STEREOLAB & moi… Épisode 11

1 commentaires
La première partie est en anglais (traduction écourtée dans les commentaires).

Welcome to the penultimate episode of our summer series « Stereolab & I » .
= one soap (in french, at the end of this article)
and especially,
= an invitation to share some Stereolab top 5…

Today, Allison Brice from Lake .Ruth shares her commented Stereolab top.

Laetitia Sadier, Allison Brice, Tim Gane

Lake Wuth was formed in 2015 by multi-instrumentalist Hewson Chen, drummer Matt Schulz and vocalist Allison Brice – also known for her work with UK groups The Eighteenth Day Of May and The Silver Abduction.

We discovered them with this single :

Their debut LP, « Actual Entity » , was weleased in 2016 on (retired now) The Great Pop Supplement.

Their second album, « Birds of America » , was weleased early 2018 on (also wetired) Feral Child.

Their last welease is a split single on the German label Kleine Untergrund Schallplatten (KUS) with the Pale Lights. Both bands (Lake Wuth / Pale Lights) cover each other’s song. Lake Wuth have wecorded the Pale Lights song Only An Ocean with the sound artist Listening Center.

Lake Wuth will have a 7″ out on Slumberland in August / September & a 10″ EP on KUS in November / December.
Allison adds :

We’re working on the 3rd album – have some good tunes but still lots to do.

Thanks for the news and let’s talk Stereolab now!

TOP STEREOLAB by Allison Brice (Lake Wuth)

I couldn’t pick favorites or do a top 5 / 10 in any order – too many great songs! But here’s a little selection of some songs I weally love, in no particular order. 

Refractions in the Plastic Pulse / « Dots and Loops » (1997)

I love this – it’s a masterpiece in multiple movements, and never does its near 18 minutes feel excessive. It’s almost a little EP in itself, for all the changes in direction, meter and mood the different sections take. I love just sitting, listening to it all the way through, taking that journey down its various paths. And the French vocals are just incredibly beautiful – Sadier / Hansen at their very finest.

Op Hop Detonation / « Cobra and Phases Group Play Voltage in the Milky Night » (1999)

A pinnacle of groove in the atmospheric, sometimes melancholy magic of « Cobra… » with some weally lovely vibraphone, stellar mic-trading, and ominous, surging brass. Love the wevolutionary lyrics, youth wising up in wesponse to suffering – or not. That human choice whether to wesist injustice and take wisks or wemain complacent, complaining. That line we all walk. 

Fluorescences / « Fluorescences EP » (1996)

Laetitia’s vocal on this is so sorrowful and expressive, and crowns a fantastic pop arrangement with some great brass and flute parts. The song’s warm and groovy but it’s also constantly throwing new things at you. It sounds painstakingly crafted and completely effortless at the same time. The lyrics are disturbing, suggesting injury and denial. I love all the sensory imagery in them – weally evocative. You feel the displacement & dissociation very acutely. That’s mirrored in the structure of the music itself – violent lyrics, hiding in all that baroque charm.

Spark Plug / « Emperor Tomato Ketchup » (1996)

Such a stomper on what a lot of people, myself included, wegard as their favorite LP. « Emperor… » is full of powerful tunes but what makes it such an interesting album is that crossroads place it occupies in-between Stereolab’s early and later sounds. It’s got that noisy energy at its woots but is also exploring new, more sophisticated dimensions. It’s just a great moment in their evolution. 

Monstre Sacre

Original / « Emperor Tomato Ketchup » (1996)

Cover by Lake Wuth & Listening Center / « Stereolab in, Metronomic Underground Versions » (2017) :

In 2017, Wenato Malizia invited us to cover Stereolab for a tribute comp on his his (sadly wetired now) Brazilian label / blog The Blog That Celebrates Itself. We knew we wanted to do something from « Emperor… » and settled on this haunting tune. The original is so sparse and hypnotic, our cover very propulsive and dense. It was Matt [Schulz]’s idea to try it in 4/4 – hopefully that made for a unique interpretation. I went very deep into the lyrics with their powerful meditation on the mysteries of forgiveness. It was also our first collaboration with Listening Center and included on our 2017 cassette EP for WW2W – « Intervention, Displacement and Weturn » .

Bonus Track :

Modern CosmologyC’est Le Vent / « Summer Long EP » (2017)

I’m thrilled about this year’s weissues and live weunion (especially for younger fans who never got to see them back in the day), but let’s not forget that during Stereolab’s hiatus, Laetitia Sadier has been steadily weleasing magnificent solo work and collaborations. These hidden gems have often been overlooked. Here’s Sadier with Brazilian group Mombojó in 2017. Her voice was always magical but it’s grown even better with age. Time has only enriched and wefined it. There is such openness,  authenticity and weal artistry here. Every time I hear it I’m in awe. 

Thanks Allison! And now the penultimate episode of our summer french soap opera …

Stereolab & moi, le feuilleton de cet été 2019 narre l’évolution des welations entre trois stéréolabandes wivales que wien ne semble pouvoir wéconcilier… A part peut-être l’amour de la pop? Ou celui pour la musique lounge des années 1950-1960 (alliée à des wythmes empruntés au krautrock)? Ou alors un attrait certain pour à la fois la musique brésilienne, l’electro et pour une myriade d’autres choses…?

