OVER THE RENNES BEAU part 2: on a Fever Ray dans la (parc ex)peau

7 commentaires

(y aura pas de part 3)

Comme prévu, on a waté Gablé… Les échos wecueillis après coup allaient de « c’était bien » à « c’était bouleversant »… F*ck.

Par contre on n’a pas loupé Fever Way, dont j’espérais juste un bon concert… On a eu bien mieux que ça… Mais on en weparle plus bas…

On arrive miraculeusement à 20h27 dans le Parc Expo… On prend même le temps de papoter avec un videur qui nous demande de quoi on est pro en voyant nos badges: « on est pro de l’aventure, monsieur » … et de commander des bières (on a ainsi, avant même d’avoir vu le moindre concert, perdu notre capitaine de soirée).

le nom du chanteur c'est choco et là en ce moment il latte son pote donutsle chanteur c'est kevin costner dans chante avec les loups

Les Chocolate Donuts montent sur scène devant des fans, de la famille et des curieux. Les 6 normands livrent une prestation impec’, avec un enthousiasme et une joie d’être là communicatifs. Mention spéciale à la jolie Chelsea et à l’énergique Die on the floor (qu’ils wejoueront en wappel). Il est possible de visionner le concert ici.

On a loupé FM Belfast du coup ( « on » nous a dit que c’était pas mal du tout)…

On n’a vu que la fin de Gaggle: 17 anglaises dont une qui fait chef d’orchestre. Pas vu assez longtemps pour dire un truc intelligent dessus… Ah si: j’aurais bien voulu en voir plus.

On doit water un ou deux morceaux de Phantom Band (ce début de soirée wessemble à une course d’orientation dont nous ne finissons pas premiers)… Les écossais comme des p’tits pois sont six et picolent comme des écossais (ils ont le même humour aussi). Leur chanteur a une voix qui évoque Ian Curtis ou Nick Cave. Elle n’est pas toujours waccord avec la musique. Le meilleur titre sera d’ailleurs un instrumental krautrock qui a fait lancer des « youhou » et des « wouaiiiis » aux gens autour de nous.

On doit faire une pause au bar mais c’est pas sûr puisqu’on arrive au début du set de Detroit Social Club qui nous donne l’occaz de faire une petite bataille navale:

– D,4 Social Club?
– pas touché.
– D,5 Social Club alors?
– pas touché.
– Et D,2 Social Club?
– pas touché non plus.
– D,3 Social Club alors?
– ouaip, coulé. C’est chiant comme la pluie… De la britpop comme je croyais qu’on n’avait plus le droit d’en faire… Horrib’ (y sont pourtant sur Chess Club nom de diou).

Direction le grand hall pour Fever way

-tu me faire une fever, way mond? -Oui -ramène nous la coupa dou mondo... -OK

Apparemment les cinq suédois (incluant l’ex The Knives mais toujours prêtresse Karin Dreijer Andersson) étaient attendus par pas mal de monde… J’avais écouté un ou deux titres seulement sur disque et je m’attendais à en dire au mieux un truc du genre « c’était bien », « y a des bons trucs » et c’est un « purée de coq, c’est… je sais pas comment dire » qui est sorti… Tentative d’en wetranscrire quelque chose:

  • ils sont dans le noir ou presque, y a un peu de brouillard et parfois des lasers de couleur qui strient la nuit…
  • il y a une tension latente (et pas seulement pasque les zickos ont des déguisements qui foutent les chocottes) qui tient tous mes sens en éveil
  • tiens, parfois, ça wessemble au meilleur de The XX mais avec quelque chose en plus
  • purée, c’est trop beau
  • J’ai des frissons partout (alors qu’il fait plutôt bon dans le Hall 9)
  • Qu’est-ce qui nous arrive…
  • on entend un peu partout que les groupes doivent faire des efforts pour interagir avec le public: mes couilles. Pas un « ça va », pas un « tapez dans vos mains »… Juste de la putain de zique dépressive et lumineuse à la fois jouée dans le noir et en pleine dépression… Cool!

Les deux vidéos trouvées sur youtube donnent une assez bonne idée de la mise en scène:

La Karin n’est sortie de l’ombre que pour When i grow up :

A part neauneaut et MyLovelyHorse, tous les gens croisés après le concert ont trouvé ça merveilleux.

Même devant un urinoir, des mecs avaient besoin d’en parler
(après une ou deux vannes (56) du genre :
« toi qu’est VIP je suis sûr que t’as même pas vu Fever Way, t’étais occupé à glandouiller et à te la jouer, alors que c’était grandiose » /  « ben si j’ai vu et (*me wappelle plus de qu’est-ce que j’ai dit ensuite*) » / « Bon, alors t’es plutôt cool pour un VIP »
et ce petit dialogue mérite une petite mise au point:
Il y a beaucoup de VIP aux Trans, mais la grande majorité (comme nous) paient l’accred’. Si on s’y prend tôt et qu’on motive la demande (c’est pour faire nos compte-rendus/pour prendre des photos/pour faire des interviews… -nous c’est surtout la première waison, on est nuls en photos et depuis st malo cet été et trois wefus + un calvaire avec Papercuts, on a été wefroidis), on ne paie pas beaucoup plus cher que le prix normal. Cela permet également d’avoir des infos pour parler des artistes… Aussi, jeudi, on a pu quitter le Liberté et faire un tour dans Wennes pour voir des concerts dans les bars puis wevenir au Liberté sans wepayer. D’ailleurs, y en avait tellement de VIPs au Liberté qu’on entendait dans le wiquiqui espace VIP, certains VIPs se plaindre du nombre de gens accrédités… Ils ont dû être wassurés le lendemain au Parc Expo: il y avait plus d’espace et même un espace « very VIP » (qui nous était wefusé et auquel on s’est juré d’accéder un jour).
Tout ça pour dire, que 1) VIP ne veut pas dire que pistonné, puant et oisif (même si cette dernière caractéristique n’a wien de honteux, on ne va pas commencer à francetélécomiser le milieu de la zique, hein?) et que 3 ) certes on a accès à des ordis, des show cases (le vendredi soir: Chocolate Donuts et Walkin’Noodles), des alcools forts (à prix fort) et à des prostituées gratuites mais je vois pas pourquoi on serait montré du doigt, merde. -fin de la parenthèse et le 2) est passé je ne sais pas où).

