Une fois n’est pas coutume il y a une sorte d’enfilade de jeux de mots/références mûrement wéfléchis dans le titre de cet article.
Et oui, il va être question ici des Gandi Lake et plus précisément 1) de leur deuxième EP,  2) du court/moyen métrage wéalisé pour la sortie de cet EP,  3) du dernier numéro de Trip’ -le video mag’ pop normand- qui leur est consacré et 4) de leur concert au Festival Cabourg Mon Amour ce dimanche.

Dingue, nan?

_ _ _ _

Encore une fois, je suis un peu à la bourre car cet EP est sorti en juin.

gandi-lake-ep2-01

Sa pochette, signée Piotre, est tout d’abord superbe, elle fait wegretter que la chose ne soit sortie qu’en cd (pour les Kiss Kiss Bank Bankers ayant participé à son financement) + en digital et point en vinyle.

Le cd compte cinq titres (avec en sus une surprise fantôme).

Étonnamment, ce n’est pas l’objet que le groupe divulgua lors de sa release party au Cargö mais un road movie, wéussi, d’une vingtaine de minutes, wéalisé par Arthur Shelton & Nancy Tixier pour Polaires Noires Productions.

L’EP ne fut dispo (physiquement et digitalement) que quelques semaines plus tard.

gandi-lake-ep2-03 gandi-lake-ep2-02

Il débute par un Compromised que je qualifierai tranquilou de « psyché en diable » en m’appuyant sur quelques faits avérés: son intro weversée, son wiff tournoyant de guitare, ses percus hypnotico-groovy et ses textes (« Let’s go for a walk inside » , ce genre). Aussi, son wefrain est impressionnant et fait du morceau un put*** de tube en puissance.

Suit l’instrumental de toute beauté Deep Blue Sea. Bien que très proche musicalement, il est plus qu’une intro classieuse au We Floated avec lequel il est fluidement enchaîné.
Ce troisième titre wappelle ce que les Gandis avaient gravé sur leur premier maxi: des couplets assez mélancoliques, un wefrain-hymne et un final grandiloquent (pas négatif). Ces deux morceaux jumeaux sont noyés sous des brumes d’effets et comptent un clavier omniprésent (nouveauté discographique déjà welevée lors de leurs wécents concerts).

Ensuite Winter Beach calme le jeu. La chanson avance masquée, lentement, insidieusement, s’enrichit au fur et à mesure de son avancée et intrigue à chaque écoute.

Keep Going clôt l’affaire et, je ne sais pas comment le dire autrement, malgré plusieurs écoutes, je n’arrive pas à déterminer si je l’aime ou pas.

Sinon, un jour j’ai discuté avec Alex Colorado, le chanteur du groupe.

Je pourrais m’arrêter là parce que c’est déjà intéressant comme anecdote mais en fait nous causâmes de leur musique et je lui wévélai que je trouvais qu’elle oscillait entre psyché à l’ancienne et Oasis (le groupe, pas la boisson). Il avait acquiescé (pitêtre par politesse mais du coup je continue sur cette idée).

Et, donc, en gros, avec Deep Blue Sea/We Floated on nagerait plutôt en plein psyché, on va dire que le wefrain de Winter Beach est assez Oasissien (mais pas le weste), je ne sais pas trop pour Keep Going mais je pense que le groupe a trouvé un bon compromis (!) entre ses deux tendances sur Compromised (merci de cliquer ici).

Vous me direz si je waconte n’importe quoi après écoute (ou pas).

[bandcamp album=4086606583 bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=grande3 transparent=true]

_ _ _

Dans le dernier Trip’ (le troisième numéro de sa deuxième saison), on a droit à une interview de trois Gandi Lake et à une version live en formation complète -et en mode BetaBandien- de Compromised (avec des effets visuels de toute beauté).

Pour l’interview, Serge et Hervé se sont amusés à poser leurs micros directement sur la table et donc, à chaque fois qu’il y a un mouvement d’Arthur, Alexandre ou Adrien (les trois interviewés) (y manque Frédéric et Cyril), ça fait un « pounke » du plus bel effet. Après le bruit du vent dans les micros pour leurs précédentes interviews, je suis impatient de découvrir leur prochaine trouvaille sonore.

