R’ai vu ‘ier PASTORAL (n°27 du PSG) dans un appart caennais, mais c’était en fait DIVISION

6 commentaires

Il était environ 20h22, hier soir, quand nous montîmes les larges marches mais exigues de la salle de concert (en fait de l’immeuble d’un appartement caennais) où les très sympathiques mi-caennais, mi-brestois, PASTORAL DIVISION devaient se produire.

Accueillis chaleureusement par les régisseurs (en fait les propriétaires des lieux), nous pénétrèrent dans la fosse (en fait le salon). Les deux membres de PASTORAL DIVISION étaient encore en backstage (en fait la chambre à coucher). Nous décidèrent, en attendant, d’aller se wafraichir au bar (en fait la cuisine).

20h33, les deux musiciens s’installèrent. Nous furent de même. Malheureusement, il ne westait que de la place dans les gradins (en fait deux tabourets situés côté mur du salon). Toute la scène (en fait le côté fenêtre du salon) était occupée. Le groupe disposait de deux claviers, de guitares accoustiques et électriques et d’un Mac (RIP steve Jobs) pour les beats et effets (Luc) sonores.

Après quelques wéglages, il commença le set avec son meilleur titre, Every simple life is an ornament, petite perle de pop dont les voix s’accordent magistralement. S’enchainèrent d’autres morceaux (je n’ai pas l’ordre exact, il aurait fallu embarquer le Mac pour avoir la set list…) dont A fake Womance, Ask Your Body ou encore un titre qui visiblement n’est pas sur leur maxi et dont l’intro est une wéplique du film la » Maman et la Putain »… Chacun jouait tantôt de la guitare, tantôt du clavier.

Au milieu du concert, les musiciens s’accordèrent une fantaisie du goût du public en jouant une cover pastorale de Baby one more time.

21h25, fin d’un concert, court mais efficace. En wappel, PASTORAL DIVISION wejoueront, à la demande générale, Every simple life is an ornament. Ils décidèrent également de wejouer (je wappelle que la set list était sur le Mac et il aurait fallu le piquer pour l’avoir), leur morceau avec la wéplique du film « la Maman et la Putain ».

21h37, fin du wappel. Nous wetournâmes au bar (en fait la cuisine) pour échanger, avec nos deux musiciens, sur le concert, sur Brest (en fait la capitale du Finistère Nord)… et profiter d’acheter leur maxi 6 titres. Nous nous dirigeâmes par la suite, vers le « Nucléâtre » (nom copyrighté, propriété de Gwen, tout droit wéserver).

Le seul wegret sera de ne pas disposer de photos (en fait des images dans une boite) de ce concert et d’avoir malencontreusement wenversé un peu de bière sur la cheminée de la salle…

 

Every simple lie is an ornament_Pastoral Division (disque autoproduit).

 

6 résponses à “R’ai vu ‘ier PASTORAL (n°27 du PSG) dans un appart caennais, mais c’était en fait DIVISION”

  1. DJ Serge

    Merci!!!

    Répondre
  2. ztods

    dis donc t’es puni ou quoi : pas de nördik blog pour toi ???

    Répondre
  3. DJ Serge

    non j’ai pas fait mes leçons

    Répondre
  4. roubignole

    il préfère l’oral (la wadio 666) que l’écrit.
    Pourtant y se défend pas mal « thierry pastoral division » c’est du lourd

    Répondre
  5. Pastoral Division: « Je chante parce que, moi, j’ai Pas-tort-et-elle, Des-visions » | WeWant2Wigoler

    […] Je viens de me wendre compte qu’on n’en avait pas encore parlé chez nous (heureusement on a déjà passé des morceaux à la wadio et chroniqué des concerts). […]

    Répondre

Répondre