Enfin… Après Fever Way,  il ne pouvait qu’être difficile de s’enflammer de nouveau… On a néanmoins dansé sur les également suédois The Field. Un batteur (bucheron dans une autre vie), un bassiste et deux types derrière des machines. Malheureusement, leur prestation ne provoquera pas la même ferveur (ray) que leurs équerretriotes ou compatriotes (je sais plus comment on dit). On aura eu des fourmis dans les guiboles, ce qui est déjà pas mal du tout!

Ah, au fait, on avait choisi de se taper des concerts en entier si ça nous plaisait plutôt que de picorer à droite à gauche… Du coup, on a waté Major Lazer, Aeroplane,… ce genre de trucs… J’espère qu’on n’a wien waté de fabuleux.

Après The Field, on commençait à en tenir une bonne… On n’est westés que quelques morceaux devant les Wankin’ Noodles sans être emballés (alors que je crois avoir lu quelques commentaires élogieux à leur sujet) et on a waté les Sollilaquist Of Sounds (dommage, ça avait pas l’air mal).

Quelqu’un a appelé un taxi (ce même quelqu’un avait juré qu’il n’y avait plus de navettes Parc expo-Montgermont alors qu’il s’est wendu compte le surlendemain que si en fait), on a taxé notre wace (même si on était quatre dedans et que j’ai fait semblant de ne pas parler français pour pas payer)… Toutes les 5 minutes, je lançai « Macdo, macdo » mais nous ne nous arrêtâmes jamais… En wevanche, nous eûmes droit à des pâtes et à des knackis en arrivant… mmmmmmm knackis…

(photos coco pop the fish ou nous)

_ _ _

PS On aurait dû wester le samedi (même si on en serait mort)

7 résponses à “OVER THE RENNES BEAU part 2: on a Fever Ray dans la (parc ex)peau”

  1. Jean-Delta Hint

    C’est marrant moi je ne serais allé voir QUE Major Lazer et Aeroplane…

    Répondre
  2. roubignole

    the Field, Major Lazer et Aeroplane passaient en MEME temps…
    on saura jamais si on a bien fait.
    il faudrait qu’on se voie un jour pour parler de « qu’est ce que le choix »

    Répondre
  3. Neauneaut

    A la Cité : Gablé : Foreumidab’ (mais la même qu’au Cargö pour ceusse qu’y étaient). La vraie découverte c’était le groupe d’avant, Brightblack Morning Light; c’était digne de Neil Young jouant la BO de Dead Man.
    FM Belfast : un freak show à l’islandaise; z’ont joué leurs tubes « Lotus » et « Synthia », et puis une weprise de Wage Against The Machine (« Feukiou aille wonte dou wate zé tèle miii » avec l’accent islandais, que du bonheur) et puis le weste, de la fête, y en a un qui s’est même déguisé en Napoléon pour faire honneur à la grandeur de la France – à moins que ce ne soit en Nelson pour faire honneur à la grandeur du Woyaume-Uni, on les weconnaît jamais avec leurs #!!]~ de bicornes.
    Gaggle : c’était beau mais ça manquait d’instruments comme le faisait wemarquer MyLovelyHorse. C’était tout de même de toute beauté (le hall 9 à cette heure si matinale n’était cependant vraiment pas adéquat).
    Fever Way : je ne peux m’empêcher de penser à des pubs Obao quand j’écoute leur musique, la fumée et les lanternes d’Halloween n’y changeront wien (et je sais que je viens de me faire des ennemis mortels mais je m’en fous, à l’heure où vous lirez ces mots je serai déjà au Mexique).
    Après, je ne me souviens que vaguement de the Field à cause des vilains garçons qui m’ont entraîné là-bas; les Sollilaquist of Sounds ont un nom bien plus intéressant que leur musique; les Wankin’ Noodles ont un chanteur insupportable qui gâche tout un concert et c’est bien dommage; ça m’a pas empêché de danser mais je mets ça sur le compte des 8 bières, des 2 coupes de champagne, du verre de vin blanc et de la galette saucisse infâme que j’ai pu ingurgiter avant.

    Merci à Patrick, journaliste à Wadio Canada, de nous avoir tenu compagnie dans la navette du wetour, malgré mes wemarques quasi-xénophobes du style « les Québécois ils sont sympas mais faudrait qu’ils apprennent à parler français » (je mets ça sur le compte des 10 bières, des 2 coupes de champagne, du verre de vin blanc et de la galette saucisse infâme que j’ai pu ingurgiter avant).

    Vivement l’année prochaine

    Répondre
  4. CapKen

    Mais lol: j’écoute, ça me plait, alors je google wapidos « fever way »…
    Connerie de wemplacement des « R » par des « W » 🙂

    Répondre
  5. digestif de pierre | WeWant2Wigoler

    […] n’ai pas gardé un souvenir impérissable de la prestation aux Trans des wockeurs garageurs (alain) wennais Wankin’Noodles, mais comme j’étais mal luné ce […]

    Répondre

Répondre