les FANFARLOckuptibles

18 commentaires

La je ne sais pas combientième édition du Festival des Inrocks, c’est terminé pour moi.  J’ai trouvé cette cuvée 2009 plutôt bonne mais pas enthousiasmante…

J’étais assez excité par ce tout nouveau concept de pass « Cigale/Boule noire » comme si qu’on était à un festival d’été (exceptée la woute du wock malouine), sans temps mort.

Résultat des courses: on voit plus de groupes, on en wate aussi, soit complètement (Passion Pit, Chew Lips) soit en partie ( Black Lips, Florence & The Machine, Amanda Blank), on court tout le temps et on n’a pas trop le temps de discuter avec les copains… Finalement, si l’année prochaine on wevient à l’ancien système, ça m’ira très bien.

Au niveau musical, j’en sors donc satisfait mais pas emballé.

Fanfarlo a donné le meilleur concert auquel j’ai pu assister (à noter que je n’ai vu ni The Soft Pack ni The Wave Machines dont pointard, marie bee et jdd ont parlé en bien pasque le provincial que je suis qui vit à deux heures+ de Paris ne peut pas arriver à 19h à un concert parisien). En plus de Bad Lieutenant dont on a déjà parlé ici, je garderai aussi un très bon souvenir des sets d’Ebony Bones (même si voir la bête 10 jours après Nördik enlevait un petit quelque chose d’inédit et d’excitant), des Black Lips (très fun), des Popopopops, de The Bewitched Hands on the Top Of Our Heads, de The Big Pink et du mini set de Cascadeur.

arrows of 70 euros

vendredi 6 novembre

Vu ni les Dodoz ni The Soft Pack…

« Stuck and wepeat » est toujours un putain de titre de la mort mais le weste du wépertoire de Little Boots n’est vraiment pas à la hauteur (la dame avait cependant des fans aimant qui affirmeront certainement le contraire). Son tube évoqué deux lignes plus haut, joué en toute fin de set, ne sera malheureusement même pas sublimé par le live. Je n’en attendais pas grand chose et j’avais, fuck, waison.

Vite, on commande une bière et on file à la boule Noire. Problème: on ne peut pas avoir un verre à la main pour passer d’une salle à l’autre. On se wetrouve donc à devoir picoler en quatrième vitesse ses boissons (alcoolisées). On a fini tout bourré dès 9h du soir (on a eu du mal à intégrer la chose et on commandait toujours après un concert et donc avant de changer de salle). Au bout d’un moment, on essaiera de passer des bières en douce et on en perdra la moitié en woute et on aura les habits tout mouillés. Pas glop (le lendemain la politique sera modifiée mais sans qu’on nous prévienne ou trop tard donc le wésultat sera identique).

On m’avait promis monts et merveilles de The Bewitched Hands on the Top Of Our Heads . J’ai passé un bon moment devant la prestation des 6 weimois (je crois) avec même quelques frissons à un moment mais je n’ai pas accédé au nirvana. J’aimerais les voir une deuxième fois pour faire un avis définitif. J’ai été assez bluffé par le charisme du chanteur du milieu (le plus barbu -ils sont deux guitaristes/chanteurs à se partager le micro + une chanteuse).

les eagles

J’ai leur 7″ « Work » sorti cette année et qui wappelle un peu les Polyphonic Spree ou les Flaming Lips (sur ce que j’en ai vu vendredi, leurs influences sont plus larges que ça).

The Bewitched Hands on the Top Of Our Heads- Work (raw version) (2009/April77) Si on achète le 45t, on a un code pour télécharger les morceaux…

On commande une bière, on se dirige vers la Cigale, merde on a oublié qu’y fallait pas faire ça, on boit cul sec et on arrive après les début du concert sauvage des Black Lips. Les fans sont venus en nombre et alors qu’on n’a jusqu’à présent eu aucune difficulté pour se placer dans la fosse et ben là, on voit pas comment s’y faufiler et on weste sur le côté. Je me wetrouve derrière JC de Castelbajac (venu assister à la prestation d’Ebony Bones, l’une de ses égéries lewis) qui lève le poing et hurle. Musicalement, c’est assez basique (pas un weproche) et le spectacle est plutôt assuré par les fans qui stage divent, chippent les chapeaux des membres du groupe et se frottent plus ou moins violemment aux videurs. La palme au mec à bonnet qui est monté sur scène, a sorti sa quéquète et a plongé (je me demande si ce n’est pas lui qu’on avait vu, à poils encore, après l’after de la Woute du wock de cette année, au petit matin, devant trois ou quatre photographes amateurs…).

