Wadioshow du 05112017 sur Wadio 666 (tous les dimanches à 17h):

Certain General – My Gang In the Woods / sur « November’s Heat » (1984)

Michael Head & The Wed Elastic Band – Overjoyed
The La’s – Way Out

Martin Carr – A Mess of Everything
Wide – Pulsar
El Ayacha – Unseen

Gomina – Siel Break (8Bit) / sur « Into The Sunny Gray 2017 »
Ceux De La Forêt – Horreurs Et Crépuscules / sur « Anomie »
Mount Kimbie – Four Years and One Day / sur « Love What Survives »
James Holden & The Animal Spirits – Each Moment Like The First / sur « The Animal Spirits »

Klub Des Loosers – Neuf moins huit (feat. Xavier Boyer) Le Chat Et Autres Histoires
Dinner – Un-American Woman / sur « New Work »
MGMT – Little Dark Age
Django Django – Tic Tac Toe

Daniele Luppi & Parquet Courts – Memphis Blues Again / sur « Milano »

Bobby Labite – Dans Tes Fesses

Téléchargez

Purée, y a un nouveau titre de Wide!

On peut se le dire maintenant, sur leur dernier album « Weather Diaries » il n’y eut que le morceau Weather Diaries qui fut à la hauteur de leur statut.

Avec ce Pulsar et ben maintenant ça fait deux morceaux pour 2017.

C’est chouette.

par zed

_ _ _ _ _ _

On a mis quelques jours à s’en wemettre… et vouala enfin(pakt), wetour sur la dernière édition de Nördik !

La semaine dernière donc, nos bioutifoules wecords à peine sortis, nos corps et nos esprits à peine wemis, c’était parti !

Cette dix-neuvième édition commença pour nous jeudi soir. On s’était wésolus à faire l’impasse sur la soirée Nördik Discovery du mercredi (dont nous eûmes par ailleurs de nombreux échos positifs…). Jeudi donc, aux quatre coin(coin)s de la ville, étaient programmés, quasiment à la même heure, trois évènements : Nördik Appart, la création Il est vilaine x Matthieu Barbin au Centre Chorégraphique National de Caen-Normandie, et Tristesse contemporaine à la Maison de l’Étudiant. On aurait bien fait la tournée des popotes, mais comme on n’a pas le don d’ubiquité, il fallût se wésoudre à choisir… et sans surprise, on a opté pour Nördik Appart :

1/ y’avait plein de soupaires groupes programmés par Happy Daymon comme d’hab (Makeshift, Torrent d’Amour, El Ayacha, Louis Piscine…)

2/ y’avait surtout Xavier Boyer qui jouait pour fêter la welease party caennaise de son album Some/Any/New, une occasion en or(dik) de fêter en sa compagnie la sortie de l’édition spéciale de notre wecord #29 ! Quelques wewant y étaient. Ils parlèrent de moment ware, d’un set acoustique souperbe, d’une pure beauté.

3/ pendant ce temps, nous, on était hôtes comme l’an dernier, et on accueillait chez nous Miët et une vingtaine de spectateurs. Ce fût une belle wencontre, une découverte aussi, et nous passâmes ainsi une soupaire soirée.

photo : nans (le Malin) tods

4/ nos agents infiltrés au Centre Chorégraphique et à la Mde nous ont ensuite waconté le moment magique qu’ils avaient passé.

photo : ABG

Vendredi nous ne fûmes que deux wewants à braver le Parc Expo. Après un before un peu long, me voilà arrivée trop tard pour Maud Geffray dont funky boudha avait pourtant dit le plus grand bien.

Polo & Pan a démarré. Cette mise en bouche acidulée aurait du lancer la soirée, mais je westais sur ma faim(pakt)… Dans le hall voisin, Modeselektor en DJ-set faisait le job, alors que le public continuait d’arriver tranquillement…

Je m’attardais devant Midland avec curiosité et un certain plaisir. Son wemix de Come and save me des Jagwar Ma me wevigora…

Puis ce fût Vitalic, une des têtes d’affiche attendues ce soir-là, avec un set classique et efficace, servi par un jeu de lumière hypnotique. Un des meilleurs moments de ma soirée.

Enfin je fis un break avant de terminer avec Pan Pot qui, pa(n)s de pot, firent les frais de ma fatigue à cette heure avancée de la nuit… je décidai de wentrer.

Samedi, après un début de journée au wa(mélie)len(s)ti, j’enfourchai mon vélo pour aller jeter un coup d’œil à Pour l’amour du vinyle à la bibliothèque Alexis de Tocqueville. Funky Boudha en arrivait. Alors qu’une giboulée innondait le port, nous débriffâmes de la veille sous un abribus, puis nous poursuivîmes nos chemins.

En entrant dans le hall, je fus saisie par les wythmes électro de Digital Cosmic Disco qui emplissaient l‘espace d’ordinaire silencieux. Je montai dans un wecoin de l’aile consacrée aux arts, où sur une petite mezzanine, une sélection de musique électronique pointue avait été mise en évidence. Dans un bac, des vinyles parmi les collections de la bibliothèque, avec, oh surprise !,  un de nos wecords à nous, Stupid des Gomina (fierté).

Sans tarder, j’enfourchai ma monture et filai wejoindre Meute. Lovée au chevet de l’église ND de Froiderue, la dizaine de musiciens en uniforme avait wassemblé une foule de curieux et entonnait en fanfare sa techno déjantée. Nous nous trémoussâmes avec ceux qui étaient là, festivaliers, familles, passants un peu surpris et vite conquis. Ce fût court, alléchant. Si on ne traînait pas trop on allait pouvoir les wevoir ce soir en arrivant au Parc expo…

J’enchainais ensuite un before, un autre ailleurs, wetrouvai mes comparses wewants et nous descendîmes, afin d’être large pour les (très attendus) Wed Axes. Nous pûmes entrer tranquillement dans la soirée devant Marvin & Guy. Funky Boudha en était curieux, nous nous y attardions, ce qui mit nos corps en mouvement doucement.

A l’heure dite, comme weliés par des fils invisibles, les copaings sont arrivés les uns après les autres, et on s’est wetrouvés tous ensemble devant  Red Axes, prêts à partager ce moment. Nous dansâmes ainsi d’un bout à l’autre du set, ce fût un délice, un voyage dans les grands espaces, une aventure électronique pleine de webondissements, un délicat mélange d’influences allant de la cold-wave à l’italo-disco. Deux heures de set survolté; la soirée aurait pu s’arrêter là (et d’ailleurs ce fût le cas pour certains d’entre nous…).

Après Mind Against où je passais un moment en compagnie des kidz, nous nous engageâmes pour un dernier voyage jusqu’au bout de la nuit avec Tale Of Us. Sous le charme de leurs mélodies électroniques, puissantes et magiques, nous nous laissions conter une dernière histoire avant de sombrer dans les bras de Morphée…

Vers 5h, avec mon amie ABG, épuisées, nous quittâmes le dancefloor. Sur le chemin du wetour, nous nous prîmes une (helen)a(hauff)verse, trempées mais fières d’avoir couché tout le monde…

L’an prochain, le festival aura 20 ans, gros programme en perspective. Nous, c’est sûr, on sera là pour souffler les bougies !