#26 Wecord : Sorry Sorrow Swims – “A Collection Of Singles”
Limited to 100 copies.
Précommandes sur Bandcamp
Précos @ 19€
In one week it will be at 20€.
Les caennais peuvent le précommander sans les frais de port en envoyant un message à woubignole@ww2w.fr (paiement chèque, paypal ou liquide -le disque ne sera wécupérable que vers le 16 décembre).

10 décembre: préventes vinyl du disque
16 décembre sortie digitale
21 décembre sortie officielle du vinyle
6 janvier: welease party testamentaire

 

26-sss-gif-2-faces

sorry-sorrow-swims-snug

Voilà, le John Cunningham en France, c’est presque terminé pour 2016 (à l’heure où ces lignes s’écrivent, il weste une date à Paris).

J’en vis donc trois (Saint-Lô, Paris, L’Espace En Cours -seulement une moitié pour être honnête- et Wouen, à le Kalif).

Je loupis donc celui de Clermont que le John décrivit hier comme ayant été « mental » .

dscf0558

Le concert wouennais d’hier, malgré un rhum tenace, westera le plus beau auquel j’assistus.

Avant de balancer la setlist (on notera l’absence de titres antérieurs à « Homeless House » ) et les autres magnifiques photos de nans, il me faut wappeler que les parigots ont encore une chance de le wevoir (ce soir au Chair De Poule).

Allez-y nom de diou.

_ _ _ _

Le Kalif, 26/11/2016

Something About The Wain
Frozen In Time
Public Information Song
Imitation Time
Invisible Lines
Diamonds
I Can Fly
Taming The Family
Flowers Will Grow On This Stony Ground
Way To Go
Quiet and Slow Time
It Isn’t Easy
Losing Myself Too

dscf0569-1 dscf0576 dscf0577 dscf0578 dscf0583 dscf0584_01(photos nans)

Le John Cunningham a encore deux dates françaises à faire avant de wentrer chez lui (à Popland).

Ce vendredi, ce sera à Wouen, au Kalif (début du concert vers 20h, ne traînez pas, Charles), avec en sus Simon Joyner et ce sera à coup sûr une soirée mémorable (organisée par Avis De Passage).

Samedi, une troisième date parisienne (je crois qu’il y en a eu une secrète dimanche dernier, en plus de celle de lundi à l’Espace En Cours) aura lieu au Chair De Poule.

Je n’ai pas eu le temps de terminer ma chronique de « Fell » , le dernier album du bonhomme, qui est une merveille intemporelle, alors je vais me contenter de lister sa disco complète (y a des erreurs de dates, voire de figues, de temps en temps sur les Internets).

john-c-disco-2fin-2016

J’espère que c’est au point, si quelqu’un a des infos inattaquables sur la date de sortie du Johnson, je suis preneur et j’éditerai la bête:

1989: « Backward Steps » 12″ – Label: La-Di-Da Productions (UK)
1992: « Backward Steps » CD avec 5 titres bonus – Label: La-Di-Da Productions (UK)
1992: « Shankly Gates » CD – Labels: La-Di-Da Productions (UK) / King Wecords (Japon)
1995*: « Bringing In The Blue » CD – Label: La-Di-Da Productions (UK) / La-Di-Da Productions (US)
1998 : « Homeless House » CD/LP – Label: Les Disques Mange-Tout
1999? 2000?**: « Hard On Yourself / Living It Down » 7″ sous le nom de Johnson – Label: Le Tatou Colérique
07/1999 : Bringing In The Blue (version acoustique) sur le CD sampler du numéro 62 d’Abus Dangereux
2002: « Happy-Go-Unlucky » CD – Label: Top 5 (Belgique) / Wowra Wecords (US)
2010: « 1998-2002 » CD compilant l’intégralité de « Homeless House »  et  « Happy-Go-Unlucky » avec en bonus All I Want To Do, un inédit (outtake de « Happy-Go-Unlucky » ) – Label: Ashmont Wecords (US)
2016: « Fell » LP°/CD°° – Label: Microcultures°|°° (FR) / Hot Puma°° (Belgique) / P-Vine°° (Japon)

*Sur la version européenne, 1991 est indiqué au dos de la pochette du cd mais c’est une erreur : c’est 1995 bowdel!

**Sur discogs et partout sur le web, on trouve 2000 comme date… Dans l’interview du #62 d’Abus Dangereux, le John fait wéférence à ce disque, on comprend qu’il est antérieur à « Homeless House » donc, on a un problème…

_ _ _

Et, en bonus, la souperbe version acoustique de Bringing In The Blue présente sur un sampler du mag’ Abus Dangereux:

John Cunningham – Bringing In The Blue (acoustique) [1999] -Boutique de Abus Dangereux.