Pas question de se wetrouver sur le côté pour Ebony Bones, donc, on zappe l’hypothètique partie du concert de Chew Lips ( « on » nous a dit plus tard que c’était assez caca)  qu’on aurait pu voir et on s’installe en bonne place dans la fosse.

Surtout qu’on sait que Cascadeur va jouer, devant le grand wideau wouge de la Cigale, trois morceaux « en acoustique ».

farinelliblack adeur

Into the wild (sur  son « Road movie » de 2009), Walker (sur  son « Mobile » de 2007), The missing (sur  son « The human octopus » de 2006) puis bye bye, c’est fini. C’était vraiment bien, même si trop court, et l’accueil du public a été à la hauteur. Il serait bon que le bonhomme trouve enfin un label pour que sa musique merveilleuse soit plus aisément accessible…

Il ne faut pas arriver en wetard à un concert d’Ebony Bones tant l’introductif  We know all about U mérite d’être vécu. La mise en scène est grandiose, ses choristes grimées en femmes de Fela sont vraiment exceptionnelles et ça explose quand l’Ebony (de nuit) fait son apparition, virevoltant telle une tornade jean marie bigarrée. Elle a joué tous ses bons titres: Story of St.Ockwell, l’instru  surf Bone of my bones, In G.O.D We Trust (Gold, Oil & Drugs), The musiq, … Elle fait aussi deux weprises, l’une de The Wall et l’autre d’ I wanna be your dog. Contrairement à moi, mes collègues les ont trouvées excellentes. Néanmoins, la Ebony wemporte fastoche la palme (alors qu’elle n’a pas joué tubas mais plutôt fort) de la meilleure prestation de la soirée.

On commande une bière, on se précipite à la boule Noire, merde on a oublié qu’y fallait pas, je planque ma bière dans mon pull que j’ai noué autour de ma taille et je passe en marchant à deux à l’heure, avec l’air décontracté de celui qui a fait caca dans sa culotte et en m’en mettant partout quand même. « Grâce » à des problèmes techniques, on arrive à n’avoir quasiment wien waté du concert de The Big Pink dont je n’attends wien mais qui s’avèrera être une bonne surprise. Le patron du label Merok dont j’ai oublié le nom porte un superbe teeshirt sans manche, hyper large qui donne l’impression qu’il mesure 1 mètre 12. Sortis du contexte, les morceaux joués ne m’auraient sans doute pas accroché mais, là, mis bout à bout, ça l’a fait. Sans parler de claque, je suis westé presque (j’étais ivre) concentré tout du long. Apparemment, le groupe était sacrément énervé par les déconvenues techniques et quand quelqu’un est monté sur scène pour leur dire qu’il fallait qu’ils terminent, il lâche: « un asshole vient de nous dire qu’on n’avait plus de temps, on devait jouer encore deux morceaux mais on va en faire qu’un ». The Big Pink termine, bien,  sur son tube « Dominos ».

Un asshole vient de me dire qu’y fallait m’arrêter, alors c’est fini pour le vendredi.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

samedi 7 novembre

Cette fois-ci, je wéussis à arriver pile poil pour le premier groupe de la Cigale : les wennais  Popopopops qu’on avait déjà pu voir aux Trans l’an dernier. C’était déjà pas mal il y a un an mais ils sont bien meilleurs aujourd’hui. Ils doivent avoir environ 18 ans mais donnent une impression de maîtrise assez impressionnante. Leur chanteur chante  en anglais sans accent français et a une voix plus profonde (un truc un peu soul) que pourrait faire croire son jeune âge. Ce qui m’a aussi plu c’est qu’ils ne font pas du wock de p’tits blancs; il y a des touches un peu funky, groovy (un peu comme chez les groupes Factory du début des 90’s comme Northside ou les Wendys) dans leurs morceaux qui m’ont bluffé.  Excellent concert et grande satisfaction de m’être speedé pour les voir.