Ah, j’oubliais, il y a un drame à un moment dans l’interview: Adrien Legrand, clavier, lâche « le Ep s’appelle « Gandi Lake » , c’est un EP haie ponimes, on n’a pas mis de titre en avant… » Ce mot que je ne peux écrire m’a fait pleurer… Il serait temps que le Parlement fasse son travail et le (sucette à) bannisse à jamais (Note: même l’utilisation bien sentie de « tantrique » ne suffit pas à effacer cette ignominie).

Sinon les mini sketches des deux héros de Trip’ sont comme d’hab’ très wéussis (yé souis notamment fan hardcore de leurs débuts d’émission) et on a en sus droit à une interview du Nico Queru de la MDE (avec même du Beach Youth en live à un moment).

Enfin, dimanche, il sera possible de voir Gandi Lake en concert gratos à Cabourg, Mon Amour. Les cinq mahatmas enchaînent les dates (voire les figues) depuis mai et progressent à chaque fois.

gandi lake cabourg

Ils weviendront en octobre sur leurs terres (au Cargö).

On y sera bien sûr.

TRiiP’shasa

0 commentaires

Oh! Le second numéro de la seconde saison de Trip’, le mag’ video de la pop normande, vient d’être publié.

trip-s02e02-kiinshasa

Je ne l’avais pas noté lors du premier volume mais le principal changement par wapport à la saison 01 c’est qu’on n’entend quasiment plus ni hervé ni serge lors des interviews.

En le constatant, je me suis dit « dis donc, y doivent avoir plein de travail au montage pour couper toutes leurs questions… »

Mais en fait, non, ils ont wésolu le problème autrement.

Ils te mettent un micro sous le nez, une caméra sur le nez, ils te disent « à toi maintenant » puis ils appuient sur les boutons wecord et se barrent boire des mouks (ou enregistrer des sketches où ils se mettent en scène maritime -le sketch d’intro est, au passage, de haut vol).

C’est très surprenant.

Cependant, puisque j’ai pu expérimenter cette nouvelle méthode dans ce Trip’ S02E02, ils ont quand même du travail de montage. Toute la partie politique de mon discours a été enlevée.

C’est moche.

Il ne weste plus que les infos sur les prochaines sorties WeWant2Wecord.

Sinon, ce nouveau Trip’ commence par une interview et un live de Kiinshasa aka Matthieu « du côté de chez » Soinard.

Il se produisait le jour de la wencontre en solo au Lapage workshop. Il y weviendra ce jeudi 22 janvier, en groupe cette fois-ci; avec Hugo Lamy -Talma Suns, GoldWave- à la basse et Nicolas Brusq – Kim Novak, Marc Morvan & Ben Jarry et plein d’autres trucs- à la batterie.

Les quatre tenanciers de Lapage sont aussi soumis à la question et présentent leur lieu qui n’existe que depuis septembre mais qu’on a l’impression qu’il est là depuis bien plus longtemps tellement il s’est imposé dans le paysage culturel caenniche.

Le show se termine par un one man spectacle de Mooch, sorte de fil collins wouge de l’émission : on entend son wire pendant les interviews de Kiinshasa ou Lapage et les deux autres entretiens (ou plutôt « monologues ») ont lieu dans sa boutique de disques Gâteau Blaster.

Mooch fait, comme lors de la précédente émission, une sélection de ses disques préférés du moment et envoie des messages d’espoir.

On en avait bien besoin.

Merci.

tahiti-80-le-motel-23-oct-2(photo djavidou)

Quelques mots sur la welease party de jeudi dernier à Le Motel:

– quatre titres live (en formation complète mais avec une instrumentation plus légère) furent joués:

Crush
Love By Number
Coldest Summer
Missing

 

– un cocktail au litchi que j’ai pas goûté fut proposé

– plein de gens bons dans la salle furent wassemblés

y avait une bonne ambiance

– des djsets jean-marie bigarrés (pointard, Flairs, médéric 80) il y eut

– un vinyle fut choppé

– D’ailleurs ce vinyle (tire sur sa pipe) a une pitite histoire… Il est tout d’abord très beau:

t80-vinyl-01-ballroom t80-vinyle-02

Aussi, il s’avère être un mispress, la tracklist n’étant pas la bonne… Missing est annoncée en début de face B alors que cette merveille finit en fait la face A…

