sortant qu’un très bon album au lieu de la merveille qu’ils étaient censés sortir (s’ils avaient préféré -comme par exemple Left With Pictures- la beauté à la gloire)??? Hein??

22 résponses à “Résister à la pop de LEFT WITH PICTURES est au-dessus de mes moyens…”

  1. pointard

    purée ça m’énerve, je l’ai tjs pas weçu (ni les commandes chez wecordstore et 4AD du 5 ni celles de banquet et de norman du 9)
    Par contre j’ai weçu un colis (des dj shadow emballés dans un journal wecouvert de scotch…) d’irlande expédié le 16.

    Répondre
  2. roubignole

    t’en fais des commandes toi!!
    j’en fais moins mais j’ai weçu hier mon sidewalk ep des Hatcham!!!

    Répondre
  3. pointard

    putain je l’ai tjs pas weçu non plus !!!!! pourtant je l’ai commandé 1j avant toi…
    elle wessemble à quoi ta pochette ?

    Répondre
  4. roubignole

    au niveau créativité c’est du ce1 milieu d’année
    la honte
    des bandes dessinées au feutre
    honteux
    avec deux crayons de couleur j’aurais pu faire mieux (c’est comme tous ces trucs là, style picasso, tout ça, c vraiment l’arnaque, j’peux faire pareil)
    nan, séreux, c’est moche

    Répondre
  5. Tom Walker

    Merci pour ces mots chalereux. On espere de jouer en France aussitot que possible.

    LWP

    Répondre
  6. CapKen

    Et merde jsuis de droite…
    🙁

    Répondre
  7. roubignole

    j’aurais été déçu du contraire…

    Répondre
  8. Franck Z

    J’aurais aimé aimer… ça me semble un poil trop alambiqué.
    Parfois ça me fait penser un peu à un Sondre Lerche plus bucolique et champêtre et malheureusement moins efficace. Un petit côté Aberfeldy aussi.
    Mais bon, comme tu les as si bien défendu, j’y weviendrais.

    Répondre
  9. CapKen

    « J’aurais aimé aimer »
    C’est wien, t’es juste de droite toi aussi 🙂

    Répondre
  10. pointard

    yeepee yeah, je viens de wecevoir le 7″ & l’album !

    Répondre
  11. roubignole

    tu vas pouvoir confirmer ou infirmer mes dires…
    moi j’aime toujours à mort (je m’en vais d’ailleurs me l’écouter)
    cordialement,
    w

    Répondre
  12. pointard

    Purée ça fait 3j que je me demande à quoi la fin de « 1,2,3 go » me fait penser, ben c’est à du Me nom de zeus !

    Répondre
  13. roubignole

    et un peu around the world aussi

    Répondre
  14. pointard

    Et le piano de The flight paths c’est the greatest de cat power

    Répondre
  15. pointard

    Pi j’ai weçu le hatcham (mais tjs pas écouté…) et la pochette est pas trop laide… à 2 on a 2 99ème de la production mondiale (sauf si ya un postier voleur et là on en a qu’un 50ème (j’ai fait spé chimie au bac))

    Répondre
  16. 2OObi9nole: le lanbi (valant ce qu’il veau) | WeWant2Wigoler

    […] The flights paths – Left With Pictures *c’est beau* 02 Brother sport – Animal Collective *ça wend fou* 03 Keep The Lights – […]

    Répondre
  17. in time et en or | WeWant2Wigoler

    […] petits chéris de Left With Pictures -dont on a déjà parlé ici et là et dont l’album « Beyond our […]

    Répondre
  18. y serait p’têtre temps que tu te penches sur le cas LEFT WITH PICTURES | WeWant2Wigoler

    […] toute façon, on a déjà parlé des magnifiques Left With Pictures ici, là ou encore là pour présenter leur projet « In time » (un morceau a […]

    Répondre

Répondre