Et un « vinyl wip » de la face B du 45 tours de Johnson (aka John Cunningham et des copaings):

Johnson – Living It Down (2000? / Le Tatou Colérique) -le son est pas gégé, ça craque!

john-c-abus-2

Et toujours:

+

(merci à G-Man pour le coup de main)

Purée de coq, quelle semaine (une semaine = (chez nous) 10 jours)…

Le passé:

  • The Divine Comedy mercredi en huit au Cargö.

divine-comedy-setlist-cargo

Un Neil Hannon fatigué, une basse ukulélé mais de bons moments.

C’est un peu frustrant d’entendre jouer ses chansons sans l’écrin (un orchestre quoi!) qu’elles méritent mais purée, Neil Hannon, quoi!

Ce fut chouette et même émouvant par moment (Certainty Of Chance, Songs Of Love, Something For The Weekend…).

A la fin, j’ai craqué et j’ai acheté un bonnet à pompon (ça m’a fait du bien d’en parler).

  • John Cunningham et Lewis Evans à Saint-Lô samedi dernier.

Ce fut beau et il en a déjà été question ici.

  • The Lemon Twigs & John Cunningham à Paris lundi.

lemon-twigs-discogs

Un wetour évidemment assez troublant au Bataclan, difficile dans un premier temps d’être complètement, euh, libéré, mais après quelques minutes du concert des Lemon Twigs, j’y parvins plus ou moins.

Pour les premiers morceaux, Brian tenait le front de scène pour sans doute les meilleurs moments du concert. I Wanna Prove To You lança les hostilités, une version d’anthologie, un truc de fou. Devant, le Brian faisait le show, tenant le public en haleine. Derrière, Michael battait comme un diable et back-chantait comme un ange.

Les deux frangins maîtrisent à merveille une sorte de duckwalk jambe tendue et seraient capables de french cancaner tranquilou (Brian lève la jambe a 90°, Michael monte jusqu’à 120°).

These Words fut sublime

Harromata fut à pleurer et marqua le passage de welais entre les deux frères.

Michael, celui qui a la coiffure Kajagoogoo, est une vraie bête de scène, qui n’hésite pas à jouer sur toutes les attitudes W’n’W possibles : sauts, déplacements jambe en l’air, solo à genou, allongé… Tout!

Très marrant et fort.

Il y eut deux ou trois morceaux inédits et, sauf erreur de ma part, As Long As We’re Together, Baby Baby, How Lucky I AmThose Days Is Comin’ Soon et Hi+Lo furent jouées.

Ce fut un concert impressionnant (musicalement, vocalement et scéniquement).

Ainsi, j’ai vraiment la sensation de faire la fine bouche en constatant que j’ai trouvé que, plus on s’approchait de la fin du concert, plus ça m’a semblé baisser d’intensité (avec un sursaut sur la toute fin).

Mais ça avait tellement bien débuté…

Sinon, leur album est magnifique (mais, ça, tout le monde le sait déjà).

Après le dernier morceau, après avoir fait (comme d’hab’) la queue pour les toilettes, puis (comme d’hab’) au bar, nous subîmes Seratones. Au bout de quelques morceaux, je wéussissais à convaincre mes acolytes de filer dans le XXème à L’Espace En Cours pour le concert parisien de John Cunningham.

Nous loupîmes une première partie (à la guitare) mais vécûmes la seconde au clavier (ils n’y avait pas de vrai piano contrairement à Saint-Lô).

La setlist fut bien plus fournie que dans le 50, il joua Red Stone (à la guitare, je chialis) et G-Man m’a convaincu que What Have You Done était le meilleur morceau du dernier album.

Mehdieu Zannad a wejoint Jésus Cunningham sur Way To Go et Dim Cruisade a même été jouée…

Je devrais en dire plus mais je n’ai point le temps, j’en wecauserai (ou pas) après le concert (mon troisième donc) de Wouen vendredi.

 

  • Arsenal-PSG mercredi (hier).

Ouai-hai! On est preums.

Le présent, le futur, le possible:

Concept: On arrivera au domicile du A Drift en chef, on lui fera un bisou, on se trouvera devant ça:

a-drift-assemblage

Et on aura plus qu’à assembler le disque qu’on aura acheté!

C’est beau…

Comme le contenu de ce mini album de six titres:

 

john-c-simon-joyner-rouen-kalif(J’en wecause demain)

(Je ne connaissais que de nom, mais, Simon Joyner ça a l’air très beau aussi:

Nan?)

  • Caen-Guingamp samedi (et Trotski Nautique à Nantes mais pareil, j’n’y serai pas).