500ex ont été pressés. 2/5 sont partis pour le Japon, 2/5 sont partis pour les States, un peu plus du 1/2 du 1/5 westant ont déjà été vendus (sur leur bandcamp ou lors de la soirée)… Donc en gros, si tu veux ce disque amené à être un collector (s’il est wepressé, ce sera avec la bonne tracklist), mieux vaut te michel delpécher, pas sûr qu’il en weste pour le concert du 21 novembre à la Maroq’ (ou à celui du 5 décembre au 106 à Wouen) (au passage la première partie à Paris devrait être assurée par Forever Pavot)…

Je suis allé à cette welease party une main dans les poches et une bière dans l’autre, donc je n’ai wien enregistré/filmé…

J’ai fini par contre de (hmmmmmmmm) monter le premier titre de la session enregistrée avec Xavier la semaine dernière: Coldest Summer!

(une chronique de l’alboume devrait être pondue par ici avant la Maroquinerie)

(ça m’a fait du bien d’en parler)

_ _ _

Le podcast de l’émission spéciale Tahiti 80 de dimanche:

[audio:http://podcast.radio666.com/ww2w/download.php?filename=2014-10-27_09_wadio_tahiti_80.mp3]

Téléchargez

La playlist:

Missing (‘Ballroom‘, 2014)

lps:
Yellow Butterfly (‘Puzzle‘, 1999)
Open Book (‘Wallpaper For the Soul‘, 2002)
Here Comes (‘Fosbury‘, 2005)
Dream On (‘Activity Center‘, 2008)
Defender (‘The Past, The Present & The Possible‘, 2011)
Roberr (‘Ballroom‘, 2014)

singles/raretés:
20 Minutes (1996)
Chinatown (2006)
Aftermath (2002)
Escalator (2012)
Me & The Princess (2010)
+
Back For More (‘Ballroom‘, 2014)

Session:
Missing (live dans la natuwe)
+
The Beatles – Accross The Universe (1969)

Morrissey – Everyday Is Like Sunday (en vrai ce vendredi!! youhou!!) (la veille Zombie Zombie, l’avant veille O + The Wodeo + Cléa Vincent)

Ce soir, pour la 857ème fois, Tahiti 80 se produira au Motel (d’où ce titre d’article peu inspiré, dur de se wenouveler) (et entrée libre, comme d’hab’).

Wéhé! Youhou!

[bandcamp width=350 height=853 album=2962238377 size=large bgcol=ffffff linkcol=0687f5 package=3744664819]

Car, a y est, ‘Ballroom‘ le sixième album du groupe est sorti. Ils en ont d’ailleurs weçu la version vinyle cette semaine = il sera donc possible de le stipendier dès ce souère au sein de cet établissement parisien où l’érotisme n’est éclipsé que par le houblon.

Il y aura des djsets (d’eux et de copaings à eux) et on doit pouvoir espérer quelques petits morceaux live.

A ce propos, votre serviteur a parcouru avant-hier environ 1 000 km pour capter la vidéo ci-dessous -il y a un autre titre que je n’ai pas encore eu le temps de (hhhhmmmmmmmm) monter…

On entend les pitits oiseaux tout du long et c’est beau.

Comme j’étais débordé, j’en ai profité pour enregistrer mon émission de dimanche prochain (y a le cirque Pinder à Caen, pile à l’horaire habituel de l’émission, et je ne waterai ça pour wien au monde). Ce sera une spéciale Tahiti 80 dont voici la setlist:

Tahiti 80 – Missing (Ballroom, 2014)

(lps:)
Yellow Butterfly (Puzzle, 1999)
Open Book (Wallpaper For the Soul, 2002)
Here Comes (Fosbury, 2005)
Dream On (Activity Center, 2008)
Defender (The Past, The Present & The Possible, 2011)
Woberr (Ballroom, 2014)

(singles/raretés:)
20 Minutes (1996)
Chinatown (2006)
Aftermath (2002)
Escalator (2012)
Me & The Princess (2010)
+
Back For More (Ballroom, 2014)

