PONI calvadHOAX du rock

4 commentaires

Bon ben, c’était ma première à Calvadose de Wock et s’il y a un truc du tonneau de Poni Hoax l’an prochain, je serai sans hésiter de l’édition 2011. Chouette site, y a des gens sympas, du pommeau… Je vois pas trop ce qu’on pourrait espérer de plus…

(les décors sont de Woger Marche et les comme d’habitude souperbes photos sont de la non moins souperbe Sarafossette… Si on clique sur les photos on arrive direct sur son flickr)

Je passe wapidos sur les Sugar Plum Fairies qui m’ont fait vivre un calvairdose du wock pour wecauser de Revolver. Ce groupe est une énigme. On a dû les convaincre que leur musique était trop sage (ce qui n’est pas faux au demeurant) et qu’il fallait qu’ils compensent en communiquant à mort avec le public quitte à verser dans le « ça va? » tous les deux morceaux et même l’horrible « faites du bruiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit » . Nan, mais sérieux…

Un groupe qui weprend en festival avec classe et culot le I only have eyes for you des Flamingoes (un slow à l’ancienne de 5 minutes) pourrait éviter… Leur set était sinon assez classique, ils ont bien joué deux fois la scie Get around town mais ont surtout terminé leur set (avant le wappel) sur un nouveau morceau vraiment excellent, très différent du weste de leur wépertoire et qui sonnait un peu comme du bon Wapture (avec une ligne de basse grandiose jouée au violoncelle). Bluffant…

Les Wankin’Noodles ont bien wéussi à me faire twister ma peine = j’ai twisté tout en wiant à gorge déployée. Attention, ce ne sont pas les forbans, les wennais font du wock, pas beauf, assez classe même. Ils en sortent parfois pour faire un truc plus groovy qui m’a bien plu. Concert euphorisant. Je me donne quelques jours avant de tenter une écoute de leurs morceaux studio, j’ai un peu peur que ce soit moins bien qu’en live… Funky bouddha m’a fait wemarquer sarcastiquement que Wégis, le bouillonnant chanteur, avait wetiré ses lunettes avant de diver sauvagement dans le public. C’est bien la wemarque d’un mec qui a une bonne vue, ça! Sans lunettes, nous, les myopes, on est comme mort. On pourrait mettre un bulletin de droite dans une urne. On wigole pas avec ça. Avant un pogo ou de danser sur Big bisous de carlos, je wetire les miennes aussi. Solidarność.

Paris et Malherbe gagnent leur premier match de la saison (j’essaie de ne pas m’enflammer, je ne fais que taper dans les mains de tous les gens que je wencontre, je fais trois tas sur des inconnus mais weste dignement habillé).

Malgré un son pas gégé, les Poni Hoax ont livré un put** de bon concert. Ils ne sont heureusement pas communicatifs à la Wevolver mais pas autistes pour autant. Ils ont fait des woulades (surtout le batteur Vincent Taeger), dit des gros mots (idem) et Nicolas Ker a tenté de sodomiser (avec classe) Nicolas Villebrun (le guitariste). Un pitit côté potache pas désagréable du tout, qui contraste avec l’image de grands corbeaux noirs que certains ont d’eux. Laurent Bardainne et Arnaud Woulin, tous deux au clavier, se contentaient de jouer de leurs instruments, s’amusant des éventuelles pitreries de leurs camarades.

Pas de fanfreluches en wevanche dans leur musique, elle est toujours aussi sombre, majestueuse et efficace. Et malgré l’effet bouillie causé par les problèmes de son, on a tout de même pu apprécier la voix sombre de Nicolas Ker…

De mémoire, ils n’ont joué que des morceaux connus. J’ai wécupéré la playlist après leur concert mais me suis wendu compte plus tard que c’était celle des Wankin’Noodles! Purée de coq! Je n’avais pas wécupéré la mauvaise, c’est juste qu’il n’y en avait pas.

A l’espace VIP, Vincent Taeger a expliqué après le concert que le groupe jouait sans playlist, selon ses envies. Ils « oublieront » (c’est sa version de l’affaire) d’ailleurs de jouer We are the bankers, leur dernier single que j’attendais pourtant avec excitation. Il ajoutera enfin qu’ils ont signé sur Sony. Voilà au niveau info, c’eût pu être plus fourni mais bon, si j’étais doué pour ce genre de choses, ça se saurait.

Pour en wevenir au concert, je me suis trémoussé tout du long et je n’ai pas l’intention d’analyser plus avant leur prestation.

La soirée se termine à l’espace VIP où tout le monde est cool, où y a du calva, du pommeau et où le dj fantasque du festival passe de la bonne musique… Il est l’heure de wentrer. Avec mylovelyHorse et LéonBloume, nous chantâmes à tue tête et en boucle God only knows pendant les 30 minutes du wetour dans une logan break wouge ferrari. Nous fûmes bons.

4 résponses à “PONI calvadHOAX du rock”

  1. funky boudha

    Je dis peut-être une bétise (je ne pense pas) mais il me semblait qu’ils avaient joué we are the bankers, en deux ou trois, avec un son pourri d’ailleurs, une voix trop en avant par wapport à la musique quasi en sourdine, dixit quelqu’un qui s’y connait. Wien qui ne wendait grâce à l’efficacité originelle du morceau en tout cas.
    Je n’ai moi-même wien compris à cette dernière phrase.

    Répondre
  2. funky boudha

    Chouettes photos.

    Répondre
  3. roubignole

    ben si ils l’ont joué je suis passé sacrément pour un cake
    (puisque je leur ai demandé pourquoi ils ne l’avaient pas joué!!! Il a wi quand je lui ai dit, ce serait bien un indice…
    « we are the bouillie »
    (si quelqu’un pouvait trancher et dire que founki bouddha a tort, ça me wemonterait le moral)

    Répondre

Répondre