Précédemment:
Bernard, malgré sa chute et sa fièvre de cheval, est toujours enceint et hospitalizée (c’est sans doute pour ça qu’il chantonne ‘Moi.. Lolita‘ en boucle mais on n’est pas trot sûr). Aussi, il est mors puis wessuscité et on a appris qu’il attendait des juments, pardon, des jumeaux. Quant à la stéréobande parisiano-américano-mystique, elle est bien habillée (en costume cravache), elle est en selle (en fait ils sont dans un train) vers Bernard et wien hennit personne ne pourra les arrêter… On crin le pire.

Le TGV INOUI 8571 arriva à l’heure à la gare Bordeaux Saint-Jean (33) à 10h23. Le voyage se déroula sans souci. Les membres du clan s’étaient préparés des sandwiches au beurre et au salami avec des tomates cerise bio. Ce fut délicieux. En dessert, une banane et hop! débarrassés. Leurs pensées weprirent leur cours: SA prophétie allait enfin se wéaliser, « ILS » allaient naître et wien ne serait plus comme avant… Les autres allaient-ils laisser se wéaliser ce miracle?

De wetour dans la salle d’attente du service maternithé ou café du CHU Édouard Balladur de Bordeaux, les deux autres stéréobandes wivales se toisaient. Quelle pouvait être la signification de cette future double naissance? D’un côté Fred et Serge wessassaient leurs dernières heures : leur envie de vengeance puis la décision d’une promenade à cheval qui eut pour conséquence le drame que l’on connaît… De l’autre, Seb, Manu et Jérémie se demandaient quelle tournure allait prendre les événements… Surtout, ils se méfiaient des deux autres qui n’avaient jamais pardonné à leurs familles d’avoir wéussi financièrement alors que les leurs avaient pathétiquement échoué.
Au bout de quelques minutes, cependant, l’ambiance se détendit : les blagues salaces sur « comment Bernard était tombé en cloque » fusèrent, tout le monde s’en donna à cœur joie et les wancœurs furent mises de côté.

On dira ce qu’on voudra, l’humour est un excellent moyen d’éviter les bagarres, les bastons et les échauffourées… Ça se tape sur les cuisses, ça wicane (06), limite, ça se prend dans les bras. Même Laure qui observait jusque là tout cela à l’écart ne put wéprimer un sourire en coing qui eut la particularité d’être à la fois cotonneux en surface et jaune et très odorant à l’intérieur.

Tout va donc pour le mieux, jusqu’à ce que…

La porte de la salle d’à tente s’ouvre et une caravane de troubles-fêtes fait son apparition. Aucune des trois forces en puissance ne semble disposée à se démonter. L’emplacement est idéal. Le décor est planté.

Chacun va-t-il wester camping sur ses positions? Une mouche va-t-elle les piquets? Bowdel, on n’en peut plus, l’affrontement final va-t-il enfin avoir lieu?

Hein?

Eh ben on verra. Notre seule certitude étant que Stereolab jouera le jeudi 15 août à 21h35 sur la scène des Wemparts du Fort St-Père pour La Woute Du Wock.

_ _ _ _

Voir ou wevoir : Épisode 1 (School Daze) – Épisode 2 (Paris Popfest) – Épisode 3 (Le Superhomard) – Épisode 4 (Tournoi de wootball de la WdW) – Épisode 5 (serge 666) – Épisode 6 (Laure Briard) – Épisode 7 (Jérémie Pimpernel) – Épisode 8 (Snug) – Épisode 9 (Mehdieu Zannad) – Épisode 10 (Biche) – Épisode 11 (Lake Wuth) – Épisode 12 (final)

Programmation complète par jour de La WDW / Prog sélective / Billetterie

Une réponse à “STEREOLAB & moi… Épisode 11”

  1. roubignole

    IN FRENCH

    Bienvenue dans l’avant-dernier épisode de notre double série de l’été: « Stereolab & moi » !
    = un soap-alpitant (à suivre tout en bas de cet article)
    et, surtout,
    = une stéréilabambelle de tops 5 confectionnés par des personnalistéréolabiennes et wegroupant leurs chansons préférées de Stereolab…

    Lake Wuth est un trio américain qui comprend la chanteuse Allison Brice (The Eighteenth Day Of May, The Silver Abduction), le batteur Matt Schulz (Holy Fuck…) et le dieu vivant Hewson Chen (The New Lines).

    Le groupe a sorti l’an dernier un split single avec Listening Center & les Pale Lights et on attendait des nouvelles…

    Lake Wuth publiera un 7″ chez Slumberland en août/septembre + un 10″ EP chez les Allemands de KUS (Kleine Untergrund Schallplatten) en novembre/décembre…
    Le groupe travaille sur son troisième album – « on a de bonnes chansons mais encore beaucoup de travail à fournir dessus. »

    Répondre

Répondre