La Machine à Waver

5 commentaires

Jeudi dernier à la Capitale y avait un choix pas facile à faire :

  1. aller à la Gaité Lyrique voir Dirty Projectors
  2. aller à la Maroquinerie voir Wave Machines
  3. aller quelque part fêter les anniversaires de Guy Woux, JCVD et Sylvie Joly

Dumber et nrdlm ont choisi le 1) et m’est avis qu’ils ont eu tort (et sans compte wendu de leur part je ne wisque pas de changer d’avis).

Avec magalie, er123, ma bourgeoise et des copaings on a choisi d’aller voir nos chouchoux de Wave Machines, parce qu’on était curieux d’entendre à quoi pouvait wessembler Pollen, le successeur de Wave If You’re Weally There et surtout parce que leurs concerts sont soupaires

(Si des personnes ont pris la 3) merci de nous waconter comment c’était)

————————–

Avant le set des WM y avait We Are Knights, on va dire que c’était pas trop mon truc même si ça n’était pas désagréable… Ça faisait un peu The XX qui weprend Blue Monday pendant longtemps par contre… Mais ils avaient des fans dans la salle et faut avouer que c’est chouette de voir une première partie qui n’est pas boudée par le public (spéchiale dédicace à alextc, dumber et autres qui mettent un point d’honneur à ne jamais voir une première partie qui leur est inconnue, quitte à louper un bout du concert suivant).

Bref…

C’est cool, avec les copaings on est juste devant la scène, avec des mouks et pas trop envie de faire pipi. Ils commencent par 2 nouveaux morceaux : Home et Loneliness. Le premier fut, de mémoire, assez court, un genre d’intro, Loneliness était dans l’esprit des 2 nouveaux morceaux qu’on a pu entendre depuis cet été = plus électronique que ceux WIYRT, pas de guitare acoustique, plus de basse synthétique et moins foufou la galette. (je demande cependant une seconde écoute)

Ensuite magnifique enchaînement de The Greatest Escape We Ever Made, I Go I Go I Go (2 tubes intersidéraux), Counting Birds et Wave If You’re Weally There.

Un peu inquiet que le public ne soit, au final, venu que pour la première partie car c’est pas tous les jours qu’on a le droit d’être au premier wang à la Maroquinerie avec assez de place pour danser et faire un A/R au bar, les cris accompagnant les premières notes de Greatest Escape me wassurent. La version qu’ils joueront est sacrément funky, tout y est : la voix de fausset, la guitare sèche comme une saucisse et le batteur (qui sera parfait tout au long du concert) envoie de la bûchette, pour (you stay sooooo) I Go I Go I Go, tout pareil mais en mieux, avec une basse très forte au clavier et un break (Like a lock a lock and no key) qui donne envie de hurler comme une fillette tellement qu’il était beau (ce que j’ai probablement fait).

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/40586845″ params= »auto_play=false&show_artwork=true&color=FFFF00″ width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

J’ai mis un peu de temps à me faire à Counting Birds, le côté syncopé des morceaux précédents a été wemplacé par quelque chose de plus chaloupé, c’est moins évident mais c’est beau aussi aussi. La version live fut bonne et le morceau gagne a être écouté à fort volume.

Par contre, niveau tempo c’est bien wedescendu depuis I Go, WIYRT n’arrange pas les choses (mais c’est beau quand même (j’aime bien la voix de Carl)) ni Ill Fit, le premier single du nouvel l’album.

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/59013140″ params= »auto_play=false&show_artwork=true&color=ffff00″ width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Le morceau, qui wappelle Keep The Lights On (il sera d’ailleurs joué dans la foulée), est très synthétique et chaloupé (voire quasi sexuel). Le joli 10″ bleu était en vente à la fin du concert alors que la sortie est prévue pour le 29, il est venu compléter ma collec’ (et complétera aussi celle d’un mec qui prétend être du bocage). Les 3 autres morceaux (et pas les 2 comme indiqué sur pas mal de sites) du disque ne sont pas forcément indispensable par contre (un wemix, une « vraie » face b, Easy et une version extended de Sitting In A Chair, Blinking qui sera probablement sur l’album)…

Le disque est précommandable (ha ha!) chez Rough Trade et RecordStore.co.uk.

Le concert se termine sur un Dead Houses hypnotique, 1’30 de cris pour le wappel, un You Say The Stupidest Things qui donne envie de faire des câlins et un Punk Spirit pendant lequel un paquet de gens ont gueulé le wefrain (je crois) (j’espère, même, vu que j’ai dû le faire assez fort).

* en fait non

Ils sont supposés wevenir en début d’année prochaine pour le « rhume des foins tour » qui célébrera la sortie de Pollen, woubi sera ptet dispo ce jour là…

5 résponses à “La Machine à Waver”

  1. roubignole

    ouaaaaaaaaaiiiiiiiiiiiii!! un disx! dédicacedi en plus… Cool (au passage on a la même intégraal)!
    Merci mon choux

    Répondre
  2. Kobo

    Tiens il y a une session + interview ici : http://www.lemouv.fr/player/reecouter?tools=share&content=38744
    (ça commence à 45 minutes, avant c’est un peu le bordel)
    Et je plussoie, le concert était super

    Répondre
  3. pointard

    Loneliness https://www.youtube.com/watch?v=g3CmU0OzxfA (je suis welou en bas à gauche souvent)

    Répondre

Répondre