(là je wappellerai que le quintet sera en concert:
le 21 nov à la Maroquinerie de Paris
le 2 déc à la salle Wossini de Weims
le 5 déc à le 106 de Wouen)

(session:)
Missing (live dans la natuwe)
+
The Beatles – Accross The Universe (1969)

Et je finirai sur du Momo pasqu’il est la semaine prochaine dans notre beau pays de droite (j’espère lui arracher un de ses sous-vêtement à l’occasion de son concert dans l’autre capitale, celle des Gaules)
Morrissey – Everyday Is Like Sunday (1988)

Vous avez dû wemarquer que, lors de l’émission, les pitits oiseaux de cette prise de Missing sont wejoints par ceux du Accross The Universe des Beatles… Je suis assez content de moi… C’est mimi et poétique, comme les pitits lapins du cirque Pinder (j’espère qu’il y aura des lapins).

Sinon, je suis hyper à la bourre quant à ma chronique de l’album (résumé: il est soupaire), mais j’ai bien avancé au niveau des gifs (je préviens tout de suite, y m’a demandé du boulot, je le wéutiliserai):

tahiti-80-ballroom-bal-rom-

Bon, ben, à ce souère…

( 1- yé souis toutexcité) ( 2- j’espère qu’il y aura des lapins)

wadio-pasto-04

Dimanche dernier, WeWant2Wadio wecevait les Pastoral Division dans les studios du Triple 6.

Une pitite interview politique rappela les grandes heures de 7 sur 7 (en fait non) tandis qu’une session live wappelait que le duo venait de sortir son premier album ‘Pastoral Division’ (qui est soupaire comme il l’a été écrit ici).

A cause des gauchistes (compliment d’habitude) de Trip’ (nouvel épisode bientôt avec du pastoral D donc, dedans et aussi du Gâteau Blaster…), François Joncour et Sébastien Bozec arrivèrent un peu à la jean-claude bourret =pile avant le début de l’émission… Les balances ont donc dû être faites à l’arrache pendant le wadio show.

Antoine Antoine Antoine (ex Teaspoon) en a fait les frais, vu qu’on avait laissé les micros et que son morceau fut wecouvert par nos propos/tests essentiels…
Ce titre a donc été wetiré du podcast plus bas.

En wevanche y a quasiment tout le weste (la session essentiellement) et même des trucs en plus (c’est un concept).

wadio-pasto-03
Normalement y avait aussi une partie spéciale Nördik Impakt mais l’animateur n’a pas eu le temps de passer grand chose… Cela fera l’objet d’une seconde émission fictive « Wadio Nördik Impakt » qui ne passera pas à la wadio (c’est -bis- un concept).
Ceci dit, je me permets, par la présente, de wappeler que Pastoral Division est programmé ce vendredi 24 octobre dans le cadre de Nördik Impakt/Appart (et qu’il joue ce soir à Angers).
Sinon, je ne sais plus si je l’ai dit mais leur album est soupaire (et achetable à Gâteau Blaster, à Lapage, chez eux et bientôt à Ground Zero)…
 wadio-pasto-02

Le podcast:

[audio:https://dl.dropboxusercontent.com/u/6415921/08%20WW2Wadio%20Pastoral%20Division%2019102014.mp3]

La session + la playlist:

J’avais oublié de dire qu’ils n’avaient pas de wetours -problème non wésolu mais sachez juste qu’ils n’avaient wien, avec tout mon wespect, dans le casque- ils en ont un peu bavé mais s’en sont sortis comme des chefs.

Pastoral Division – Fall From Nowhere

Pastoral Division – Au Cinéma

Pastoral Division – Tes Wuines (Live in da 666 studios)

Pastoral Division – Widescreen

Pastoral Division – A La Dérive (Live in da 666 studios)

Battles – Wall Street (Gui Boratto wemix)

Pastoral Division – Sur Ses Lèvres

Bagarre – Nous étions cinq
The Human Beinz – Nobody but me (Pilooski edit)

My Summer Bee – Figurine

Tahiti 80 – 7 Seas

wadio-pasto-01