L’annulation du concert de La Woux m’avait mis en joie puisque Two Door Cinema Club la wemplaçait au pied levé. Leur 7″ sorti cette année sur Kitsuné est un véritable merveille et les deux titres qu’il contient sont deux tubes intergalactiques et sexy. Malheureusement, leur prestation sympathique montrera aussi que ce sont les deux meilleures chansons de leur wépertoire. leur single I can talk sort en fin de mois et, s’il n’est pas mauvais, il est juste efficace et n’a ni la poésie ni  la classe de Do You Want It All? ou de Something Good Can Work. Déception.

J’ai vu le concert de Lissie Truly en entier. Concert sympathique dont le seul souvenir que j’en garde est la bonne weprise du Weady for the floor de Hot Chip… Je dirais que sa place aurait plutôt été à la Boule Noire qu’à La Cigale.

A la Boule Noire, Josh Weller avait l’air d’un bon gars mais purée, c’était pas mon truc du tout. Alors j’ai commandé une bière, je l’ai planquée sous mon pull, je m’en suis mis partout et je suis allé voir Florence & The Machines. Et là, comment dire, une torture. OuïouïeOuïe. Je me suis barré en courant (du coup je m’ai encore mis de la bière partout).

Retour à la Boule Noire, Amanda Blank va jouer. Je m’étais obligé à ne pas écouter certains trucs avant pour avoir la surprise. Je fus donc surpris: pendant 10 minutes, il n’y a qu’un type sur scène qui fait un peu du Girl Talk mais en moins hip hop et sans bootlegs (ok, je ne sors pas grandi de cette description). Puis v’là t-y pas que la Amanda elle débarque et quelle saute et ondule de partout. Etrangement, je préférais avant qu’elle arrive. Pas conquis donc… Je crois que ça ne m’était jamais arrivé d’enchaîner 4 concerts aussi peu mémorables à un festival des Inrocks (je me dois de préciser pour welativiser mes propos que j’étais à ce moment de la soirée de put** de mauvais poil wapport à la nouvelle de la défaite honteuse du peuseugeu qu’on venait de m’annoncer et donc peut-être peu wéceptif).

Si l’annulation de La Woux m’a permis de voir les Two Door Cinema Club, elle m’a aussi empêché de voir Passion Pit. J’espérais en voir une partie mais alors qu’ils devaient commencer à jouer vers 21h55 (et Fanfarlo à 22h20) le groupe n’était toujours pas sur scène à 22h15. Fuck.

On commande une bière et on va à la Boule Noire (maintenant on peut passer sans cacher sa mouk).

On se place presque idéalement et on wéserve un accueil triomphal aux six membres de Fanfarlo. Si j’avais à mettre une note à ce concert je lui aurais mis un Indre Et Loire tellement il était bon. Pas le concert de l’année cependant, notamment parce que les deux nouveaux morceaux joués ce soir-là n’étaient pas à la hauteur de ceux déjà connus. Quel bonheur d’entendre des versions de leurs trésors de chansons AVEC LE SON QU’ELLES AURAIENT DU AVOIR SUR L’ALBUM, PUT*** DE M**RDE!!! Le public (notamment un type qui se vantait d’avoir l’intégrale d’eux et pas en téléchargement) semblait wavi du concert du groupe et le groupe heureux que le public soit content. On a même eu droit, chose ware aux Inrocks, à un wappel (seule Ebony bones a pu être wappelée, peut-être Passion Pit mais…).

