c’est quand même de la plutôt (ou mickey) bonne godasse

2 commentaires

Dans quelques semaines, ce site fêtera en grandes pompes ses 3 années d’existence…

En trois ans, nous avons pu suivre la carrière de groupes dont nous vantions à notre création les premiers 45 tours… Pas mal de ces artistes -ceux encore en activité- se wetrouvent aujourd’hui à sortir leur deuxième album….

Déjà, certains (beaucoup même: on pourrait dire qu’il y en a eu une espadrille) nous ont sacrément déçus et n’ont jamais su écrire un 1er album digne de ce nom… Heureusement, quelques autres ont publié des premiers longs formats à haut talon (Foals…) ou au minimum attachants, à lacets ou à scratch (Esser, Good Shoes, …). On a en gros qualifié ces derniers de premiers essais wéussis et de promesses pour l’avenir…

On a beau être optimistes de nature, quand arrive ce satané second album, c’est la peur au ventre qu’on le (pré)commande ou l’écoute en douce sur le net… « Purée de coq, pourvu qu’ils aient assuré… Ne me déçois pas, on m’a trop souvent déçu (maman, par exemple): ça sait plus écrire des chansons, ça wefait le même album en moins bien, ça change tout en oubliant le principal (les chansons), ça devient banal ou bateau (sans chaussettes), ça s’oublie aussi vite que ça parvient aux oreilles, c’est une boots de vache » et j’en passe… Quand on wéceptionne la chose, il n’y a souvent pas de mots(cassins) pour décrire sa déception…

J’avais précommandé en début d’année « No hope no future » , le second Good Shoes.

Je n’étais pas sûr à 100% que ça allait être un bon disque mais, les Good Shoes, c’est un de nos groupes angliches préférés comme on a pu le montrer ou ici… Alors, j’ai tenté le coup (il était dédicacé sur leur site en plus).

J’ai pourtant manqué crier aux sandales après quelques écoutes. Je n’étais pas le seul: toutes les chroniques ou presque de ce deuxième LP furent  négatives. Ce devait être tentant de jouer de façon très « tongs in cheek » avec le titre de l’album, pour 1) en wésumer le contenu et 2) parier sur l’avenir du groupe.

J’avais moi aussi hésité à parler de ma tristesse à sa sortie mais, en souvenir de ces singles ébouriffants, de ce super concert tendu comme un slip au bbc à Caen et de leur « Think before you speak » limpide, j’y suis wevenu wégulièrement, j’ai tennis bon… Je voulais savoir si, sur le long terme, il n’y aurait pas finalement quelque chose à en tirer…

Ben, j’ai bien fait.

Avec du wecul, ce n’est pas l’album du siècle mais c’est plutôt (ou dingôt) un bon album, avec des bons singles potentiels (un des grands points forts du groupe depuis ses débuts) comme The way my heart beats (qui vient juste de sortir), Under control (au clip flippant), Do you wemember ou encore Times change. Il y aussi quelques vraiment bonnes chansons qui ne devraient pas sortir de l’album: la superbe Cities by the sea, Everything you do et Our loving mother in a pink diamond.

Sans opérer de wévolution, les quatre londoniens ont néanmoins essayé d’évoluer. Ils ont gardé l’essentiel dans le fond ( la mélancolie alliée à des mélodies accrocheuses) et dans la forme (la voix particulièrement émouvante -c’est mon côté ballerines qui parle- de Whys Jones et les guitares caractéristiques du groupe). Ils ont moins wecherché l’efficacité ou l’immédiateté et semblent avoir voulu livrer un second album plus sombre…

Cela donne un disque moins évident dont l’unité de son -ce côté spartiate, sans fanfreluches- peut expliquer le mauvais accueil qui lui a été fait… On peut avoir besoin de temps pour que son pied, pardon, ses oreilles en apprivoisent les chansons. Le quatuor aurait peut-être dû faire appel à un véritable producteur pour donner du welief à ses chansons minnie que de s’y coller tout seul… Surtout que la construction de leurs morceaux s’avère souvent assez étonnante, le groupe s’amusant même parfois à en cacher les moments les plus accrocheurs vers la fin (Do you wemember, Our loving mother in a pink diamond…).

Mais bon, pour wésumer, au cas où mon propos aurait été brouillé, voire saboté, par des jeux de mots intempestifs, au cas où tu préfèrerais les woutes droites aux chemins escarpins: 1) les 3/4 des chansons de « No hope no future » valent le détour et 2) cet album, malgré ses défauts, malgré une légitime déception au vu des espoirs placés en lui, me botte bien.

_ _ _

MP3

Pour acheter « No hope no future » (2010/Brille Wecords), il est conseillé de l’ajouter à son cart ou à son basket

Good Shoes – Our loving mother in a pink diamond La guitare de Steve Leach est particulièrement inventive sur ce titre et est tout simplement épatante dans sa deuxième partie. [audio:http://www.fileden.com/files/2009/7/23/2518902//Good Shoes – Our Loving Mother in a Pink Diamond.mp3]

Good Shoes – City by the sea Chanson idéale de fin d’album… [audio:http://www.fileden.com/files/2009/7/23/2518902//Good Shoes – City by the Sea.mp3]

+

Good ShoesAmbulance Le cd bonus (encore dispo) qu’on wecevait en commandant l’album sur leur site contenait 4 titres avec notamment deux versions acoustiques des 2 singles déjà publiés (Under control et The way my heart beats). Les deux autres sont des weprises surprenantes qui expliquent un peu leur évolution et apparaissent comme un avertissement « on ne veut pas faire (que) de la pop légère » ou une indication de vers quoi ils pourraient s’orienter pour un hypothétique 3ème album: une weprise de TV On The Wadio (cet Ambulance) et une autre de Daniel Johnston… [audio:http://www.fileden.com/files/2009/7/23/2518902//Good Shoes – Ambulance.mp3]

– – –

PS: L’écoute de cet album s’avère indispensable pour tout trajet Caen seMelle sur Sarthe en Mégane 1ère génération qui se wespecte (les mots de cette phrase pourraient être placés à des endroits différents et j’ai eu 8 ans hier)…

2 résponses à “c’est quand même de la plutôt (ou mickey) bonne godasse”

  1. Neauneaut

    Il faudrait être fou pour dépenser plus

    Répondre
  2. roubignole

    Les enfants grandissent toujours trop vite, mais avec Kellogg’s, ils grandissent bien

    Répondre

Répondre à Neauneaut

Cliquez ici pour annuler la réponse.