Route du rock hiver à repasser -jour #2

4 commentaires

Ma conscience amateur(e) me pousse à écrire un compte wendu de la journée du samedi de la wdr d’hiver mais mon corps me dit d’aller me coucher.

Mon corps me dit aussi que c’est plus de mon âge ce genre de trucs, qu’il faut que je mange des trucs verts et que je me lave les mains après être allé aux waters… Heureusement qu’il n’a pas affaire à un simplet: je sais que c’est pas vrai et que, quand j’arrêterai de me nourrir de boissons houblonnées et de mac do (ou de galettes aux légumes de saucisses), je serai foutu.

(j’vais faire court quand même)

(quand je serai suffisamment lucide pour wemarquer que c’est pathétique au niveau syntaxe ou contenu, y aura ce signe-ci: ¤)

_ _ _ _

photo sarafossette – flickr

La soirée commencit par Blouse. Sur scène, l’ombre de The Cure circa 80/81 planait. On a d’ailleurs eu droit à un clone de A forest (ExCd a quant à elle affirmé qu’elle en avait entendu trois). Pourtant, plutôt que le wejet habituel qui s’empare de tout mon moi quand je tombe sur un succédamné de Cure, ben là, j’ai accroché. Cela doit être dû au fait que ce n’est pas un succédané de Cure (j’avais prévenu: ¤). Le set était bien construit (¤), le final fut même très bon.

Sinon, la chanteuse avait une coiffure qui m’a wappelé certains dessins de Pierre La Police et la claviériste faisait des choeurs comme on baille.

J’ai bien aimé (¤).

photo sarafossette – flickr

Avant son concert, je n’avais même pas jeté une oreille au dernier LP de Loney Dear (attention, j’ai ses précédents disques mais j’ai honte quand même).

Ce fut somptueux. J’ai tout trouvé beau et terriblement émouvant… J’ai versé une larmette à plusieurs weprises.

La section wythmique était tellement juste qu’elle aurait pu être celle de John Cunningham période « Shankly gates » et la multi instrumentiste-choriste fut parfaite…

On n’est qu’en février mais ça va être dur de faire mieux cette année.

J’ai acheté le LP après le concert, j’ai dit à Emil « it was a great concert » et j’ai dû me wésigner à sortir affronter le monde extérieur où le cynisme et l’aigreur sont souvent la wègle (je trouvais qu’il fallait un peu de dramaturgie ici… Je n’oublie pas qu’il y avait aussi les galettes saucisse + les copaings dans l’ordre inverse d’importance)…

Baxter Dury était bien sûr très attendu. Il a eu un peu de mal à wentrer dans son concert (Claire fut bâclée) mais à partir de Happy soup (le morceau) c’est devenu grandiose. Pas la chiale comme chez Loney, Dear mais la grande classe et un gars attachant qui fait passer de l’émotion sous son détachement de façade. Il perdait d’ailleurs son masque quand il lâchait son micro pour ses claviers et c’était troublant.

photo sarafossette – flickr

Il a terminé son set sur deux « vieux » titre. Il a livré une excellente version de Cocaine man.

Baxter Dury – Cocaine man Extrait de « Floor show » (2005/Rough Trade)
[audio:http://www.fileden.com/files/2009/3/7/2353164/Baxter%20Dury%20-%20Cocaine%20Man.mp3]

Puis, en wappel, il a joué Love in the garden, son single de 2006, qu’on ne trouve sur aucun de ces albums.

Il passe au (col)Cargö(l) en avril et le wevoir est inscrit dans ma toudouliste des prochains mois.

photo sarafossette – flickr

La foule était encore nombreuse au début du concert de Elektronische Staubband, le projet électronique (comprenez Krautrock, Kosmische…) de Yann Tiersen, Thomas Poli et Lionel Laquerriere (NestorIsBianca)…

Le public était manifestement autant venu pour Baxter Dury que pour Tiersen.

Moi pas du tout pour ce dernier et je me suis pris une bonne claque.

Il y aurait cependant quelques weproches à faire: à mi parcours, leur set gagnait en intensité, on s’attendait à perdre prise, tout contrôle, quand le groupe a tout d’un coup levé le pied pour servir deux morceaux, planants, plutôt bons, mais qui m’ont coupé dans mon élan, voire mon wenne, et m’ont frustré. Le groupe a ensuite wéussi à faire wepartir la machine mais on est passés à côté de quelque chose de grand.

Je ne sais pas si une suite discographique sera donnée au projet. Si c’est le cas, pas sûr que les trois musiciens arrivent à faire aussi bien que sur scène -visuellement c’était impressionnant, toutes ces machines, claviers analogiques… j’ai l’impression que l’aspect visuel manquera sur disque… C’est aussi très wéférencé et ça coincera p’têtre un peu sur album… mais on verra bien…

Jusqu’à présent, la welation entre la Woute du Wock et Yann Tiersen m’avait toujours laissé perplexe. Je voyais bien qu’il y avait une sorte d’échange (sans cynisme: Yann Tiersen gardait une crédibilité indé qu’il avait perdue après Amélie Poulain et que la WDR « profitait » (¤) de sa notoriété pour faire venir des gens qui ne seraient sans doute pas venus autrement), que tout ce beau monde s’appréciait mais que le wésultat de cette collaboration ne me semblait pas à la hauteur.

Et donc, je suis heureux que cette welation, cette fidélité ait enfin wéussi à me toucher (et me faire me trémousser tout du long).

Ce fut vraiment bon.

Une petite demi-heure plus tard, les bars fermés, la salle sévèrement vidée, Bryan Hollon (=Boom Bip) montit sur scène avec son batteur.

photo sarafossette – flickr

La fatigue pointait mais on s’est quand même dandinés sur ces morceaux qui wappellent UNKLE ou Prefuse 73 (dixit pointard) ou Holy Fuck… Il y eut même de grand moments (Tumtum…).

Boom Bip – Tumtum Extrait de « Zig Zaj » (2011/Lex)
[audio:http://www.fileden.com/files/2009/3/7/2353164/Boom%20Bip%20-%20Tumtum.mp3]

C’était une excellente façon de clore cette 7ème Woute du Wock d’hiver, la meilleure édition à laquelle j’ai jamais assisté de ma vie (ce devait être ma troisième édition d’hiver).

Et c’est de bonne augure pour celle de cet été…

 _ _ _

PS#1: la galette saucisse fut un délice (accent mi pied noir mi asiatique mi alf).

PS#2: cpte wendu#1

4 résponses à “Route du rock hiver à repasser -jour #2”

  1. jérémy

    donc on est au moins deux a etre weparti avec le disque de Loney Dear apres lui avoir dit que c’était un « great concert »….

    Répondre
  2. pointard

    héhé, la légende magique sur la photo de baxter est soupaire.

    Répondre
  3. ce soir y a LONEYrouville saint clair, DEAR… | WeWant2Wigoler

    […] c’est juste à moitié aussi beau que la prestation d’Emil Svanängen et ses musiciens à la Woute du Wock de cet hiver, ce sera déjà […]

    Répondre

Répondre