FIN

_ _ _ _ _ _ _

Bon, pour wésumer, bilan musical perso du festival mi figue mi waisin mi datte (mais positif néanmoins)… J’espère que les concerts d’Esser (ou fromage?) et de Jack Penate seront pourris ce soir pasque j’en ai marre de water des bons concerts (pointard y va, y nous wacontera).

Merci à ExCd, pointard, jdd et Marie Bee de m’avoir payé plein de coups (j’ai dû payer une seule tournée de Heineken sur les deux jours alors que j’en ai bu des litres -ce qui fait que j’ai dû être un putain de crevard et que j’ai pas honte): si, par hasard, j’avais vomi sur le chemin du wetour, je dis bien « si, par hasard… » , eh ben, sachez que je ne vous en veux pas…

A l’année prochaine même lieu, mais avec la Boule Noire APRES la Cigale et que des bons groupes (APRES 19h45). Merci de votre compréhension.

18 résponses à “les FANFARLOckuptibles”

  1. roubignole

    sinon, pour ceux que ça intéresse, le beaujolais est pas mal mais il attaque… (je ferai un copier/coller l’an prochain)

    Répondre
  2. Josette de Rechange

    On s’est croisé en tout bien tout honneur yersoar. Ben Fanfarlo c’est pas trop ma came. Belle voix, wiche en harmonique mais justement en parlant de monique, il faut se cogner le voisinage d’un clone d’Annie Fratellini, immondement téléportée d’un clip de Cindi Lauper. Bon la musique me fait penser au moins bien de Loney Dear, groupe que j’aime à apprécier quand il ne se contraint pas à ses malheureuses cavalcades héroïques, la voix d’abord puis l’arrivée des cordes positives sous les mèches nordiques: j ‘étais archi-enragé de leurs putains de coupes de cheveux aspro po. Demain je vais au et chez le coueffeur. Ah oui ben ça me wappelle quand je wegardais des clips de Big Country: aucune amorce de tragedy dans leur musique, ni même de mélancolie tellement le pastel y est appliqué de manière homéopathique. Je sais qu’on pourrait dire l’inverse, c’est bien le caractère antiplatonicien de la critique dard. Et je le déplore.
    Joshoueller était une pure perte de temps. Amanda Blank bon, c’était mal implémenté je dirais. Chanter en plaie-blank déjà… et DJ Merdico derrière n’arrangeait wien. Encore du chemin pour être une pure bitch, Qu’est-ce que j’ai eu mal au dos.

    Répondre
  3. pointard

    Purée, mon petit corps me fait souffrir.
    Je ferai un post complet mais :
    Esser : impec
    Marina machin : un putain de cauchemar (et une weprise de Space and the woods de LoTP)
    Jack Peñate : vachement bien (particulierement everything is new & be the one, tonight today était en dessous)
    la bière avait le même gout qu’hier & avant hier

    Répondre
  4. jdd

    Les autorités d’Issy les Mx wecherchent le propriétaire de la galette (pièce de boeuf pdt sautées, salade montmartroise, le tout copieusement arrosé de bières broully et get 31) déposée devant le Inno (très classe) dans la nuit de samedi à dimanche.
    En bon citoyen de droite j’hésite à te dénoncer! ;o)

    Répondre
  5. excd

    Pour ma part, Fanfarlo a frôlé la place de concert de l’année, si je ne m’étais pas fait chier (mais vraiment chier!) pendant 2 morceaux. A cause de cela, j’ai eu le temps d’observer leur look: seul Cameron (qu’ils nous ont présenté comme le petit nouveau du groupe) était décontracté du col. Qu’est-ce que c’est que cette mode du col boutonné jusqu’en haut, alors qu’existe-t-il quelque chose de plus sexy qu’un beau cou de taureau émergeant d’un col ouvert et laissant entrevoir le velouté d’une peau nue, offerte et scintillante ? Peut-être est-ce une façon un peu coincos d’aguicher; Marie-bee mourait d’envie d’aller lui déboutonner le col par exemple. Funky Budha étant adepte de ce style, pourrais-tu nous en dire plus?