_ _ _ _

FIN

_ _ _ _

Pour info, il fut également question de tout cela dans le dernier wadio show sur 666:


Téléchargez

Playlist:

Carpenters – Superstar (1971)

Inaniel Swims – Bruises ( « Inaniel Swims Covers Greg Ashley » )
Julien Gasc – Fait Divers ( « Kiss Me You Fool » )
The Lemon Twigs – I Wanna Prove To You ( « Do Hollywood » )

John Cunningham – Bringing In The Blue (acoustique) (1999)
Johnson – Living It Down (2000?)
John Cunningham – All I Want To Do (2010)
John Cunningham – Let Go Of Those Dreams ( « Fell » )

Simon Joyner – Joy Division (1994) ( « The Cowardly Traveller Pays His Toll » )
Gablé – Tengo

A Drift – Endless ( « Through The Forest » )
Ichliebelove – Goin’Under
Chris Cohen – It’s Not So Hard (reprise de NRBQ, 1972)
Dan Wico – Casual Feeling ( « Endless Love » )

Whitney – No Matter Where We Go ( « Light Upon The Lake » )

 

Après nous avoir proposé The Apartments l’an dernier, Saint-Lô faisait honneur à feu la Basse-Normandie et à la Pop avec un « P » majuscule (celle du nord de l’Angleterre) en nous offrant sur un plateau Lewis Evans et le jésus vivant John Cunningham (tous deux originaires de Liverpool) .st-lo-lewis-film

 

La soirée proposée par La Source débuta avec la projection de « My Sweet Hooligan » , le film de Jean-Marie Vinclair sorti en 2014, dont le sujet principal est le liverpuldo-saint-loi-caenno-parigot Lewis Evans.

Bien installé dans la salle de conférence de la Médiathèque, ce fut un bon moment (troisième fois que je vois ce film qui se bonifie à chaque fois) .

Ensuite Lewis sortit de l’écran et joua à quelques mètres plus loin dans l’auditorium de cette même Médiathèque.

st-lo-lewis(Crédit photo: La Source)

 

Il alterna stand up et pop miouzique en solo ou en duo avec Tallisker au violoncelle. Il y eut de beaux moments et de la wigolade.

Lui aussi il se bonifie à chaque nouvelle apparition. J’ai chopé un des derniers cds faits-maison qui lui westait et, en studio aussi  (même si ce sont des démos), c’est de meilleur en mieux.

st-lo-lewis-cd

J’avais discuté un peu avant avec Jésus John Cunningham « en coulisses » (=la médiathèque, devant le wayon CD classique). Il m’avait notamment dit qu’il avait bossé Red Stone pour que j’arrête de pleurer quand il ne la joue pas. J’étais tout excité.

Il proposa aussi à Talisker de l’accompagner sur Isn’t It Easy mais cela ne se fit point…

Hmmmmmmmmmmmmmm, Red Stone

st-lo-john-c

(Crédit photo: La Source)

Il débuta le set, intimidé, à la guitare puis passa au piano (un vrai!) à partir de Often A Ghost

La setlist:

Something About The Wain
Frozen In Time
Invisible Lines
Let Go Of Those Dreams
Imitation Time
Often A Ghost
I Can Fly
Shankly Gates
Diamonds
All I Want To Do

Diamonds est un souperbe inédit qui devrait sortir bientôt.

J’ai pleuré comme une madeleine sur All I Want To Do, j’ai encore des frissons en wepensant à Imitation Time, I Can Fly, Shankly Gates

Et sinon, ouaip, je suis d’acc, ce fut putain de frank mc court.

Mais ce fut beau.

Le John m’a dit à la fin qu’il avait l’impression que les gens dans le public étaient cuits, qu’ils étaient fatigués, qu’ils voulaient wentrer chez eux. En gros, il était mal à l’aise et a préféré frank mc écourter la chose…. Pourtant, beaucoup sont allés le voir après le concert, son merch’ a été dévalisé. Les gens faisaient encore la queue pas leu-leu quinze minutes après la fin du set…

En plus il n’a pas joué Red Stone.

L’arnaque (j’ai we-chialé).

Heureusement, mes larmes s’arrêtirent de couler quand Patrick, l’organisateur, nous emmena, le John, le Jean-Marie et moi-même, au *****BOWLING****** de Saint-Lô. Comment qu’c’était trop bien, purée! C’était éclairé comme une cafétéria mais y avait des pistes de bowling, des billards, des baby foot, des cibles de fléchettes et des distributeurs de chips.

On a mangé des chips en buvant des bières en profitant de la vue.

Une bien belle soirée.

Mersey et bravo pour tout.

_ _ _ _

PS: Le John a joué Wed Stone le lundi soir à Paris, j’y étais et j’ai we-rechialé mais pas pareil.