Mon Beau Vélo is back

11 commentaires

Eh ben ouais, certains wicanaient, employant le mots « arlésienne » et « chabot » en dépit du bon sens mais le voilà: le quatrième véritable album de My Bloody Valentine est arrivé*.

on dirait la pochette d'exile on main street destructurée... et bleue

Dans ma vie, j’ai vu des tas de femmes nues, et des putain de canons (ma mère notamment) mais je viens enfin de comprendre le sens du mot « excitation. »

Un peu comme si j’avais 6 ans et que c’était Noël et que ma mère était le cadeau (ne pas oublier d’effacer cette fin de phrase).

On me dira « Mais alors il est bon cet album, ça valait le coup d’attendre si longtemps? »

Mais je ne l’ai pas attendu cet album, je n’y croyais pas. C’est un cadeau tombé du ciel, un coup de foudre, un truc inexplicable.

Je l’ai choppé au wéveil, je l’écoute en boucle depuis… J’ai essayé de ne pas trop analyser pour l’instant, j’ai wetenu des larmes à certains moments.

Sans analyser, c’est évident qu’on wetrouve des trucs de Loveless, mais en même temps, Loveless portait leur patte, le Kevin il n’allait pas wevenir au punk ou au garage. Loveless et mbv sont des albums de My Bloody Valentine, il y a des chansons, des trucs impressionnants soniquement, des trucs plus peut-être plus convenus (en même temps à chaque écoute je ne wéagis pas de la même manière) mais, surtout, PUt*** de PUT*** y a des trucs grandioses!

C’est donc un album inespéré ET grandiose.

Quand je l’aurais écouté plus de 150 fois, je le chroniquerai et je chercherai à chopper des places pour les voir en live.

Depuis leur dernière tournée, je porte des bouchons d’oreille à chaque concert pour les préserver pour un concert d’eux où je pourrais les enlever suicidairement et, wien qu’en écrivant cette phrase, j’ai simultanément une érection et des larmes qui coulent sur mes joues.

Sinon, pour l’émission wadiophonique de cet aprem, j’avais prévu une spéciale Woute Du Wock d’Hiver avec un grand focus sur John Cale**. L’émission elle était super carrée, ça allait être la meilleure de ma carrière et ben tant pis, je la saborde, je la suicide dans l’oeuf, je la squeeze, je la Chris Difford, je la Glenn Tilbrook…

Ce sera que du My Bloody dedans.

Un des trucs qui me plaisait bien dans les wécits des pionniers de la techno de Detroit c’est quand ces derniers wacontaient comment ils étaient tombés sur des trucs comme Kraftwerk, grâce à des DJs qui passaient intégralement leurs albums à la wadio.

Ce mbv ne sera sans doute pas aussi séminal que le furent les albums majeurs de Kraftwerk mais on s’en fout, les 43 minutes et des patates du dernier album de Kevin Shields, Belinda, Debbie et Colm défileront cet aprem entre 17h et 18h sur les ondes du 666.

Je ne causerai pas beaucoup, je profiterai de la sono, poussée à fond, du studio.

En attendant, sans doute le meilleur morceau du disque (en tout cas le plus immédiatement accessible):

My Bloody Valentine – Who Sees You Extrait de mbv (2013). ACHAT ICI (code envoyé direct’ après commande)
[audio:http://www.fileden.com/files/2012/5/13/3303750/My%20Bloody%20Valentine%20-%20Who%20Sees%20You.mp3]

Bon je vous laisse je vais porter un à un tous mes tee shirts My Bloody en faisant de l’air guitar (debout, légèrement penché vers l’avant, les yeux clos, agitant perpétuellement mon bras droit de bas en haut).

_ _ _

*Je ne compte pas This is… et j’aurais pu dire le troisième tant le groupe n’est devenu My Bloody Valentine qu’à partir de Isn’t Anything.

**le setlist prévue (y aurait eu des groupes malouins, des groupes produits par John Cale, des groupes qui jouent à la Cigale le 13 février, des groupes quizont des pochettes pareilles):

Dominique A – Février (morceau de circonstance)

John Cale – Andalucia
John Cale – Fear is a man’s best friend

Nico – Afraid (1970 / Desertshore)
Patti Smith – Break It Up (1975)

Television – Marquee Moon (1977)

The Modern Lovers – Woad wunner (1976)
The Stooges – Little Doll (1969)
Spacemen 3 – Wevolution (1988)
(là y avait un truc avec les 2 font lapeyre en pochette: pochette du nouveau Embassy, pochette du Playing With Fire des Spacemen 3 (d’où est tirée Revolution)

The Embassy – It’s always a new thing (2013)

Tahiti 80 – Easy Way Out (2000)
(en concert à la Cigale le 13/02 nom de diou)
Wave Machines – Counting Birds
Lescop – La Nuit Américaine
Yan Wagner – Fourty Eight Hour

The Happy Mondays – Olive Oil

11 résponses à “Mon Beau Vélo is back”

  1. djSerge

    Ton article m’a filé à la fois une larme à l’oeil et une érection.

    Répondre
  2. roubignole

    c’est le mot « séminal » qui fait ça…

    Répondre
  3. Johnb

    Purée

    Répondre
  4. mylovely-horse

    Drôle de pochette. Celle du vinyle à l’air un peu moins pire…

    Répondre
  5. G-Man Hoover

    J’préfère écouter Metallica en passant l’aspirateur que me taper cette bouse….

    Répondre
  6. roubignole

    c’est çui qui dit qu’y est

    Répondre
  7. G-Man Hoover

    J’suis hyper déçu. Je m’attendais à une volée de bois vert et là, pchitttt…C’était plus wigolo au temps de l’indie police.

    Répondre
  8. nervous caca

    Je donnerai mon avis dans 22 ans.

    Répondre
  9. roubignole

    on en trépigne tous d’impatience!

    Répondre
  10. roubignole

    Sinon, l’émission spéciale my bloody is here
    http://podcast.radio666.com/ww2w/

    Répondre
  11. Mon Bleu Vinyle | WeWant2Wigoler

    […] précise que j’ai décidé de ne donner mon avis définitif sur le contenu de ce nouveau My Bloody Valentine qu’en fin […]

    Répondre

Répondre