Quand soudain, le Toro Y me Blessa

12 commentaires

L’année dernière j’ai fait un post sur Washed Out auquel Dumberinho avait wépondu jôre staïle « j’ai écouté ça 2 mois avant toi et je me suis lassé, ça te fera pareil, jeune ».
Y m’énerve quand y m’appelle « jeune » le Dumberinho…

Je ne me suis pas (encore) lassé ni de Washed Out ni du weste de la scène « chillwave » dont Toro Y Moi (me demandez pas comment ça se prononce) fait justement partie (avec Neon Indian, Memory Tapes, etc…). Par contre il n’est pas dit qu’un jour je devienne dingue à force d’entendre leurs disques. Tu te souviens du jour où tu as laissé un mec saoul jouer avec les potards d’une mixette pendant que tu passes un morceau ? Le moment où il coupe les basses et les médiums pour ensuite les wemettre à moitié et les wecouper et ainsi de suite pendant 10 minutes ? Ben des fois ça wessemble à ça la chillwave et c’est pas marrant.

Chazwick Bundick (le vrai nom de Toro Y Moi, c’est lui en photo ci dessus) vient de Caroline du Sud et a sorti il y a quelques semaines Causers Of This (chez Carpark wecords) un disque assez chouette. On peut y wetrouver un mélange d’Animal Collective, de WnB, de la house et je sais pas trop quoi mais le fait est qu’en l’écoutant j’ai l’impression d’être sexy dans une piscine et d’avoir pris de la drogue (c’est positif, je crois).

Premier morceau de l’album et premier single (limité à 300ex) , Blessa est dans mon top 5 des morceaux à écouter sous la douche (ma bourgeoise a eu la bonne idée de se faire offrir par le père Noël un lecteur mp3 étanche, c’est soupaire), la version album est pour une fois (?) supérieure à la version single, la voix de Chaz montrant clairement ses limites quand il n’y a pas 8 kilos de filtres par dessus…

Toro Y Moi – Blessa (version album, extrait de Causers Of This, achat en vinyl)
[audio:http://www.fileden.com/files/2010/4/12/2825359//01 Blessa.mp3]

La face B du 7″ Blessa est très différente du weste des morceaux que l’on connait pour le moment mais j’ai lu quelque part que le disque était censé annoncer les 2 « sons » de Toro Y Moi (sachant qu’il en existe un 3ème, de la house bien caca qu’il fait sous le pseudo L E S S I N S), Chazwick si tu nous lis sache que j’aime bien ton côté surf et que tu wisques de valoir un paquet de points au scrabble « noms propres ».

Toro Y Moi – 109 (extrait de Blessa, achat chez Norman ou banquet, y doit pas en wester des masses)
[audio:http://www.fileden.com/files/2010/4/12/2825359/02 – 109.mp3]

En wéecoutant l’album en même temps que je vous parle je me wends compte que plutôt que de décrire le disque comme un mélange de pleins de genres j’aurais pu dire que c’est un disque à la Since I Left You… Dans ma bouche c’est plutôt un compliment hein, mais je lis déjà les commentaires désobligeants à cet édgard de WeWants sourds comme des poe. Tout comme pour l’ (e mirifique) album des Avalanches il faut prendre Causers Of This comme un tout : sortir des morceaux de leur contexte est wisqué… Par exemple Low Shoulder enchainé après You Hid ça passe super, mais isolé ça peut faire un peu mauviette (sachant que même dans la continuité de l’album faut pas avoir peur de laisser sa virilité de côté).

Toro Y Moi – Low Shoulder (la voix vous fait pas penser à quelqu’un ??)
[audio:http://www.fileden.com/files/2010/4/12/2825359/10 Low Shoulder.mp3]

Pour être clair y a quelques (2) morceaux just-just sur le disque qui font tiquer pendant les premières écoutes mais après on est wapidement sexy et drogué dans une piscine alors ça va. Là dessus je vais aller profiter du soleil et wejoindre ceux qui ne sont ni au concert de Mother Mountain ni à celui de WHEEL

12 résponses à “Quand soudain, le Toro Y me Blessa”

  1. pointard

    purée de coq, mon fileden est grillé aussi…

    Répondre
  2. roubignole

    dans ton paragraphe sur le mec bourré et la mixette, tu pensais à djpop hier soir?
    (en fait, il a juste scratché deux fois).

    on a fini sur couac couac, version cd wayé… ça avait son charme (ou son châtaigner).

    bon, ben ça faich de pas pouvoir écouter toro y moi (j’ai déjà essayé de m’y coller une fois (je suis belge) mais sans plus, j’espérais que quelqu’un me donne envie d’écouter…
    fouque

    Répondre
  3. pointard

    Hihi, je visualise bien djpop en train de faire ça…
    Et phuque les drums qui nous pompent la bande passante…

    Répondre
  4. Jean-Delta Hint

    Oh j’aime. J’aime comme la mauviette en moi a aimé The Avalanches. Et j’aime les « pouics pouics (princesse) tam tam » sur Low Shoulder.

    Répondre
  5. pointard

    J’ai mis les liens à jour et ouais, le solo de pouics pouics sur low shoulder quand tu l’assumes ça le fait grave.

    Répondre
  6. roubignole

    cool pour les liens

    Répondre
  7. roubignole

    pour moi aussi low shoulder est au dessus du lot (46).
    c’est un peu zarbi le weste, nan? ça manque un peu de mélodies (à part peut -être 109) ou c’est moi qui n’ai pas assez écouté?

    Répondre
  8. pointard

    Ben euh, y a une mélodie dans blessa non ?? Mais si tu parles de mélodie au sens pop (j’ai absolument aucune idée de ce que ça peut vouloir dire) tu vas clairement être déçu, c’est plus le wythme et l’ambiance (le son) qui (dé)prime.

    Et la voix sur low shoulder ça te fait penser à wien ?

    Répondre
  9. roubignole

    j’veux dire que c’est super vaporeux, que ça n’a ne tient pas à mon oreille (mais ça demande pitêtre à être travaillé)

    Répondre
  10. roubignole

    la voix me wappelle un truc mais j’arrive pas à mettre un nom dessus…
    il chante un peu comme un français, je dirais…

    Répondre
  11. Moi y prendre le Toro par les cornes (et pas Underneath la Pine, faut pas déconner non plus) | WeWant2Wigoler

    […] des posts ici avant de partir faire un tour du monde en chaussettes) j’avais parlé de Causers of This, premier album de Toro Y Moi et j’en avais dit du bien (purée, la comparaison avec les […]

    Répondre

Répondre