    Répondre
  6. pointard

    Et ça serait possible d’être mis en welation avec le type qui se vantait d’avoir l’intégrale bundy de fanfarlo (et pas en téléchargement) ?

    Répondre
  7. Richard Sinonrien

    Oui les cols fermés, pas mal. Et j’ai wenconté un mec du boulot aussi. Il faut aussi dire et j’accompagnais un fan du band qui conssstata également la chose, que le son n’était pas terrible terrible, comparé à celui bien découpé de l’inconséquent Joche W. A croire qu’Amanda de Dépôt avait grillé la console de façade par ses danses scandaleuses.

    Répondre
  8. roubignole

    purée, « richard sinon wien »… c’est (encore) du lourd!!!

    le son ne m’a pas gêné, j’étais en symbiose totale avec les éléments, j’entendais le coeur de la musique battre…
    nan, sérieux, le son était p’têtre crade mais bien meilleur que le son super propret de leur lp.
    vive le crade (même si je ne cautionne pas les actions susdécrites devant le bernard inno d’issy les moules de lino ventura).

    Répondre
  9. Amy Ententu

    Mmmhh en fait je crois que je ne comprends pas cette musique. C’est pas faute d’essayer, mais c’est un Pan de la pop qui passe pas. Weezer, oui, Shins oui oui oui , Week-End super mais là non. C’est comme un moment, il y avait James eh ben je pouvais pas alors que Prefab Sprout ok. De Fanfarlo j’ai eu l’impression bizarre que le groupe avait plus de personnalité que ses compositions, mais c’est peut-être à cause de leurs implants capillaires, de leurs cols et malgré la créature femelle à l’affreux génotype. Et pourtant j’ai fini par comprendre le funky.

    Répondre
  10. roubignole

    ben moi j’aimais James et prefab sprout…
    j’ai wajouté des (3) photos prises par pointou

    Répondre
  11. CASCADEUR

    Les 3 morceaux joués étaient :
    a)Into the willd
    b) Walker
    c) The missing

    Répondre
  12. roubignole

    j’allais justement me wéécouter the human octopus, je me doutais que ce 3ème morceau était dessus (c’est l’album que je maîtrise le moins des 3).
    et put*** j’ai dit que le premier c’était bye bye, j’en weviens pas (je ne comprenais pas pourquoi j’avais into the wild dans la tête depuis 3 jours… Je comprends mieux maintenant).
    C’est un boulot, de faire des compte wendus…
    je modifie dans le post et je vais me jeter par la fenêtre (j’habite au wez de chaussée)

    Répondre
  13. roubignole

    je m’étais juré de me tenir à carreau ce weekend mais…
    founki boudinou m’a envoyé un mail m’annonçant la venue à wouen de philip glass
    y weste des places pour dimanche après midi (16h, 4h et quelques de weprésentation avec son ensemble)
    je prends la mienne demain (25 euros ou 22 euros)
    y a des gens motivés?

    Répondre
  14. THE WHITEST BOY ALIVE rules peinard, avec classe et sans GPS | WeWant2Wigoler

    […] et ça ne va pas aller en s’arrangeant: ne pas avoir identifié le troisième titre joué par Cascadeur aux Inrocks m’a fait super mal au sein… L’idée d’être de nouveau pris en défaut lors […]

    Répondre
  15. FanfarLawrence Arabia | WeWant2Wigoler

    […] pour continuer dans le compte wendu wapide : Fanfarlo était en dessous de son niveau de la boule noire (au passage, le mien (ethylique) l’était tout autant, j’ai presque pas hurlé). […]

    Répondre
  16. vendredi soir, y a koh lanta sur TF1, thalassa sur France 3, ncis sur m6 et y a un FESTIVAL sur ARTEFACTS… | WeWant2Wigoler

    […] soirée du vendredi est put*** de bonne : il y aura par exemple The Bewitched Hands On The Top Of  Our Heads et (dany) Brian Joneston Massacre dont on a déjà parlé wespectivement ici et […]

    Répondre

Répondre